Le Secrétariat de la Comece s’inquiète du cadre éthique prévu pour « Horizon 2020 »

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche sur les embryons

Actualités

Publié le : 04/12/2013

Sur proposition de la  Commission européenne, la Commission Parlementaire ITRE (Industrie, Recherche et Énergie) du Parlement européen adoptera cet automne le nouveau programme de recherche et d'innovation de l'UE intitulé « Horizon 2020 ». Cet ensemble de propositions est doté d'un budget de 87 millions d'€.
Le Secrétariat de la COMECE* a pris position sur les aspects éthiques du Programme « Horizon 2020 » : le cadre éthique est plus faible que celui qui est appliqué actuellement pour le programme 2007-2013.
Dans la disposition juridique concernant ce cadre éthique, deux principes essentiels manquent : celui de la protection de la dignité humaine et celui de la primauté de l'être humain qui doit prévaloir sur l'intérêt de la société ou de la science. En outre, l'engagement de la Commission européenne (Déclaration du 30 décembre 2006) d'exclure toute recherche impliquant l'utilisation de cellules souches embryonnaires a disparu. La récente décision de la Cour européenne de Justice dans l'affaire Greenpeace v. Brüstle qui refuse de reconnaître comme brevetables les procédés utilisant des cellules souches prélevées sur des embryons humains conforte la position du Secrétariat de la COMECE.

*Commission des Episcopats de la Comunauté Européenne
 


Articles similaires

La création d’ « embroïdes » provoque un flou éthique nouveau

La création d’ « embroïdes » provoque un flou éthique nouveau

- Recherche sur les embryons

En septembre 2017, des chercheurs de l'Université de Michigan ont déclaré avoir découvert une nouvelle manière de créer des embryons. L'équipe tentait de créer des « organoïdes », organes miniatures, à partir de cellules souches humaines. Elle s'est rendue compte que ces agrégats de cellules s'organisaient de telle manière à présenter progressivement de plus en plus les caractéristiques d'un embryon.

Il manquait à ces entités dites « embroïdes » plusieurs types de cellules-souches-clefs. Ceci...

Lire la suite

Un Nobel très éthique

- Recherche sur les embryons

Grâce à son travail sur les cellules souches pluripotentes induites (iPS), le professeur japonais Yamanaka, un des deux lauréat du Nobel de médecine 2012, a réussi le tour de force de faire avancer prodigieusement la science tout en contournant l'obstacle éthique que constitue l'utilisation des cellules souches embryonnaires.
D'aucuns pensaient  en effet que les cellules souches embryonnaires étaient essentielles pour la recherche de traitements contre des maladies parmi les plus graves. Toute...

Lire la suite

UNESCO : le Comité International de Bioéthique (CIB) plaide pour la protection du génome humain

- Génétique

A l'UNESCO, lors des sessions de la Commission mondiale d'éthique des connaissances scientifiques et des technologies (COMEST) et du Comité International de Bioéthique (CIB) du 29 septembre au 1er octobre 2015 à Paris, le CIB a appelé à un moratoire sur les techniques d'édition de l'ADN des cellules reproductrices humaines, afin d'éviter tout risque de dérive eugénique.
Cette session a porté sur les enjeux éthiques représentés par l'avancée de la technique dans le domaine de la génétique. Depu...

Lire la suite