Pénurie de don de corps ?

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche médicale

Actualités

Publié le : 21/03/2014

L'ULg (Université de Liège) lance en ce mois de mars une campagne destinée à informer sur le don de corps sous l'intitulé « L'ultime don de soi ». Cette brochure sera distribuée dans les administrations communales, chez les notaires mais aussi chez les médecins généralistes. Souvent méconnu du grand public et parfois confondu avec le don d'organes, le don de corps reste pourtant indispensable à l'exercice de la médecine. Or, ces dons sont rares et menacent même de devenir insuffisants si certaines initiatives ne sont pas prises pour sensibiliser à l'utilité de ce geste, dont les progrès de la science laissent parfois penser qu'il est devenu accessoire.
« Nous recevons entre 60 et 80 corps par an mais c'est vraiment un minimum par rapport aux besoins », explique Pierre Bonnet, professeur dans le service d'anatomie humaine de l'ULg. « Le nombre d'étudiants en médecine a beaucoup augmenté ces dernières années. Nous commençons à travailler sur des corps en deuxième année ; or nous avons environ 300 étudiants en deuxième année. Ils travaillent par groupe de 8 ou 12 sur 16 tables de dissection, ce qui nécessite aussi de l'organisation. Je dirais que nous avons besoin d'environ 30 à 40 corps par an avec l'incertitude que nous ne savons jamais quand nous allons les recevoir et qu'il faut donc pouvoir préparer l'avenir. Les personnes qui marquent aujourd'hui leur accord décéderont évidemment bien plus tard. » Journal du Médecin 18/03/2014


Articles similaires

Avec le Brexit, risque d'une pénurie de sperme au Royaume-Uni ?

Avec le Brexit, risque d'une pénurie de sperme au Royaume-Uni ?

- Don de gamètes

Une sortie de l'Union européenne sans accord risque de mettre en difficulté les couples britanniques qui font appel au don de sperme pour procréer, car ils ne pourront plus faire appel aux banques de spermes européennes, a souligné le gouvernement anglais.

Dans une note technique destinée à préparer les entreprises et la population aux conséquences d'un divorce éventuellement sans accord, le gouvernement britannique souligne que le pays avait importé quelque 3.000 échantillons de sperme du D...

Lire la suite

Belgique : pénurie de médecins formés à l’avortement

Belgique : pénurie de médecins formés à l’avortement

- Avortement

Près de 15 ans après l'adoption par le parlement belge de la loi dépénalisant l'avortement, la Belgique fait face à une pénurie croissante de médecins prêts à s'engager dans cette pratique. Cette difficulté est particulièrement criante dans la province de Luxembourg, comme le centre de planning familial des femmes prévoyantes socialistes d'Arlon en fait état.
Cette situation s'explique pour partie en raison de l'absence de formation des jeunes médecins à la pratique de l'interruption volontair...

Lire la suite

Pénurie de médecins  pratiquant l’avortement ?

Pénurie de médecins pratiquant l’avortement ?

- Avortement

C'est dans une publication du Centre d'action laïque (CAL) que le Dr Dominique Roynet, partage sa vision à propos de la pratique de l'avortement en Belgique. " Faire des avortements ne s'improvise pas : outre une expertise de la technique de vacu-aspiration sous anesthésie locale, il faut maîtriser la dimension relationnelle et émotionnelle de cet acte peu banal dans la vie d'une femme, pouvoir travailler en équipe pluridisciplinaire et accepter d'être mal payé. " C'est pourquoi, selon elle, i...

Lire la suite