Pays-Bas : euthanasies et don d’organes

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes et euthanasie

Actualités - Pays-Bas

Publié le : 04/05/2016

Aux Pays-Bas, pour la première fois, l'Erasmus Medisch Centrum (EMC) de Rotterdam en partenariat avec la Clinique de fin de vie a expérimenté une euthanasie avec plusieurs personnes bénéficiaires, pour un foie, un rein, un pancréas. Le prélèvement a dû se faire à l'hôpital et de manière assez rapide, car les patients attendaient dans cinq salles attenantes pour recevoir leur organe.

Bien que cette pratique ne soit applicable que pour les patients non cancéreux, le don d'organes post-euthanasique gagne du terrain. Depuis 2012, on estime que des organes ont été prélevés sur 15 personnes euthanasiées, parmi lesquelles 9 personnes rien que pour 2015. Il n'existe cependant pas de sources statistiques officielles et fiables en la matière.

La pratique du don d'organes lié à une euthanasie n'est pas sans poser certaines questions éthiques, comme le souligne l'article que le Dr Van Dijk, éthicien à l'Erasmus MC, a fait paraître en 2013 dans le Nederlands Tijdschrift voor Geneeskunde. Si l'on peut comprendre le souhait d'une personne d'être généreuse en donnant ses organes, il faut aussi s'interroger sur l'engagement et la pression que ce don représente, même si,  par délicatesse,  les médecins  insistent sur la totale liberté du patient de faire marche arrière jusqu'au dernier moment avant l'euthanasie.

Comme il n'existe aucune recommandation de bonne pratique en la matière, une équipe d'universitaires rassemblant différents spécialistes des Pays-Bas est en train de se pencher sur cette question afin de mettre en place des directives.

Source : Medischcontact.nl, Jaarverslag van de Regionale Toetsingscommissies Euthanasie 2015


Articles similaires

Belgique : 684 organes auraient pu être disponibles après euthanasie en 2015

Belgique : 684 organes auraient pu être disponibles après euthanasie en 2015

- Don d'organes et euthanasie

Sur base des données relatives aux personnes euthanasiées en Belgique en 2015, dont l'utilisation anonymisée a été autorisée par la Commission fédérale de Contrôle et d'Évaluation de l'Euthanasie, le Dr Jan Bollen, du Centre Médical de l'Université de Maastricht, est arrivé à la conclusion qu'au moins 10% des personnes euthanasiées auraient pu donner au moins un organe.

Expliquant sa méthode de calcul dans une Lettre publiée dans le JAMA (Journal of American Medical Association, Avril 2017), ...

Lire la suite

Transplantation d’organes : donation vivante et après euthanasie ?

Transplantation d’organes : donation vivante et après euthanasie ?

- Don d'organes et euthanasie

L'Académie Royale de Médecine de Belgique et la Koninklijke Academie voor Geneeskunde van België ont organisé un symposium sur le don et la transplantation d'organes en Belgique. Un panel national et international d'experts médicaux et de juristes a informé un auditoire d'une centaine de personnes sur l'état actuel de la transplantation en Belgique en la situant dans un contexte international.
Malgré l'existence d'excellents programmes de transplantation d'organes provenant de personnes décédé...

Lire la suite

Belgique : prélèvement d’organes après euthanasie : une nouvelle catégorie

Belgique : prélèvement d’organes après euthanasie : une nouvelle catégorie

- Don d'organes et euthanasie

Le prélèvement d'organes est réglementé et contrôlé de façon stricte dans nos pays. Depuis plus de 15 ans, la Belgique se trouve parmi les 3 pays du monde comptant le plus grand nombre de donneurs d'organes post-mortem (entre 25 et 30 par million d'habitants). Ce résultat est la conséquence de la loi belge de type « opting-out » (qui ne dit mot consent), de la motivation des équipes médicales et paramédicales, et des diverses politiques d'information de la population sur l'importance du don d'...

Lire la suite