Pays-Bas : consentement présumé pour le don d'organes

Publié le : Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes et mort Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

Le plan très controversé du parti démocrate néerlandais D66 pour augmenter le nombre de donneurs d'organes a été approuvé de justesse mardi à la Chambre des représentants. Le vote a été particulièrement serré, avec 75 voix pour et 74 voix contre. La proposition adoptée prévoit que chaque personne doit choisir si elle veut être donneuse ou pas. Mais si aucun choix n'est exprimé, la personne concernée sera enregistrée par défaut comme donneuse d'organes (Système du consentement présumé, également d'application en Belgique).

Mardi, lors d'un débat portant sur ce système appelé « inscription active des donneurs » (qui, contrairement à ce que pourrait suggérer son nom, prévoit qu'on devient donneur si l'on ne déclare pas y être opposé), il semblait encore que la proposition ne recevrait pas suffisamment de soutien. Mais le D66 l'a ensuite adaptée pour faire pencher la balance en faveur d'une adoption.
Le groupe parlementaire du VVD (libéral-démocrate) a souligné au cours du débat que la proposition du député D66 Pia Dijkstra portait atteinte au droit de ne pas choisir. Les députés du VDD sont toutefois restés libres de décider de leur vote individuellement. Ce qui a permis que la proposition du D66 soit finalement adoptée .
Sources : ANP, medischcontact


Articles similaires

Chine : fin des prélèvements d’organes sur les prisonniers

Chine : fin des prélèvements d’organes sur les prisonniers

- Don d'organes et mort

Le gouvernement chinois a annoncé la fin du prélèvement d'organes sur les prisonniers dès janvier 2015. Selon les estimations officielles, deux tiers des organes greffés en Chine proviennent de condamnés à mort. Et si ce n'est pas un condamné à mort, c'est en général un prisonnier dans 9 cas sur 10.
Depuis l'entrée en vigueur d'une réglementation de 1984 en Chine, le prélèvement d'organes sur des criminels exécutés était officiellement légal, avec le consentement du condamné ou l'autorisation ...

Lire la suite

Accélérer le prélèvement d'organes chez les victimes d'un accident ?

- Don d'organes et mort

En 2013, ce sont 873 organes qui ont été transplantés en Belgique. Toutefois, malgré cette performance, de nombreux patients sont toujours en attente d'un organe. Selon le député MR Luc Gustin, une piste pour sauver bien d'autres vies serait de s'orienter vers un changement de la législation concernant non seulement le prélèvement d'organes mais aussi le transport urgent des victimes d'accident de la route et déclarées cliniquement mortes, vers un centre hospitalier. Il estime que les services...

Lire la suite

Etendre les critères de mortalité pour faciliter le don d'organes?

Etendre les critères de mortalité pour faciliter le don d'organes?

- Don d'organes et mort

Suite à une chute du nombre de donneurs d'organes en Belgique (265 en 2008, soit le nombre le plus bas depuis 2006),  Paul Schotsmans, professeur d'éthique médicale à la K.U. Leuven, propose de réfléchir à de nouvelles formes de transplantation d'organes, notamment en étendant les critères de mortalité dans le cadre du don d'organes.

Source : La Libre du 12/03/2009

Lire la suite