Découverte importante en matière de fécondation

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Gamètes

Actualités

Publié le : 08/08/2014

Après 10 ans de recherche, des chercheurs de Cambridge ont découvert l'élément-clé de l'ovule qui permet au spermatozoïde de le reconnaître et de venir s'ancrer à lui, toute première étape de la fécondation.
En 2005, une équipe nippone avait identifié la protéine, présente à la surface des spermatozoïdes, pour leur permettre de fusionner avec la membrane de l'ovocyte. Il l'avait appelé Izumo. Son pendant vient d'être dévoilé. Il s'agit de la protéine Juno, du nom de la déesse romaine de la fertilité. Pour parvenir à détecter la molécule située à la surface de l'ovocyte, les scientifiques britanniques ont utilisé une version synthétique d'Izumo. Ils ont ensuite testé la validité de leurs résultats en fécondant des souris femelles, modifiées de telle manière à ce que leurs ovules ne présentent pas la protéine Juno. Elles sont restées stériles tout comme les souris mâles dont le sperme n'est pas porteur d'Izumo. Par ailleurs, une fois que l'ancrage a eu lieu, Juno disparaît de la surface de l'ovule et devient indétectable pour éviter d'être reconnue par d'autres spermatozoïdes.
Toutes ces observations indiquent que le partenariat Juno-Izumo est indispensable à la reproduction chez les mammifères, y compris les humains. Cette trouvaille majeure pourrait ouvrir de nouvelles possibilités de traitement contre l'infertilité. Cela aura sans doute aussi un impact sur le développement de nouveaux contraceptifs.
(référence : Nature, 16 avril 2014, doi:10.1038/nature13203)
Source : Le Journal du médecin, 12/04/2014


Articles similaires

Fécondation in vitro low-cost

Fécondation in vitro low-cost

- Procréation médicalement assistée

Une simplification des techniques requises pour réussir la fabrication d'embryons humains en éprouvette permettrait d'en réduire le coût. La procédure actuelle est coûteuse (minimum 5.500 euros pour une FIV, par cycle, réussie ou non). Une nouvelle technique, développée à la Genk Institute for Fertility Technology en Belgique, ramenerait ce prix  à moins de 200 euros par cycle.
Cette procédure simplifiée permettrait selon les chercheurs d'éviter l'utilisation de coûteux incubateurs au dioxyde ...

Lire la suite

France : clause de conscience en matière de recherche

France : clause de conscience en matière de recherche

- Clauses de conscience

Jusqu'il y a peu en France, le droit de la santé ne retenait que deux clauses de conscience. La première visant l' « interruption volontaire de grossesse » (art. L. 2212-8 CSP) et l' « interruption de grossesse pour motif médical » (art. L. 2213-2 CSP), la seconde concernant la « stérilisation à visée contraceptive » par ligature des trompes ou des canaux déférents (art. L. 2123-1 CSP).

L'adoption par le Parlement d'une troisième clause de conscience en matière de recherche sur l'embryon revê...

Lire la suite

Fécondation in vitro et travail : éviter les discriminations

Fécondation in vitro et travail : éviter les discriminations

- Procréation médicalement assistée

Un article paru dans De Standaard évoquait la difficulté rencontrée par de nombreuses femmes de conjuguer un traitement de fécondation in vitro (FIV) et leur travail. L'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes rappelle que les problèmes rencontrés par les travailleuses dans leurs relations de travail peuvent relever d'une discrimination.

Le traitement, « exigeant et contraignant », implique des conséquences, notamment sur le lieu de travail. Il peut en effet être difficile pour le cou...

Lire la suite