Télévie en Belgique : 20.000 euros pour un projet utilisant les cellules souches embryonnaires

Publié le : Thématique : Recherche biomédicale / Génétique Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

L'asbl ABMM organise depuis plus de 10 ans le Télévie et mobilise de nombreux volontaires chaque année pour la collecte de dons. C'est en moyenne 250.000 euros qui sont ainsi collectés chaque année, et notamment par son « centre téléphonique de promesse ».
Plusieurs projets de recherche trouvent ainsi un appui financier. Cette année, un projet intitulé « Human pluripotent stem cells as disease models for myotonic dystrophy type 1  » du Dr Karen Sermon de la VUB a été sélectionné et a bénéficié d'un soutien financier s'élevant à 20.000 euros.
Le projet financé étudie la myotonie dystrophique du type 1 (DM1) qui est une maladie neuromusculaire autosomale dominante. Pour ce faire, les chercheurs ont recours à des cellules souches de deux provenances. La première est celle dérivée d'embryons, qui après un diagnostic préimplantatoire (DPI) ont été identifiés comme portant la maladie DM1 et serviront donc à la recherche. La deuxième provenance est celle de la reprogrammation des cellules en partant d'une biopsie cutanée d'une personne atteinte de la maladie DM1 (les Induced Pluripotent Stem Cells, ou iPSC). L'objectif de ces recherches étant de développer un modèle in vitro de DM1 qui aidera à comprendre la maladie, et à tester de nouveaux traitements.
Du fait de la destruction des embryons mais aussi de la sélection de ceux-ci lors du DPI, se pose la question éthique. Les donateurs au Télévie en sont peut-être conscients.

Fiches didactiques : Fiche Cellules ipS (Induced Pluripotent Stem Cells) - Fiche DPI (Diagnostique préimplantatoire)
 


Articles similaires

Belgique : pour un dépistage génétique généralisé en contexte de procréation

Belgique : pour un dépistage génétique généralisé en contexte de procréation

- Génétique

Dans son avis 9240, publié en mars dernier, le Conseil Supérieur de la Santé (CSS) s'est prononcé sur le Dépistage génétique généralisé en contexte de procréation. Ce dépistage s'adresse aux couples envisageant la conception d'un enfant. Avant même le début d'une grossesse, cet examen permet de détecter si l'enfant non encore conçu risque de développer une maladie héréditaire à transmission autosomique ou à transmission liée à l'X. Ces maladies sont récessives, c'est-à-dire que les parents peu...

Lire la suite

Analyse ADN facturée 300 euros en Belgique contre seulement 30 euros en Allemagne.

Analyse ADN facturée 300 euros en Belgique contre seulement 30 euros en Allemagne.

- Génétique

Une société de Munich a été choisie pour effectuer l'analyse annuelle d'environ 8.000 échantillons ADN de personnes condamnées par la justice belge. Les laboratoires belges, qui réalisaient jusqu'à présent ces analyses, regrettent qu'elles ne soient plus effectuées dans le pays, indique De Standaard.
Le gouvernement a décidé d'attribuer dès 2014 l'analyse des échantillons ADN des condamnés à la société allemande Eurofins Medigenomix Forensik afin de réaliser des économies. En effet, une analys...

Lire la suite

Charleroi : MaSTherCell pour la production et livraison de cellules souches

Charleroi : MaSTherCell pour la production et livraison de cellules souches

- Génétique

Encouragé par le gouvernement wallon et sous l'impulsion de Jean-Claude Marcourt, ministre de l'économie, MaSTherCell (Manufacturing Synergies for Therapeutic Celles) sera opérationnel dès juin 2012 dans le Biopark de Charleroi, rejoignant ainsi le trio des sociétés actives en Wallonie (Bone Therapeutics, Promethera et Cardio3-Biosciences ) dans le domaine de la thérapie cellulaire.

Quatre types de cellules sont utilisés aujourd'hui : les cellules différenciées, les cellules souches adultes e...

Lire la suite