Toutes les actualités (Royaume-Uni)

 Supprimer le filtre "Royaume-Uni"

Quel espoir donnons-nous à ceux qui souffrent ?

Royaume-Uni - Quel espoir donnons-nous à ceux qui souffrent ?

- Soins palliatifs

"Nous devrions donner de l'espoir à ces personnes'', a rétorqué le député Ian Paisley aux parlementaires britanniques promoteurs de la légalisation du suicide assisté, fin janvier à Westminster Hall.

En Grande-Bretagne, l'interdiction légale de provoquer la mort a été récemment remise en cause au Parlement de Westminster. La députée Christine Jardine a notamment demandé qu'une enquête gouvernementale soit effectuée sur la législation en vigueur. Certains représentants politiques considèrent en effet que cette loi "n'est plus d'actualité et ni au service des personnes malades".

Cette poussée a entraîné la réaction d'un groupe de députés, en particulier de Ian Paisley, membre du Parlement du Nord d'Antrim (Irlande du Nord). Selon lui, plutôt que de débattre ''pour savoir à quel moment tuer une personne malade'', le travail parlementaire devrait se concentrer sur les mesures à prendre pour donner de l'espoir aux personnes qui ne voient pas d'issue à leur souffrance. Il a ainsi rappe...

Lire la suite 


Un fœtus "transvasé" d’un utérus à l’autre ? Deux femmes se sont partagées « leur » grossesse

Royaume-Uni - Un fœtus "transvasé" d’un utérus à l’autre ? Deux femmes se sont partagées « leur » grossesse

- Procréation médicalement assistée

Deux femmes britanniques sont devenues le premier couple à devenir parents d'un bébé porté successivement dans le ventre de deux femmes.
Comme le rapporte le quotidien The Telegraph, cette procédure dite de « co-maternité », réalisée au sein de la London Women's Clinic's, s'est déroulée en plusieurs phases. La première femme, Donna Francis-Smith, s'est dans un premier temps fait prélever un ovocyte. Cet ovocyte a été ensuite été fécondé de manière assistée (à l'extérieur de son utérus) avec des spermatozoïdes issus d'un don. Placés à l'intérieur d'une petite capsule, l'ovocyte et les spermatozoïdes ont ensuite été transférés dans l'utérus de cette même première femme, Donna Francis-Smith, afin d'y poursuivre la fécondation in vivo.

Après seulement 18 heures passées dans l'utérus de la première femme, le jeune embryon est transféré dans l'utérus de la seconde femme, Jasmine Francis-Smith, jusqu'au terme de la grossesse. Le bébé est né le 30 septembre dernier.

Contrairement à la féco...

Lire la suite 


Trisomie 21 : le Service de Santé publique au Royaume-Uni revoit sa copie

Royaume-Uni - Trisomie 21 : le Service de Santé publique au Royaume-Uni revoit sa copie

- Trisomie 21

« Personne ne peut vous dire comment sera la vie de votre enfant. Tout comme pour les enfants qui n'ont pas le syndrome de Down. » Depuis quelques semaines, cette phrase figure sur le site du Service de Santé publique au Royaume-Uni (NHS) sous la rubrique « Syndrome de Down ». La page internet, qui auparavant ne laissait voir qu'une liste alarmante de problèmes de santé liés à la trisomie 21, a subi une véritable refonte au profit de l'accueil des personnes porteuses de ce handicap.

Ce changement de regard sur les personnes trisomiques est le fruit d'un appel lancé par plusieurs mamans d'enfants trisomiques. En collaboration avec l'Association Syndrome de Down, la NSH a souhaité faire place aux informations nuancées et aux échos du terrain sur ce handicap.

Sans occulter les difficultés qui y sont liées, pour l'enfant et pour sa famille, le site insiste sur le fait que ces enfants, ont, comme les autres personnes, « toute une série de capacités », « leur propre personnalité, des ch...

Lire la suite 


205.295 avortements pratiqués en Angleterre et au Pays de Galles en 2018

Royaume-Uni - 205.295 avortements pratiqués en Angleterre et au Pays de Galles en 2018

- Avortement

205 295 : c'est le nombre d'avortements pratiqués en 2018 en Angleterre et au Pays de Galles, comme l'indique le rapport du Department of Health and Social Care en date du 13 juin 2019.

Les statistiques montrent la proportion grandissante des avortements médicamenteux. En effet, en 2018, 71% des avortements ont eu lieu par prise de pilule abortive, c'est-à-dire presque le double par rapport à 2008 (37%). Depuis 2014, cette méthode d'avortement apparaît d'ailleurs comme la plus répandue dans le pays.

Présentée comme la méthode la plus simple et sans danger, il apparaît néanmoins que cette interruption de grossesse n'est pas sans complications pour la femme : nausées, douleurs intenses, saignements... (Voir Dossier de l'IEB)

Depuis 2017, la Grande Bretagne finance les frais entourant l'avortement pour les femmes originaires d'Irlande du Nord, pays où l'avortement est interdit, sauf en cas de danger pour la vie ou la santé de la mère. Cela permet de comprendre qu'en 2018, 1053 avorte...

Lire la suite 


Porte ouverte à l’euthanasie par omission de soins au Royaume-Uni

Royaume-Uni - Porte ouverte à l’euthanasie par omission de soins au Royaume-Uni

- Euthanasie et suicide assisté

Depuis l'arrêt An NHS Trust et autres c. Y de la Cour Suprême au Royaume-Uni de juillet dernier, le médecin et la famille d'une personne en état végétatif peuvent convenir que l'arrêt de l'hydratation et de l'alimentation du patient sont dans son meilleur intérêt, et provoquer sa mort sans l'aval d'un juge. Le Conseil Général des Médecins (General Medical Council) vient de publier ses directives en la matière.

L'arrêt de soins concerne des patients encore éveillés mais dans un état permanent d'inconscience et ceux qui sont dans un état de conscience minimale. L'avis d'un deuxième médecin est généralement requis, sauf si le patient est à quelques jours ou heures de la mort. En cas de désaccord entre le médecin et les proches, le juge tranchera. Il se peut donc que le patient, non obstant l'opposition de sa famille, soit privé d'hydratation et d'alimentation.

Cette décision prend sa source dans un arrêt de 1993, où la Cour a qualifié l'alimentation et l'hydratation artificielle de tr...

Lire la suite 


Avec le Brexit, risque d'une pénurie de sperme au Royaume-Uni ?

Royaume-Uni - Avec le Brexit, risque d'une pénurie de sperme au Royaume-Uni ?

- Don de gamètes

Une sortie de l'Union européenne sans accord risque de mettre en difficulté les couples britanniques qui font appel au don de sperme pour procréer, car ils ne pourront plus faire appel aux banques de spermes européennes, a souligné le gouvernement anglais.

Dans une note technique destinée à préparer les entreprises et la population aux conséquences d'un divorce éventuellement sans accord, le gouvernement britannique souligne que le pays avait importé quelque 3.000 échantillons de sperme du Danemark l'an dernier, et 4.000 des Etats-Unis.  Londres a aussi importé quelque 500 ovules et embryons de pays européens.

La législation européenne relative au sang, tissus et cellules humains ne s'appliquera plus pour le Royaume-Uni, avec pour conséquence la nécessité pour les banques de sperme britanniques "de nouveaux accords avec les établissements compétents".

Il semble que déjà aujourd'hui, les couples ayant besoin de dons de sperme commencent à "paniquer", car un changement de législat...

Lire la suite 


Grande-Bretagne : ils ont créé un embryon sans gamètes

Royaume-Uni - Grande-Bretagne : ils ont créé un embryon sans gamètes

- Recherche sur les embryons

Des chercheurs de l'Université de Cambridge ont créé un embryon artificiel à partir de cellules souches de souris. Celui-ci a atteint l'âge de 7 jours, soit un tiers du temps de gestation de son espèce (de +- 3 semaines).

Si la structure interne de cet embryon de souris ne différait en rien de celle d'un embryon naturellement développé à partir de gamètes, les chercheurs ne pensent pas qu'il aurait continué normalement son développement, car d'autres types de cellules-souches auraient pour cela dû être ajoutés pendant l'expérience.

Ils ont annoncé leur désir de procéder à la même expérience avec des cellules-souches humaines, afin de pouvoir étudier de plus près les premières étapes de formation et d'agencement des cellules d'un zygote/embryon, avant sa nidation dans l'utérus. Cette étape de la grossesse reste à ce jour très difficile à étudier. Une meilleure connaissance de celle-ci aiderait peut-être à comprendre les raisons des nidations ratées ou de certaines fausses couches.

...

Lire la suite 


Création du Ministère de la solitude… pour faire des économies

Royaume-Uni - Création du Ministère de la solitude… pour faire des économies

- Santé mentale

Selon la Croix-Rouge britannique, quelque 9 millions de personnes se sentent souvent ou toujours seules au Royaume-Uni. Plus de 200.000 personnes âgées ont confié à l'organisation Age UK n'avoir parlé à personne depuis plus d'un mois.

Ce constat alarmant a mené le gouvernement britannique à créer le tout premier ministère de la solitude, dont Tracey Crouch sera la ministre. Sa nomination est considérée de par le monde comme un événement historique, qui pourrait générer une réaction dans bien d'autres pays occidentaux, notamment en Belgique où se répand chez nos aînés ce qui a été appelée « fatigue de vivre », crise existentielle fréquemment liée à un isolement profond. Au total, une personne sur 4 souffrirait de solitude en Belgique, principalement dû au manque de contact humain ou à une pression sociale.

Le plus grand mérite de cette nomination britannique est peut-être d'imposer sur la place publique une réalité que très peu veulent regarder en face, et de reconnaître officiellem...

Lire la suite 


Les étudiants en médecine et infirmerie pourront faire objection de conscience

Royaume-Uni - Les étudiants en médecine et infirmerie pourront faire objection de conscience

- Clauses de conscience

La Faculty of sexual and reproductive healthcare (FSRH), organe médical responsable au Royaume-Uni de la formation des professionnels dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive, donne désormais la possibilité à ses stagiaires en médecine ou en infirmerie d'invoquer la clause de conscience. C'est ce qu'annoncent les nouvelles directives qui viennent d'être publiées.
Médecins, infirmiers et maintenant étudiants et stagiaires médecins ou infirmiers en stage, pourront à présent refuser de pratiquer un avortement ou de fournir de la contraception d'urgence (potentiellement abortive) sur base de convictions personnelles, sans que cela ne mette en péril leurs chances d'obtenir leur diplôme.

La direction de la FSRH justifie cela par une volonté d'accueillir des opinions diverses au sein du monde médical.

Les besoins des patients ne seront pas négligés pour autant, la directive de 2017 déclare en effet que « tout clinicien souhaitant ne pas prescrire la contraception d'urgence en ...

Lire la suite 


Royaume-Uni : la clause de conscience remise en question par le Conseil Général des Pharmaciens

Royaume-Uni - Royaume-Uni : la clause de conscience remise en question par le Conseil Général des Pharmaciens

- Clauses de conscience

Doit-on obliger un pharmacien à délivrer un médicament quand bien même il jugerait l'effet de ce dernier contraire à ce que lui indique sa conscience ? Le General Pharmaceutical Council s'est penché sur la question mi-février et a statué en faveur d'un « duty to dispense ». Soit l'obligation de délivrer toute prescription médicale quelles que soient les convictions personnelles du professionnel de santé.

Le Conseil demande à ce que soit assuré un « soin centré sur la personne », plaçant au premier plan les intérêts du client qui ne pourra se voir opposer la liberté de conscience de l'apothicaire. Il sous-entend dès lors que la clause de conscience peut être un obstacle à une prestation de qualité pour le patient. Cependant, plus d'un pharmacien affirme qu'un professionnel agissant en conscience est plus à même d'offrir le meilleur soin possible pour son patient que celui qui agirait sous la contrainte.

Jusqu'à maintenant, un pharmacien ne souhaitant pas dispenser un traitement pour...

Lire la suite