Pologne : vers une meilleure protection de l'enfant à naître ?

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Embryons

Actualités

Publié le : 29/09/2016

Jeudi dernier, deux projets de loi diamétralement opposés étaient en discussion au parlement de Varsovie, l'un réclamant la libéralisation de l'avortement, l'autre un durcissement de ses conditions, prévoyant des peines allant jusqu'à 5 ans de réclusion.
A ce jour en Pologne, l'avortement est autorisé lorsque la santé de la mère est en danger, en cas de handicap de l'enfant, ou en cas de viol et d'inceste. Quelque 2000 avortements légaux sont pratiqués chaque année, 90% pour des cas de trisomie.
Le PiS, parti conservateur Droit et Justice qui a remporté les élections en 2015, est divisé quant à l'opportunité de voter l'intégralité de cette proposition, certains de ses représentants s'opposant notamment à la pénalisation des femmes ayant recours à l'avortement.
Son chef de file, Jaroslaw Kaczynski s'est prononcé en faveur de l'interruption de grossesse dans le seul cas où la mère se trouve en danger mortel.
Il souhaite « interdire que des enfants soient tués parce qu'ils présentent des problèmes de développement. C'est inhumain ».
Les associations de défense de l'avortement ont de leur côté dénoncé le danger de criminalisation de l'avortement et le risque de multiplication des avortements clandestins.
Source :  Libération


Articles similaires

Belgique : un "enfant né sans vie" peut être enregistré 140 jours après la fécondation

Belgique : un "enfant né sans vie" peut être enregistré 140 jours après la fécondation

- Embryons

Le conseil des ministres a approuvé le 6 juillet, l'avant-projet de loi du ministre de la Justice, Koen Geens, autorisant l'enregistrement par les parents, sur une base volontaire, de "leur enfant sans vie à partir des 140 jours suivant la fécondation".
Actuellement, ce n'est qu'à partir de 6 mois (180 jours) de grossesse qu'un régime est prévu. Une "obligation de déclaration" est en vigueur, l'enfant se voyant attribuer un prénom. La nouvelle loi ajoute à l'obligation de déclaration la "possi...

Lire la suite

One of us : une initiative paneuropéenne d’envergure pour la protection de l’embryon

One of us : une initiative paneuropéenne d’envergure pour la protection de l’embryon

- Embryons

En signant ce document, chaque citoyen européen peut montrer son souci de protéger l'embryon humain. Nombreuses sont les associations qui de par l'Europe en appellent à leurs membres. Objectif : 1.000.000 de signatures de par 7 différents pays.

Pourquoi exiger de la Commission de protéger l'embryon humain ? C'est pour que soient repectées la dignité et de l'intégrité de l'embryon humain, tout comme cela a été établi par l'arrêt Brüstle contre Greenpeace de la CJUE qui définit l'embryon humain...

Lire la suite

CEDH : droit à la vie de l'enfant à naître

CEDH : droit à la vie de l'enfant à naître

- Embryons

C'est le 11 octobre dernier que la Cour Européenne des Droits de l'Homme a publié son arrêt dans l' Affaire Sayan c.Turquie (requête n° 81277/12).
Leyla Karatas, ressortissante turque enceinte de 9 mois décède aux urgences suite à des difficultés respiratoires. Une césarienne est effectuée d'urgence, mais l'enfant, vivant lors d'un contrôle médical quelques heures auparavant, est mort-né.
Après diverses procédures devant les instances nationales, Monsieur Davut Sayan, son mari, ainsi que ses t...

Lire la suite