Nouvelle Fiche Didactique de l'IEB !

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche sur les embryons

Actualités

Publié le : 19/09/2013

I – BRÈVE PRÉSENTATION
Les cellules souches existent dans les tissus de l'organisme pour entretenir leur croissance ou les reconstruire. Elles ont la capacité de se diviser en cellules-filles identiques, tout en produisant de manière régulée d'autres cellules différenciées dans le type cellulaire approprié.…


II – QUE DIT LE DROIT ?


III – APPRÉCIATION CRITIQUE
Créer un clone embryonnaire ? Barrières techniques  - Éviter la destruction d'embryons humains - Vigilance

 Pour découvrir la Fiche ICI


Articles similaires

Nouvelle brochure : "La clause de conscience au profit des professionnels de la santé en Belgique"

- Clauses de conscience

Un médecin peut-il refuser de pratiquer une euthanasie ?

Une infirmière peut-elle refuser de participer à un avortement ?

Un pharmacien peut-il refuser de délivrer certains produits ?

La légitimité de ces attitudes est-elle consacrée en droit voire reconnue par la loi belge ?

De façon synthétique, sous la forme de questions-réponses, cette brochure de l'Institut Européen de Bioéthique tente de faire le point sur ces questions.

 

Si vous croyez pouvoir faire bon usage de cette brochur...

Lire la suite

Nieuwe Fiche ! Medisch begeleide voortplanting

- Procréation médicalement assistée

Didactische Fiche n° 8 :     HIER

KORTE INLEIDING : Definitie, Statistieken voor België, De verschillende technieken voor MBV.
WAT ZEGT HET RECHT in België ?
KRITISCHE BESCHOUWING : Een enorme stijging van het aantal behandelingen wegens onvruchtbaarheid - Is MBV altijd noodzakelijk vanuit een strikt medisch standpunt ? - Recht op een kind en rechten van het kind - Is beroep doen op een MBV zonder gevaar? - Wordt het lichaam niet gereduceerd tot een ding? - Het recht op informatie.

Lire la suite

Nouvelle Zélande : la Haute Cour refuse une demande d’euthanasie

Nouvelle Zélande : la Haute Cour refuse une demande d’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Au motif qu'il lui restait peu de temps à vivre, Madame Seals, âgée de 42 ans et atteinte d'une tumeur au cerveau, souhaitait choisir elle-même le moment de sa mort et avait demandé à son médecin de l'aider à mourir, soit par euthanasie directe, soit par suicide assisté. Consentant, le médecin avait décidé, pour toute sécurité, de saisir la justice afin de s'assurer de la légalité de cette action, l'euthanasie et le suicide assisté n'étant pas dépénalisés en Nouvelle Zélande.

Ce vendredi 5 ju...

Lire la suite