Trafic d’organes : une convention internationale contre le trafic d'organes

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes et mort

Actualités

Publié le : 02/04/2015

Le Comité des Ministres du Conseil de l'Europe avait adopté le 9/07/2014 la 1ère convention internationale contraignante en matière de lutte contre le trafic d'organes.
Ce 25 mars 2015, lors de la cérémonie d'ouverture à la signature qui s'est déroulée en Espagne, cette Convention a été soumise à la signature de tous les Etats, qu'ils soient membres ou non du Conseil de l'Europe. Etant donné que le trafic d'organes constitue une violation des droits fondamentaux, notamment de la dignité humaine et de l'intégrité de la personne, cette Convention pénale contre le trafic d'organes constitue une opportunité pour sanctionner les actes inacceptables liés à la transplantation d'organes. Cet instrument juridique vient s'ajouter aux outils juridiques internationaux de lutte contre la traite d'êtres humains, y compris la traite à des fins de prélèvement d'organes. Jusqu'à ce jour, le fait de disposer de normes strictes concernant les centres de prélèvement et de transplantation, l'allocation d'organes ou encore la traçabilité des organes, notamment en Europe grâce à la directive 2010/53/UE, contribuait indirectement à lutter contre trafic d'organes dans nos pays européens. Mais aucun texte international contraignant n'existait en matière de trafic d'organes. Cette convention est donc un véritable pas en avant en la matière.
Lire plus à ce sujet...


Articles similaires

Pays-Bas : consentement présumé pour le don d'organes

Pays-Bas : consentement présumé pour le don d'organes

- Don d'organes et mort

Le plan très controversé du parti démocrate néerlandais D66 pour augmenter le nombre de donneurs d'organes a été approuvé de justesse mardi à la Chambre des représentants. Le vote a été particulièrement serré, avec 75 voix pour et 74 voix contre. La proposition adoptée prévoit que chaque personne doit choisir si elle veut être donneuse ou pas. Mais si aucun choix n'est exprimé, la personne concernée sera enregistrée par défaut comme donneuse d'organes (Système du consentement présumé, égalemen...

Lire la suite

Don d’organes : la nouvelle loi belge

Don d’organes : la nouvelle loi belge

- Don d'organes et mort

Aura-t-elle un effet pervers ?

La loi du 19 décembre 2008 relative au matériel corporel humain est entrée en vigueur ce 1er décembre 2009. Quel  impact a-t-elle sur le don d'organes ? Depuis 1986 déjà, tout Belge est présumé, en cas de décès, consentir au don de ses organes en vue de leur transplantation, à moins qu'il ne s'y soit opposé par une démarche auprès de son  administration communale. Depuis ce mardi, tout Belge est également présumé consentir à ce que ses organes soient prélevés, n...

Lire la suite

Permis de conduire et don d'organes

Permis de conduire et don d'organes

- Don d'organes et mort

Chaque candidat conducteur invité à se prononcer sur le don d'organe.
Le 25 octobre 2011, Madame Nathalie Muylle et Monsieur Jef Van den Bergh (CD&V) ont déposé une proposition de loi (DOC 53 1843/001) visant à augmenter significativement le nombre de donneurs d'organe explicites. Aujourd'hui, en Belgique, toute personne majeure est réputée consentir à un don d'organe après son décès à moins d'avoir, de son vivant, exprimé une opposition explicite. Néanmoins, dans la pratique, l'avis de la fam...

Lire la suite