Recherche biomédicale

Première mondiale : créer de l’os à partir de cellules souches de graisse

Belgique - Première mondiale : créer de l’os à partir de cellules souches de graisse

Des scientifiques de l'UCL viennent de mettre au point une technique pour créer de l'os artificiel à partir de cellules-souches prélevées dans la graisse du patient. Ces cellules-souches sont cultivées et multipliées trois mois avant d'être réimplantées là où l'os du patient manque. Développée pour des patients pour lesquels aucune solution n'était plus disponible, notamment des enfants atteints d'un cancer des os, cette technique, qui produit une sorte de plasticine que l'on peut modeler à la forme du vide à combler, pourrait être étendue à d'autres patients qui éprouvent des difficultés à « faire de l'os ».
« Notre découverte provient de la volonté de trouver des solutions notamment pour de jeunes patients qui avaient été opérés de cancer des os. Nous pouvons procéder à une greffe avec de l'os de donneurs, mais celui-ci est fixé avec des plaques de métal qui ne peuvent empêcher qu'il y ait une faiblesse à la jonction. Avec un risque de fracture très élevé. Leur confort de vie est s...

Lire la suite 


Le Secrétariat de la Comece s’inquiète du cadre éthique prévu pour « Horizon 2020 »

Le Secrétariat de la Comece s’inquiète du cadre éthique prévu pour « Horizon 2020 »

Sur proposition de la  Commission européenne, la Commission Parlementaire ITRE (Industrie, Recherche et Énergie) du Parlement européen adoptera cet automne le nouveau programme de recherche et d'innovation de l'UE intitulé « Horizon 2020 ». Cet ensemble de propositions est doté d'un budget de 87 millions d'€.
Le Secrétariat de la COMECE* a pris position sur les aspects éthiques du Programme « Horizon 2020 » : le cadre éthique est plus faible que celui qui est appliqué actuellement pour le programme 2007-2013.
Dans la disposition juridique concernant ce cadre éthique, deux principes essentiels manquent : celui de la protection de la dignité humaine et celui de la primauté de l'être humain qui doit prévaloir sur l'intérêt de la société ou de la science. En outre, l'engagement de la Commission européenne (Déclaration du 30 décembre 2006) d'exclure toute recherche impliquant l'utilisation de cellules souches embryonnaires a disparu. La récente décision de la Cour européenne de Justice da...

Lire la suite 


35 bébés médicaments déjà conçus en Belgique

Belgique - 35 bébés médicaments déjà conçus en Belgique

...ou des bébés conçus pour soigner.
En réponse à une question orale de Mme C. Fonck, Mme Onkelinx a précisé que, après examen génétique préimplantatoire, seule l'UZ Brussel pratiquait la sélection et l'implantation d'embryons HLA (human leukocyte antigens) destinés à soigner un frère ou une soeur existant. Les cellules HSC (hématopoïétiques) du cordon ombilical du bébé donneur sont ainsi utilisées.
Environ 600 examens préimplantatoires (PGD) sont pratiqués chaque année en Belgique. Le nombre de demandes de traitement PGD-HLA ( Fiv en vue d'un embryon bébé-médicament ) est d'environ 25 par an et reste stable (38 en 2012).
Avant d'entamer la procédure, le couple prend l'avis du médecin traitant de l'enfant malade. Ensuite, ce couple est soumis à un entretien psychologique approfondi afin d'évaluer le contexte familial et la possibilité pour le futur enfant "sauveur" de décider lui-même du don, quand il sera en âge de le faire. Il est important que soit garanti le bien-être psychique d...

Lire la suite 


Dispositifs médicaux : la COMECE pointe un manque de précaution

Dispositifs médicaux : la COMECE pointe un manque de précaution

Dans un avis publié aujourd'hui, le Groupe de Réflexion de la COMECE* sur les questions bioéthiques se félicite qu'une procédure de révision de la législation européenne qui encadre les dispositifs médicaux ait été amorcée. Cependant, il met en garde contre certains manquements à l'éthique.
Actuellement, environ un demi-million de dispositifs médicaux (DM) circulent sur le marché européen, des simples verres correcteurs et lentilles de contact, jusqu'aux machines à rayons X,  stimulateurs cardiaques et dispositifs médicaux de diagnostic in vitro (DMDIV).
Sont-ils tous vraiment sans danger? Sommes-nous pleinement conscients des implications éthiques que leur utilisation peut avoir sur les individus ? Pour répondre à ces inquiétudes, l'Union européenne révise actuellement le cadre législatif qui régit DM et DMDIV, afin d'améliorer  leur évaluation et renforcer la surveillance du marché et la vigilance.
Le Groupe de Réflexion de la COMECE sur les questions bioéthiques se félicite des ob...

Lire la suite 


Nouvelle Fiche Didactique de l'IEB !

I - BRÈVE PRÉSENTATION
Les cellules souches existent dans les tissus de l'organisme pour entretenir leur croissance ou les reconstruire. Elles ont la capacité de se diviser en cellules-filles identiques, tout en produisant de manière régulée d'autres cellules différenciées dans le type cellulaire approprié.... II - QUE DIT LE DROIT ?
... III - APPRÉCIATION CRITIQUE
Créer un clone embryonnaire ? Barrières techniques  - Éviter la destruction d'embryons humains - Vigilance

 Pour découvrir la Fiche ICI

Lire la suite 


Cellules iPS: découverte de nouveaux gènes pour la reprogrammation

Cellules iPS: découverte de nouveaux gènes pour la reprogrammation

La revue Cell Stem Cell révèle dans son numéro de septembre 2013 que le Centre de Médecine Régénérative de Barcelone (CMR), en collaboration avec l'Institut Salk en Californie, est parvenu à mettre au point "un nouveau procédé d'obtention de cellules iPS". L'équipe du professeur Juan Carlos Izpisua "vient de montrer qu'il existe au moins sept autres gènes capables d'intervenir dans le processus de reprogrammation" des cellules souches. Ces gènes "sont présents dans la cellule adulte et c'est la combinaison de leur expression" qui permet le processus de reprogrammation.
Dans ses travaux sur les cellules iPS qui lui ont valu le Prix Nobel de médecine en 2012, le Pr S. Yamanaka avait procédé à l'introduction de quatre gènes. De ce fait, "plutôt que d'envisager de 'reconstruire' de nouveaux tissus in vitro à partir de cellules souches adultes d'un patient", une "auto-réparation" des organes serait envisageable par cette nouvelle découverte, grâce à une reprogrammation in vivo.
BE Espagne...

Lire la suite 


France : vote de la proposition de loi autorisant la recherche sur l’embryon humain

France - France : vote de la proposition de loi autorisant la recherche sur l’embryon humain

Les députés français ont voté, ce mardi 16 juillet 2013, par 314 voix pour et 223 voix contre, la libéralisation de la recherche sur l'embryon humain. L'embryon surnuméraire dépourvu de projet parental devient par principe disponible à l'industrie pharmaceutique. Ce texte modifie considérablement les conditions de la recherche sur l'embryon et les cellules souches embryonnaires, en supprimant l'interdiction de principe pour y substituer un cadre beaucoup plus large et flou. Ce vote a eu lieu sans que les Français aient été préalablement consultés par des états généraux, comme le prévoit pourtant la loi bioéthique du 7 juillet 2011.
Pour le docteur Xavier Mirabel, « Autoriser la recherche sur l'embryon est grave éthiquement car c'est chosifier l'être humain à son premier stade. De plus il n'y a aucune raison scientifique à traiter l'embryon humain comme un cobaye de laboratoire. Le prix Nobel de médecine vient d'être décerné au japonais Shinya Yamanaka et au britannique John Gurdon po...

Lire la suite 


Analyse ADN facturée 300 euros en Belgique contre seulement 30 euros en Allemagne.

Analyse ADN facturée 300 euros en Belgique contre seulement 30 euros en Allemagne.

Une société de Munich a été choisie pour effectuer l'analyse annuelle d'environ 8.000 échantillons ADN de personnes condamnées par la justice belge. Les laboratoires belges, qui réalisaient jusqu'à présent ces analyses, regrettent qu'elles ne soient plus effectuées dans le pays, indique De Standaard.
Le gouvernement a décidé d'attribuer dès 2014 l'analyse des échantillons ADN des condamnés à la société allemande Eurofins Medigenomix Forensik afin de réaliser des économies. En effet, une analyse est facturée 300 euros en Belgique contre seulement 30 euros en Allemagne.
Ces dernières années, le coût des analyses ADN demandées par la justice belge a été compris entre 8 et 10 millions d'euros. La base de données ADN sera élargie l'année prochaine et le nombre d'analyses passera de 4.000 à 8.000. Pour limiter les coûts, la ministre de la Justice, Annemie Turtelboom, avait donc lancé un appel d'offres européen.

Lire la suite 


Incohérences des normes européennes et nationales pour les essais cliniques sur des patients

Incohérences des normes européennes et nationales pour les essais cliniques sur des patients

S'inquiétant de la complexité croissante des réglementations nationales en vigueur pour les essais cliniques, mais aussi souvent de leur incohérence lorsque celles-ci concernent des institutions académiques et des pays différents, l'Organisation de Coopération et de développement économique (OCDE) appelle ses États membres à harmoniser leurs procédures en la matière.

Cette recommandation marque un grand pas en avant car elle devrait davantage faciliter la coopération internationale, en particulier pour les essais réalisés à l'initiative d'institutions académiques. Elle vise principalement à améliorer la cohérence entre les réglementations nationales et leurs interprétations, et à rationaliser les procédures de contrôle et de gestion des essais cliniques, en introduisant une approche réglementaire proportionnée, tout en renforçant la protection des participants aux essais cliniques.

Le Journal du Médecin n° 2303 - mardi 5 mars 2013 - p. 6 & 23

Lire la suite 


Alcool et conception : éviter de martyriser l'enfant... si on a pu enfanter !

Alcool et conception : éviter de martyriser l'enfant... si on a pu enfanter !

Dr Dominique-Jean Bouilliez, d'après les communications du Pr Petra De Sutter (UZ Gent) et du Pr Pierre Bernard (UCL), se sont exprimés lors du 16e symposium organise par le CPSM (Centre de Pathologie Sexuelle Masculine).
S'il existe beaucoup d'études mais peu de preuves cliniques chez l'homme des effets de l'alcool sur la reproduction, cela n'empêche celles qui ont été effectuées sur modèle animal d'être convaincantes. La Pr Petra De Sutter s'est attachée à expliquer les perturbations endocriniennes liées à l'alcoolisme chronique dans les deux sexes. On peut retenir ces grands titres : l'alcoolisme met la reproduction masculine en péril et conduit chez l'homme à une féminisation. L'alcoolisme chronique exerce également un effet direct sur la spermatogenèse qui conduit à l'infertilité. De plus, on sait que le taux d'estrogène est abaissé chez les filles de 12 à 18 ans lorsqu'elles ont consommé de l'alcool, même en petites quantités.
Le Pr Pierre Bernard a aussi souligné le fait qu'en...

Lire la suite