Statut du corps humain > Don d'organes, de tissus et de sang

Belgique La déclaration de don d’organes facilitée et élargie en Belgique

Auteur / Source : SPF Santé Publique, Belga Publié le : Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes, de tissus et de sang Actualités Temps de lecture : 3 min.

La déclaration de don d’organes facilitée et élargie en Belgique

Rappelons que le don d'organes en Belgique est régi par la loi du 13 Juin 1986 sur le prélèvement et la transplantation d'organes. Ce texte repose sur le principe du consentement présumé (opt-out) : chaque citoyen belge majeur est présumé donneur au moment de son décès, à moins qu'il n'ait déclaré formellement son opposition de son vivant. Dans les faits, les proches (conjoint, enfants majeurs et parents) sont consultés par l'équipe médicale après le décès, et le prélèvement n'est pas réalisé ...

Lire la suite 

Royaume-Uni Don d’organes post mortem : l’Angleterre et les Pays-Bas passent au consentement présumé

Auteur / Source : C. du Bus ; medicalert.org.uk ; rijksoverheid.nl ; gezondsheidsnet.nl Publié le : Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes, de tissus et de sang Actualités Temps de lecture : 6 min.

Don d’organes post mortem : l’Angleterre et les Pays-Bas passent au consentement présumé

Depuis le 20 mai dernier, les Anglais sont présumés consentir au don d'organes après leur mort, à moins qu'ils n'aient manifesté leur opposition auprès du Système National de Santé (NHS). Pour augmenter le nombre de donneurs d'organes et ainsi répondre à la longue liste d'attente en matière de transplantation (plus de 6.000 personnes en attente de greffe en avril 2019), l'Angleterre fait donc le choix de quitter le régime dit “d'opt-in”. Ce dernier requiert des citoyens d'enregistrer leur cons...

Lire la suite 

Belgique LE CHIFFRE DU MOIS : 380.967

Publié le : Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes, de tissus et de sang Actualités Temps de lecture : 1 min.

LE CHIFFRE DU MOIS :  380.967

380.967 VOLONTAIRES AU DON D'ORGANES EN 2019 en Belgique. Les belges volontaires au don d'organes aurait  fort augmenté passant de 27.449 volontaires en 2002, à 353.842 en 2018 pour atteindre 380.967 en 2019. Pour la même année, 198.655 personnes ont exprimé leur opposition au don de leurs organes. Un chiffre stable, ils étaient 192.542 en 2002. Voir aussi: Dossier de l'IEB : Le don d'organes : donner pour sauver ou se vendre pour survivre ?

Lire la suite 

La Belgique renforce la pénalisation du trafic d’organes humains

Des peines allant jusqu'à 10 ans de prison et 75.000 euros d'amende s'appliqueront désormais aux personnes organisant, pratiquant ou bénéficiant du trafic d'organes humains. En sanctionnant plus sévèrement le prélèvement d'organes à des fins commerciales, le législateur donne un signal fort pour d'une part sauvegarder la solidarité interpersonnelle qui découle de la gratuité du don d'organes, et d'autre part protéger « les groupes les plus vulnérables de la société » parfois amenés à vendre le...

Lire la suite 

Belgique : l'industrie pourrait bientôt commercialiser les tissus humains

Si des firmes commerciales reçoivent un droit d'accès aux biobanques pour commercialiser certains tissus, elles bénéficieront elles aussi de cette règle de consentement implicite. Il importe d'en informer le public de manière transparente, afin que chaque personne puisse faire son choix en connaissance de cause et prendre les mesures nécessaires. Le Professeur Eric Mortier, de l'UZ Gent, soutient que l'accès aux tissus peut constituer une plus-value, parce que les entreprises ont les moyens d'...

Lire la suite 

DON D’ORGANES

Publié le : Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes, de tissus et de sang Actualités Temps de lecture : 0 min.

DON D’ORGANES

 Don d'organes après euthanasie : nouvelles directives en place aux Pays-Bas Belgique : 684 organes auraient pu être disponibles après euthanasie en 2015 Belgique : donneurs d'organes et réseaux sociaux Suisse : modifications des directives pour diagnostiquer la mort

Lire la suite 

Le don d'organe de plus en plus encouragé par les Etats

La législation belge prévoit que chaque belge est considéré comme donneur d'organes dès la naissance. Il peut signifier à l'administration communale ne pas souhaiter faire un don d'organe ou bien explicitement s'enregistrer en tant que donneur. Sans cet enregistrement, un membre de la famille peut toujours refuser que les organes d'un défunt soient utilisés.  Pour faciliter et encourager les dons, il pourrait bientôt être possible de s'enregistrer comme donneur chez son médecin traitant ou via...

Lire la suite 

Belgique : donneurs d’organes et réseaux sociaux

Comme d'habitude, l'avis est partagé. Certains membres estiment que cette sollicitation publique de dons d'organes par un donneur vivant se justifie par son utilité : les réseaux sociaux offrent en effet une possibilité supplémentaire d'obtenir des organes qui, dans notre pays, continuent à faire cruellement défaut. Ces membres signalent tout de même l'inconvénient pratique de procéder à l'examen – tant médical que psychologique – de tous les candidats qui auraient répondu à l'appel, ce qui pe...

Lire la suite 

Pays-Bas : un « non » massif à l’inscription pour le don d’organes

Comme beaucoup d'autres pays, les Pays-Bas sont confrontés à une pénurie de donneurs d'organes. A tel point que le gouvernement songe à modifier le système pour passer du consentement exprès à celui du consentement présumé, comme c'est le cas en Belgique. Un projet de loi a récemment été adopté par le Parlement néerlandais, qui a demandé des éclaircissements supplémentaires au Conseil d'État. Ce dernier doit encore s'exprimer sur la proposition qui vise donc à instaurer le principe du « oui, s...

Lire la suite 

Pays-Bas : la Ministre Schippers lance une campagne pour le don de cellules souches adultes

La Ministre de la Santé publique des Pays-Bas, Edith Schippers, lance une campagne pour encourager le don de cellules souches adultes, s'appuyant pour ce faire sur la Fondation Machtis. Chaque année, quelques milliers de personnes sont confrontées aux Pays-Bas à l'une ou l'autre forme de cancer du sang. Or, certaines de ces leucémies peuvent être guéries par une transplantation de cellules souches dont la compatibilité receveur-donneur a été vérifiée. L'enjeu est donc de disposer d'un donneur ...

Lire la suite