Statut du corps humain > Don d'organes et mort

Donner son corps à la science pour payer son enterrement ?

Si le don de corps est motivé par des raisons financières – en l'occurrence le fait de bénéficier de frais funéraires payés - cela remet alors en cause la notion juridique d'indisponibilité, ou plus précisément de non-patrimonialité du corps. Notons que la législation en vigueur aux Pays-Bas interdit d'encourager par des incitations financières le don de corps. Pour Britta van Beers, professeur à l'Université libre d'Amsterdam, ‘'le don de corps est présenté comme une option budgétaire. Donc :...

Lire la suite 

Prélèvements illicites d’organes en Chine : les accusations persistent

Contrairement à ce que le gouvernement Chinois annonçait en 2015 (Voir : Chine : fin des prélèvements d'organes sur les prisonniers), il semblerait que la Chine pratique toujours le prélèvement d'organe sur des prisonniers condamnés à mort. Plus encore, cette pratique touche également des prisonniers politiques, dont les organes sont prélevés sans condamnation à mort. Sont visés en particulier les membres de communautés religieuses ciblées par le Parti Communiste Chinois, comme l'explique dans...

Lire la suite 

Suisse : modifications des directives pour diagnostiquer la mort

Dû à un taux de dons d'organes particulièrement bas, la Suisse a décidé de changer sa loi sur la transplantation ce mercredi 15 novembre 2017. La nouvelle loi modifie les directives de l'Académie Suisse des Sciences Médicales sur le « Diagnostic de la mort en vue de la transplantation d'organes et préparation du prélèvement d'organes ». Le décès d'une personne pourra désormais être déclaré cinq minutes après un arrêt cardiaque, contre dix minutes auparavant. Cette mesure permettrait une plus g...

Lire la suite 

Pays-Bas : consentement présumé pour le don d'organes

Le plan très controversé du parti démocrate néerlandais D66 pour augmenter le nombre de donneurs d'organes a été approuvé de justesse mardi à la Chambre des représentants. Le vote a été particulièrement serré, avec 75 voix pour et 74 voix contre. La proposition adoptée prévoit que chaque personne doit choisir si elle veut être donneuse ou pas. Mais si aucun choix n'est exprimé, la personne concernée sera enregistrée par défaut comme donneuse d'organes (Système du consentement présumé, égalemen...

Lire la suite 

Royaume-Uni : un bébé devient donneur d’organes quelques heures après sa naissance

En 2014, à la douzième semaine d'une grossesse gémellaire, des médecins britanniques ont détecté chez l'un des deux foetus une anencéphalie, c'est-à-dire une absence de cerveau, laissant augurer d'une mort certaine dès la naissance. Après avoir proposé un avortement thérapeutique à la mère, intervention qu'elle a refusée, celle-ci a demandé si le don d'organes d'un bébé de moins de 2 mois serait autorisé. Le 22 avril 2014, à l'hôpital universitaire du Pays de Galles, les jumeaux sont nés et le...

Lire la suite 

Trafic d’organes : une convention internationale contre le trafic d'organes

Le Comité des Ministres du Conseil de l'Europe avait adopté le 9/07/2014 la 1ère convention internationale contraignante en matière de lutte contre le trafic d'organes. Ce 25 mars 2015, lors de la cérémonie d'ouverture à la signature qui s'est déroulée en Espagne, cette Convention a été soumise à la signature de tous les Etats, qu'ils soient membres ou non du Conseil de l'Europe. Etant donné que le trafic d'organes constitue une violation des droits fondamentaux, notamment de la dignité humain...

Lire la suite 

Chine : fin des prélèvements d’organes sur les prisonniers

Le gouvernement chinois a annoncé la fin du prélèvement d'organes sur les prisonniers dès janvier 2015. Selon les estimations officielles, deux tiers des organes greffés en Chine proviennent de condamnés à mort. Et si ce n'est pas un condamné à mort, c'est en général un prisonnier dans 9 cas sur 10. Depuis l'entrée en vigueur d'une réglementation de 1984 en Chine, le prélèvement d'organes sur des criminels exécutés était officiellement légal, avec le consentement du condamné ou l'autorisation ...

Lire la suite 

UK : prélèvement d’organes chez un nouveau-né après arrêt cardiaque

Les reins et les cellules du foie d'une petite fille de 6 jours dont le coeur a cessé de battre, ont été donnés à deux receveurs distincts. C. était née par césarienne dans l'urgence et malgré les tentatives de réanimation, son cerveau avait subi plusieurs lésions par manque d'oxygène. Les médecins de l'Imperial College de NHS Trust de Londres soulignent l' « extraordinaire générosité » des parents qui ont  accepté ce prélèvement d'organes, une opération difficile et complexe quand on sait qu'...

Lire la suite 

Belgique Cliniquement morte, elle se réveille à Namur

Publié le : Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes et mort Actualités Temps de lecture : 2 min.

Cliniquement morte, elle se réveille à Namur

Alors que son décès avait été prononcé suite à un coma estimé irréversible par les neurologues, cette enseignante et mère de famille est actuellement aux soins intensifs, luttant pour vivre. La patiente âgée d'environ quarante ans avait subi une opération au cerveau qui l'avait plongée dans un coma très profond. Peu après, elle avait été déclarée cliniquement morte et les proches de la "défunte" avaient alerté son école et leurs amis. Les élèves avaient déjà rendu hommage à leur professeur déc...

Lire la suite 

Organes prélevés sans en avoir informés la famille : arrêt de la CEDH

Cour Européenne des Droits de l'Homme  - Affaire Petrova c. Lettonie  - Arrêt du 24 juin 2014 En mai 2002, monsieur PETROVS décéda à l'âge de 23 ans suite à un grave accident de la route ayant entrainé son hospitalisation quelques jours auparavant dans un hôpital public letton. Quelques mois plus tard, sa mère, madame PETROVA, découvrit que les reins et la rate de son fils avaient été prélevés, immédiatement après le décès, à des fins de transplantation. Madame PETROVA porta plainte contre l'...

Lire la suite