Télévie en Belgique : 20.000 euros pour un projet utilisant les cellules souches embryonnaires

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Génétique

Actualités - Belgique

Publié le : 17/01/2014

L'asbl ABMM organise depuis plus de 10 ans le Télévie et mobilise de nombreux volontaires chaque année pour la collecte de dons. C'est en moyenne 250.000 euros qui sont ainsi collectés chaque année, et notamment par son « centre téléphonique de promesse ».
Plusieurs projets de recherche trouvent ainsi un appui financier. Cette année, un projet intitulé « Human pluripotent stem cells as disease models for myotonic dystrophy type 1  » du Dr Karen Sermon de la VUB a été sélectionné et a bénéficié d'un soutien financier s'élevant à 20.000 euros.
Le projet financé étudie la myotonie dystrophique du type 1 (DM1) qui est une maladie neuromusculaire autosomale dominante. Pour ce faire, les chercheurs ont recours à des cellules souches de deux provenances. La première est celle dérivée d'embryons, qui après un diagnostic préimplantatoire (DPI) ont été identifiés comme portant la maladie DM1 et serviront donc à la recherche. La deuxième provenance est celle de la reprogrammation des cellules en partant d'une biopsie cutanée d'une personne atteinte de la maladie DM1 (les Induced Pluripotent Stem Cells, ou iPSC). L'objectif de ces recherches étant de développer un modèle in vitro de DM1 qui aidera à comprendre la maladie, et à tester de nouveaux traitements.
Du fait de la destruction des embryons mais aussi de la sélection de ceux-ci lors du DPI, se pose la question éthique. Les donateurs au Télévie en sont peut-être conscients.

Fiches didactiques : Fiche Cellules ipS (Induced Pluripotent Stem Cells) - Fiche DPI (Diagnostique préimplantatoire)
 


Articles similaires

Cardio 3 : des cellules souches adultes pour régénérer le coeur fragilisé

Cardio 3 : des cellules souches adultes pour régénérer le coeur fragilisé

- Génétique

L'autorité américaine de santé, la Food and Drug Administration (FDA) vient de donner son feu vert à la société biopharmaceutique belge Cardio3 BioSciences pour un essai clinique de phase III sur le test du traitement C-Cure sur 240 patients. Ce traitement, qui utilise des cellules souches adultes, "représente les travaux les plus avancés dans le domaine des thérapies cellulaires pour les maladies cardiaques". Il pourrait être mis sur le marché à l'horizon 2016 et permettrait de ne pas recouri...

Lire la suite

Charleroi : MaSTherCell pour la production et livraison de cellules souches

Charleroi : MaSTherCell pour la production et livraison de cellules souches

- Génétique

Encouragé par le gouvernement wallon et sous l'impulsion de Jean-Claude Marcourt, ministre de l'économie, MaSTherCell (Manufacturing Synergies for Therapeutic Celles) sera opérationnel dès juin 2012 dans le Biopark de Charleroi, rejoignant ainsi le trio des sociétés actives en Wallonie (Bone Therapeutics, Promethera et Cardio3-Biosciences ) dans le domaine de la thérapie cellulaire.

Quatre types de cellules sont utilisés aujourd'hui : les cellules différenciées, les cellules souches adultes e...

Lire la suite

Clinique St Luc (Bruxelles) : banque de cellules souches adipeuses

- Génétique

La Banque de cellules souches adipeuses de Saint-Luc propose l'autotransplantation aux patients atteints de non-consolidation osseuse (post-traumatique, après exérèse d'une tumeur) ou plaies après radiothérapie. Cette technique consiste à prélever de la graisse sur le patient puis d'en extraire des cellules souches (adultes) qui permettront de reconstruire les os et de guérir les plaies. Six patients à ce jour ont déjà bénéficié d'une autogreffe de cellules souches adipeuses. Ce programme est ...

Lire la suite