Chine : fin des prélèvements d’organes sur les prisonniers

Auteur / Source : Publié le : 02/03/2015 Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes et mort Actualités Temps de lecture : 2 min.

 Imprimer

Le gouvernement chinois a annoncé la fin du prélèvement d'organes sur les prisonniers dès janvier 2015. Selon les estimations officielles, deux tiers des organes greffés en Chine proviennent de condamnés à mort. Et si ce n'est pas un condamné à mort, c'est en général un prisonnier dans 9 cas sur 10.
Depuis l'entrée en vigueur d'une réglementation de 1984 en Chine, le prélèvement d'organes sur des criminels exécutés était officiellement légal, avec le consentement du condamné ou l'autorisation écrite de ses proches. Pourtant, plusieurs ONG ont dénoncé les abus des autorités chinoises, qui, la plupart du temps, ne prennent pas la peine de demander ni l'avis du prisonnier ni celui de sa famille.  Le don d'organes n'étant pas une pratique courante en Chine, les pouvoirs publics vont devoir trouver de nouveaux donneurs.
Cette défiance à l'égard du don d'organes trouve sa source dans la tradition chinoise, selon laquelle il est important de garder le corps des défunts entier, afin qu'il soit intact dans une vie future. C'est pourquoi les corps doivent être enterrés et non brûlés. Les jeunes chinois sont peut-être plus ouverts aujourd'hui au don d'organes. La difficulté sera de convaincre leurs parents, estime une jeune étudiante chinoise.
Source : Journal International


Articles similaires

USA : une femme se réveille du coma juste avant le prélèvement de ses organes

USA : une femme se réveille du coma juste avant le prélèvement de ses organes

- Don d'organes et mort

Une femme, déclarée en état de mort cérébrale, a ouvert les yeux juste avant qu'on ne l'opère pour prélever ses organes.  (Syracuse, Etat de New York) En 2009, Colleen S. Burns, 41 ans, était conduite aux urgences, victime d'une surconsommation de drogue. Les médecins de l'hôpital Saint-Joseph la déclarèrent en état de mort cérébrale et demandèrent  à ses proches la permission de prélever ses organes. Alors que la patiente était sur la table d'opération qui permettrait de prélever son coeur et...

Lire la suite

Accélérer le prélèvement d'organes chez les victimes d'un accident ?

- Don d'organes et mort

En 2013, ce sont 873 organes qui ont été transplantés en Belgique. Toutefois, malgré cette performance, de nombreux patients sont toujours en attente d'un organe. Selon le député MR Luc Gustin, une piste pour sauver bien d'autres vies serait de s'orienter vers un changement de la législation concernant non seulement le prélèvement d'organes mais aussi le transport urgent des victimes d'accident de la route et déclarées cliniquement mortes, vers un centre hospitalier. Il estime que les services...

Lire la suite

Etendre les critères de mortalité pour faciliter le don d'organes?

Etendre les critères de mortalité pour faciliter le don d'organes?

- Don d'organes et mort

Suite à une chute du nombre de donneurs d'organes en Belgique (265 en 2008, soit le nombre le plus bas depuis 2006),  Paul Schotsmans, professeur d'éthique médicale à la K.U. Leuven, propose de réfléchir à de nouvelles formes de transplantation d'organes, notamment en étendant les critères de mortalité dans le cadre du don d'organes.

Source : La Libre du 12/03/2009

Lire la suite