Suisse : modifications des directives pour diagnostiquer la mort

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes et mort

Actualités - Suisse

Publié le : 15/11/2017

Dû à un taux de dons d'organes particulièrement bas, la Suisse a décidé de changer sa loi sur la transplantation ce mercredi 15 novembre 2017. La nouvelle loi modifie les directives de l'Académie Suisse des Sciences Médicales sur le « Diagnostic de la mort en vue de la transplantation d'organes et préparation du prélèvement d'organes ». Le décès d'une personne pourra désormais être déclaré cinq minutes après un arrêt cardiaque, contre dix minutes auparavant. Cette mesure permettrait une plus grande possibilité de prélèvements d'organes ainsi qu'une meilleure qualité de ceux-ci.

Cette décision, importante pour les transplantations d'organes, se trouve néanmoins critiquée par certains. Plusieurs organisations, dont la Société suisse de Bioéthique et la Human Life International Suisse, considèrent que cette diminution du temps d'attente va « bouleverser la confiance de la population concernant les règlements de dons d'organes ».

Les organisations rappellent que seule une défaillance irréversible de toutes les fonctions du cerveau et du tronc cérébral est le critère de mort d'une personne. Si les lésions irréversibles du cerveau se produisent dans les cinq minutes après un arrêt cardiaque, les cellules cérébrales peuvent survivre jusqu'à dix minutes ou plus longtemps encore.

Elles ont par conséquent adressé une lettre au Conseil fédéral, demandant de n'autoriser l'entrée en vigueur de la loi sur les transplantations que lorsque l'Académie suisse des sciences médicales (ASSM) aura elle-même changé ses directives sur ce point controversé.

L'ASSM répond alors que le temps d'attente a été réduit parce que les outils diagnostics se sont améliorés. La Suisse exige que l'arrêt circulatoire soit diagnostiqué par le toucher du pouls et par une échocardiographie. Jürg Steiger, spécialiste des transplantations à l'Hôpital universitaire de Bâle et président de la commission d'éthique de l'ASSM, explique que les ultra-sons "permettent de dire avec certitude que le cerveau n'est plus irrigué en oxygène". Il rappelle que ‘l'absence d'oxygène dans le cerveau pendant trois minutes entraîne des dommages irréversibles'. L'ASSM souligne quant à elle "qu'‘après le temps d'observation, un diagnostic formel de mort cérébrale doit être établi'. "

Il est à noter que la plupart des prélèvements d'organes concernent les décès suite à une lésion cérébrale, et que les prélèvements dans des cas d'arrêt circulatoire ne sont pas courants.

Sources : Le Temps, 20min.ch


Articles similaires

Vers le suicide assisté dans les prisons suisses : autodétermination ou désespoir ?

Vers le suicide assisté dans les prisons suisses : autodétermination ou désespoir ?

- Euthanasie et suicide assisté

Le Suisse Peter Vogt, condamné à la prison à perpétuité pour de multiples agressions sexuelles, a fait appel en juillet 2018 à Exit, une organisation d'aide au suicide. Interné depuis 25 ans, il souffre de graves troubles psychiques en sus de problèmes au coeur et aux reins. Or, ces maux ne constituent manifestement pas le mobile principal de sa demande de suicide, mais bien le désespoir de rester emprisonné dans de telles circonstances : "C'est naturel de préférer se suicider plutôt que d'êtr...

Lire la suite

Suisse : explosion des demandes de suicide assisté

Suisse : explosion des demandes de suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

La Suisse a modifié son Code pénal en 2001 afin d'autoriser « l'assistance au suicide », « à condition que celle-ci ne soit pas motivée par un mobile égoïste ». Plusieurs associations offrent aujourd'hui ce « service » de mort non seulement aux nationaux mais aussi aux étrangers qui souhaiteraient qu'on les aide à mettre fin à leurs jours. Il semble que le nombre de personnes qui y ont recours ne cesse d'augmenter.
Parmi ces associations, Exit Suisse alémanique vient de communiquer ses chiffre...

Lire la suite

Suisse : non aux bébés médicaments

Suisse : non aux bébés médicaments

- Recherche sur les embryons

Peut-on utiliser une vie pour en sauver une autre ? Par 108 voix contre 79, le gouvernement national suisse a dit non. Comme le Conseil des Etats, les parlementaires ont refusé d'autoriser la sélection d'embryons à même de faire par la suite un don de cellules souches à un frère ou une soeur atteint d'une maladie incurable. En Suisse, on estime qu'il y aurait une dizaine de cas par an concerné par cette méthode. Concrètement, les couples qui ont un enfant atteint d'une maladie incurable ne pou...

Lire la suite