Recherche biomédicale

Fin des tests sur les embryons humains? Banque de CSA déprogrammées

10 sociétés pharmaceutiques internationales vont travailler avec des scientifiques de 11 pays européens pour monter une banque de cellules souches, dont l'objectif sera de tester de nouveaux médicaments, rapporte Foxnews.

La StemBANCC, coordonnée par le groupe pharmaceutique suisse Roche et dirigée par des scientifiques de l'université d'Oxford, prélèvera des cellules souches chez des personnes adultes atteintes de maladies telles que le diabète ou la démence.
Les chercheurs ont récemment découvert une manière de déprogrammer des cellules souches adultes de peau ou de sang, pour obtenir des cellules souches pluripotentes induites (iPS), capables de produire n'importe quel tissu.
Cette découverte, qui a valu au Professeur Shinya Yamanakade de recevoir le Prix Nobel de Médecine en 2012, permet ainsi de tester, sans destruction d'embryons humains, les effets de nouveaux médicaments à un stade préliminaire de la cellule.
L'objectif de la StemBANCC est donc de créer 1.500 lignes de ces c...

Lire la suite 


ULB : traçage génétique / cellules souches adultes.

ULB : traçage génétique / cellules souches adultes.

Les équipes de Cédric Blanpain (ULB) et de Benjamin Simons (Université de Cambridge) ont mis au point une méthode de traçage génétique qui marque spécifiquement avec un motif fluorescent des cellules capables de se diviser dans leur environnement tissulaire. La méthode permet de suivre au cours du temps le devenir des cellules marquées et de leur descendance clonale. C'est ainsi qu'ont été découvertes des cellules souches cancéreuses dans des tumeurs spontanées.

Mais la méthode permet aussi de faire des avancées spectaculaires dans la simple compréhension du renouvellement d'un tissu sain. Les mêmes équipes ont ainsi réalisé un traçage de l'hétérogénéité cellulaire des cellules épidermiques en ciblant des récepteurs hormonaux spécifiques des cellules progénitrices. Elles ont pu faire un suivi quantitatif de la dynamique de prolifération cellulaire dans une peau blessée et en voie de cicatrisation. Cette recherche est complètement fondamentale, car elle mène à revoir l'état des conna...

Lire la suite 


Un Nobel très éthique

Grâce à son travail sur les cellules souches pluripotentes induites (iPS), le professeur japonais Yamanaka, un des deux lauréat du Nobel de médecine 2012, a réussi le tour de force de faire avancer prodigieusement la science tout en contournant l'obstacle éthique que constitue l'utilisation des cellules souches embryonnaires.
D'aucuns pensaient  en effet que les cellules souches embryonnaires étaient essentielles pour la recherche de traitements contre des maladies parmi les plus graves. Toutefois, le fait de prélever des cellules souches à partir d'embryons revient à les détruire.

Lorsque le professeur Yamanaka réussit à produire les premières cellules iPS, ce fut immédiatement salué comme une avancée majeure puisque de telles cellules ont, sous contrôle, des capacités de multiplication, et de différentiation en divers types cellulaires.
Yamanaka a donc réussi en quelque sorte à leur faire remonter le temps. Une cure de jouvence qui bouleverse radicalement la perspective des thérap...

Lire la suite 


Prix pour un chercheur belge de l’ULB dans le domaine des cellules souches adultes

Belgique - Prix pour un chercheur belge de l’ULB dans le domaine des cellules souches adultes

Le Docteur Cédric Blanpain (ULB) a obtenu le Prix 2012 du jeune investigateur le plus méritant dans le domaine des cellules souches adultes, prix décerné par la société internationale de recherche sur les cellules souches (ISSCR).
Chacune des découvertes du Dr Blanpain permet de nombreuses applications directes et indirectes pour la prévention et la thérapeutique des cancers. En matière de cellules cardiovasculaires ; par exemple, la technique mise au point pourrait permettre de tester la toxicité des médicaments et la greffe de cellules à des patients cancéreux.

Source : Le Journal du médecin, 17/01/2012

Lire la suite 


Leuven: production de cellules souches adultes issues de tissus graisseux

"Avec Cellerix, TiGenix est la plateforme de thérapie cellulaire la plus avancée du monde. Cette plateforme est la seule qui ait obtenu l'approbation des autorités européennes pour faire des études cliniques et les commercialiser immédiatement." affirme le communiqué de presse diffusé largement ces jours-ci en Belgique.

TiGenix espère surtout tirer sa croissance des 3 nouveaux produits apportés par Cellerix, tous  en cours d'études cliniques, et fabriqués à partir des cellules souches adultes issues de tissus graisseux. Une originalité par rapport aux autres biotechs, qui utilisent pour la plupart des cellules de la moelle osseuse ou du placenta. "Nous utilisons de la graisse provenant des cliniques de liposuccion. Nous en extrayons des cellules souches. Avec un donneur, nous pouvons fabriquer 360.000 doses du traitement compatible avec n'importe quel malade, contrairement aux cellules issues de la moelle osseuse du seul patient", indique le CEO, Eduardo Bravo.

Lire la suite 


Le Comité consultatif de bioéthique de Belgique a célébré ses 15 ans d’activité.

De l'embryon à l'euthanasie et à la transplantation d'organes, le Comité de bioéthique de Belgique a publié 50 avis en 15 ans, souvent à la demande de parlementaires ou de ministres. Au-delà de la préparation d'une loi, le Comité rappelle a posteriori aux parlementaires que leurs lois ne sont pas toujours conformes à l'éthique.

C'est ce qui a été rappelé lors d'une conférence organisée à l'occasion de cet anniversaire. Un orateur a également souligné le fait qu'il avait fallu 5 ans pour mettre sur pied ce groupe d'experts, dont la nomination est aussi politique, avant qu'il ne soit effectif. « Ce comité est capable de dépasser le patchwork d'opinions et fournit des analyses exhaustives, en toute liberté. Il permet de penser au-delà des sensibilités et des intérêts particuliers, sans verser dans l'idéologie » a estimé la ministre Laurette Onkelinx dans le communiqué lu à cette occasion.

Lire la suite 


Charleroi : MaSTherCell pour la production et livraison de cellules souches

Encouragé par le gouvernement wallon et sous l'impulsion de Jean-Claude Marcourt, ministre de l'économie, MaSTherCell (Manufacturing Synergies for Therapeutic Celles) sera opérationnel dès juin 2012 dans le Biopark de Charleroi, rejoignant ainsi le trio des sociétés actives en Wallonie (Bone Therapeutics, Promethera et Cardio3-Biosciences ) dans le domaine de la thérapie cellulaire.

Quatre types de cellules sont utilisés aujourd'hui : les cellules différenciées, les cellules souches adultes et embryonnaires et les cellules souches pluripotentes induites (iPS). « Nous allons produire des cellules médicaments pour le compte de sociétés de biotechnologie et pharmaceutiques, européennes, belges et américaines, voire asiatiques, explique Didier Argentin, directeur du projet et cofondateur de MaSTherCell. En ce qui concerne les types de cellules et d'applications thérapeutiques, nous partons sans a priori et cela variera dans le temps en fonction des demandes de nos clients, même s'il est...

Lire la suite 


Cour de justice de l'UE: pas de brevet pour les recherches utilisant des embryons humains

Cour de justice de l'UE: pas de brevet pour les recherches utilisant des embryons humains

Le 18 octobre 2011, la Cour de justice de l'Union européenne a interdit le brevetage d'un procédé utilisant des embryons humains et entraînant leur destruction : ce jugement intervient après que Greenpeace a demandé l'annulation d'un brevet portant sur une technique utilisant des cellules souches embryonnaires humaines. La Cour fédérale de justice allemande avait saisi la juridiction du Luxembourg au sujet de l'interprétation de la notion d'embryon humain *.

Dans son arrêt, la Cour de justice de l'Union européenne prend clairement position sur la question du financement de la recherche impliquant l'usage de cellules prélevées sur des embryons humains. Les juges européens ont rejeté toute possibilité de brevetabilité dès lors que "le respect de la personne humaine pourrait en être affecté" : ainsi, "doit être exclu de la brevetabilité un procédé qui, en utilisant le prélèvement de cellules souches obtenues à partir d'un embryon humain au stade du blastocyste, entraîne la destruction ...

Lire la suite 


La fondation Francqui récompense une recherche sur embryons

Pierre Vanderhaeghen, chercheur FNRS à l'Institut de recherche interdisciplinaire en biologie humaine et moléculaire (IRIBHM) à la Faculté de médecine de l'ULB, a été désigné lauréat du Prix Francqui 2011 (250.000 euros) pour ses travaux ayant notamment permis de générer pour la première fois du cortex cérébral à partir de cellules souches embryonnaires.
C'est ce qu'a annoncé la Fondation, dont  le conseil d'administration multidisciplinaire est présidé par le ministre d'Etat Marc Eyskens.
Le nombre d'embryons utilisés et détruits pour mener ces recherches n'a pas été mentionné. Voir le rapport de la Fondation Francqui

Voir aussi Bulletin du 22 juin 2011

Lire la suite 


Fondation Francqui : précisions

Notre Bulletin du 31 mai 2011, relayant le communiqué du FNRS mentionnant que le prix Francqui 2011 était attribué au Prof. Vanderhaegen, pourrait laisser penser que les résultats primés ont été obtenus en utilisant l'embryon humain comme matériau de départ, alors qu'il s'agit, en fait, d'embryons de souris.
Cette réalisation est toutefois décrite par les auteurs comme une étape vers le façonnement de cortex humain pour différentes études ou recherches, ou en médecine régénérative (Gaspard et al., Nature, 2008).

Lire la suite