Statut du corps humain

Belgique : deuxième meilleur score en matière de dons d'organes

Belgique - Belgique : deuxième meilleur score en matière de dons d'organes

Avec 25,2 donneurs d'organes par million d'habitants, la Belgique a obtenu en 2014 le deuxième meilleur « score » en matière de don d'organes parmi les huit pays affiliés à Eurotransplant, organisme de services pour les centres de transplantation, les laboratoires et les hôpitaux transplanteurs. Seule la Croatie a réalisé en 2014 un score supérieur avec 33,9 donneurs.
Le bon résultat obtenu par la Belgique s'explique en grande partie par sa législation. En Belgique, on est en effet automatiquement considéré comme donneur, à moins de s'y opposer formellement. Chacun peut faire connaître sa volonté au cours de sa vie, via ses proches, via un document écrit ou par le biais d'un enregistrement auprès de sa commune. Cet enregistrement est transmis à une banque de données centrale auprès du ministère de la Santé publique. Cette banque de données est consultée à chaque fois qu'un prélèvement d'organes ou de tissus est envisagé.
Même si la famille n'a plus légalement le droit de s'opposer à ...

Lire la suite 


Chine : fin des prélèvements d’organes sur les prisonniers

Chine : fin des prélèvements d’organes sur les prisonniers

Le gouvernement chinois a annoncé la fin du prélèvement d'organes sur les prisonniers dès janvier 2015. Selon les estimations officielles, deux tiers des organes greffés en Chine proviennent de condamnés à mort. Et si ce n'est pas un condamné à mort, c'est en général un prisonnier dans 9 cas sur 10.
Depuis l'entrée en vigueur d'une réglementation de 1984 en Chine, le prélèvement d'organes sur des criminels exécutés était officiellement légal, avec le consentement du condamné ou l'autorisation écrite de ses proches. Pourtant, plusieurs ONG ont dénoncé les abus des autorités chinoises, qui, la plupart du temps, ne prennent pas la peine de demander ni l'avis du prisonnier ni celui de sa famille.  Le don d'organes n'étant pas une pratique courante en Chine, les pouvoirs publics vont devoir trouver de nouveaux donneurs.
Cette défiance à l'égard du don d'organes trouve sa source dans la tradition chinoise, selon laquelle il est important de garder le corps des défunts entier, afin qu'il so...

Lire la suite 


UK : prélèvement d’organes chez un nouveau-né après arrêt cardiaque

Royaume-Uni - UK : prélèvement d’organes chez un nouveau-né après arrêt cardiaque

Les reins et les cellules du foie d'une petite fille de 6 jours dont le coeur a cessé de battre, ont été donnés à deux receveurs distincts. C. était née par césarienne dans l'urgence et malgré les tentatives de réanimation, son cerveau avait subi plusieurs lésions par manque d'oxygène. Les médecins de l'Imperial College de NHS Trust de Londres soulignent l'
« extraordinaire générosité » des parents qui ont  accepté ce prélèvement d'organes, une opération difficile et complexe quand on sait qu'à ce stade de la vie, les reins mesurent à peu près 5 cm. Rien que pour le Royaume Uni, il y aurait une liste d'attente de quelques 15 nourrissons de moins de deux ans en attente d'un organe.
Le NHS Blood and Transplant Institute rappelle que la taille des organes du donneur est souvent essentielle, car ceux provenant de donneurs plus âgés ne sont pas toujours transplantables. Toutefois, les experts britanniques se plaignent du fait que les critères de mort applicables dans leur pays sont trop s...

Lire la suite 


Allemagne : fin de l’anonymat des donneurs de sperme

Allemagne - Allemagne : fin de l’anonymat des donneurs de sperme

Faisant suite au cas de deux soeurs de 12 et 17 ans, conçues par don de sperme anonyme et à qui on avait refusé de transmettre l'identité du donneur avant qu'elles n'aient 16 ans, la Cour suprême de la République d'Allemagne vient de se prononcer : les enfants conçus suite à un don de sperme anonyme ont le droit de connaître l'identité de leur père biologique, et ce quel que soit leur âge. La Cour estime en effet que les enfants commencent à poser des questions sur leurs origines dès le jardin d'enfant. Les parents peuvent en faire la demande en son nom.
La Cour demande toutefois que les parents (en général la maman) prouvent que l'enfant veuille vraiment connaître ses origines. Il faudra aussi tenir compte des conséquences de la levée de l'anonymat pour le donneur. La Cour affirme toutefois que le droit des enfants à connaître l'identité de leur géniteur prévaut sur le droit à la vie privée du donneur. Depuis les années '70, le nombre d'enfants nés par don de sperme anonyme en Allem...

Lire la suite 


Chine : marché noir  et trafic d’ovules

Chine : marché noir et trafic d’ovules

Entre 10%  et 15% des couples chinois sont confrontés à l'infertilité et font appel aux techniques de procréation médicalement assistée. Mais alors que le commerce d'ovules est interdit sur le territoire continental de Chine, plusieurs cliniques contournent la loi en proposant une « rétribution - dédommagement » (jusqu'à 5000 dollars) à des lycéennes chinoises qui acceptent qu'on leur prélève des ovules.
Les risques inhérents à la stimulation hormonale ne sont, en général, pas mentionnés. Les cliniques de fertilité font de la publicité dans la rue ou sur les forums on-line des universités. « Il n'y a rien de nouveau dans la Chine d'aujourd'hui, le corps humain est devenu une marchandise » déclare le professeur en études sur les femmes Ai Xioming. Mais il y a plus : ces cliniques ne sont pas les seules à vouloir se procurer  des ovocytes. En effet, plusieurs centres de recherche scientifique sont également preneurs pour mener à bien leurs recherches sur des cellules souches embryonnai...

Lire la suite 


Belgique : plus de 204.000 déclarations de don d’organes en 2014

Belgique - Belgique : plus de 204.000 déclarations de don d’organes en 2014

Selon les derniers chiffres communiqués, 204.324 déclarations de consentement au don d'organes ont été enregistrées en date du 18 novembre 2014 en Belgique.  Sur les dix dernières années, le nombre d'accords au prélèvement a ainsi plus que quintuplé. Les avis de refus de prélèvement ont quant à eux diminué, s'élevant à 186.612. C'est ce qu'il ressort des données du Registre national communiquées par écrit à la députée Sabien Lahaye-Battheu (Open Vld) par la ministre de la Santé publique.
Pour mémoire, la loi belge a instauré un système d'opting-out, cela signifie que tout citoyen est considéré comme donneur présumé, à moins qu'il n'ait exprimé une opposition de son vivant ou que sa famille n'accepte pas la procédure.
Alors que le nombre de déclarations de consentement est en nette augmentation, la progression des procédures de prélèvements ne suit pas strictement la même tendance. Pour que l'organe soit effectivement prélevé, le donneur doit remplir des critères très rigoureux et la ...

Lire la suite 


DON D’ORGANES

o    Conseil de l'Europe - Journée européenne du Don d'organes

o    Organes prélevés sans en avoir informés la famille : arrêt de la CEDH

o    Orgaan donatie door patiënten intensieve zorgen in Nederland

o    Elections et sensibilisation au don d'organes

o    Pénurie de don de corps ?

o    Accélérer le prélèvement d'organes chez les victimes d'un accident ?

o    Donneurs d'organes : la Belgique est leader européen avec la Croatie

Lire la suite 


Pays-Bas : vers une institutionnalisation du don d'organes après euthanasie

Pays-Bas - Pays-Bas : vers une institutionnalisation du don d'organes après euthanasie

Des responsables d'hôpitaux universitaires aux Pays-Bas (Erasmus MC de Rotterdam et l'hôpital académique de Maastricht) viennent d'établir un protocole de don d'organes après euthanasie. Ces directives nationales n'attendent plus que l'accord de la Fondation néerlandaise de la transplantation pour être imposées à l'ensemble des médecins et hôpitaux des Pays-Bas. Si la Belgique fait figure de pionnière en matière de combinaison entre euthanasie et don d'organes, cette pratique est exceptionnelle aux Pays-Bas. Les patients concernés seraient surtout les victimes de sclérose en plaque, de la maladie de Charcot et d'autres malades neurologiques, dont les organes sont en bon état de marche.

Loin de poser les véritables questions éthiques qu'une telle pratique suscite, le protocole s'attache à élaborer le « comment » du prélèvement après l'euthanasie, en vue de dépasser les nombreux obstacles qui se présentent.

Le principal obstacle tient au fait que l'euthanasie est en règle générale pr...

Lire la suite 


Financer la congélation d’ovocytes de ses employées ?

Financer la congélation d’ovocytes de ses employées ?

Facebook et Apple pourraient bientôt financer une partie des frais nécessaires à la congélation d'ovules de leurs employées. Ces entreprises ont en effet besoin de jeunes femmes compétentes pour assurer une certaine parité, et espèrent ainsi permettre à leurs employées de ne plus devoir choisir entre leur carrière et une grossesse.
Un porte-parole de la direction de Facebook énumère les avantages qu'offre l'entreprise en matière de couverture de santé : traitements contre l'infertilité, couverture des frais de mères porteuses pour les couples homosexuels, ou de banque de sperme. L'annonce de l'intervention dans les frais de congélation des ovocytes des employées a relancé le débat sur la place de la femme dans l'entreprise (si les femmes sont 47% des effectifs dans le monde du travail, elles ne représentent que 16,6% des dirigeantes).
Si, en Belgique, la pratique est déjà d'actualité (voir ci-dessus), elle n'est en revanche pas autorisée en France.

Le Docteur Samir Hamamah, du CHU d...

Lire la suite 


Congélation "sociale" d’ovules pour des femmes célibataires

Congélation "sociale" d’ovules pour des femmes célibataires

Congélation "sociale" d'ovules pour des femmes célibataires

22/10/2014 - Procréation médicalement assistée PMA / GPA

Une étude de la psychologue Julie Nekkebroeck (de l'UZ Brussel) commencée en juillet 2009 démontre que la plupart des femmes recourant désormais à la technique de congélation de leurs ovules sont des femmes célibataires. Cette technique était initialement destinée à de jeunes patientes cancéreuses afin de leur permettre de préserver leur fertilité altérée par les traitements. Le Docteur Stoop, gynécologue au CRG (Centrum voor Reproductive Geneeskunde - Centre pour la reproduction humaine de l'UZ Brussel) témoigne que désormais, ce sont des femmes célibataires, menant souvent une carrière prenante, et qui n'ont pas encore trouvé un partenaire stable, qui se présentent. Cette technique, non remboursée, coûte 3000 euros. Selon l'étude de Julie Nekkebroek, 70% des congélations d'ovules seraient effectuées en Flandre, dont 75 % pour des femmes originaires des Pays-Bas. Un...

Lire la suite