Le coût des traitements oncologiques explose

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche médicale

Actualités

Publié le : 19/03/2014

D'après le rapport de la VLK (Vlaamse Liga tegen Kanker), les Mutualités Chrétiennes ont dévu leurs dépenses en traitements oncologiques augmenter de 348 % entre 2001 et 2011. Le coût pourrait atteindre quelque 100.000 euros par patient.

Le président de la VLK tient donc avant toute chose à lancer un message à l'industrie pharmaceutique. "Il faut cesser de développer des traitements visant une mutation spécifique et se concentrer davantage sur celles qui ciblent les voies métaboliques ('pathways'). L'inhibition des voies métaboliques permet de combattre difrents types de tumeurs dans une série de tissus, ce qui accroît le nombre de patients qui peuvent retirer un bénéfice d'un médicament et revient donc à comprimer les coûts."

La transparence des prix ...

Le Pr Cassiman, responsable du Centrum voor Menselijke Erfelijkheid rattaché à la Katholieke Universiteit Leuven, plaide  aussi et surtout pour une plus grande transparence des prix. "A cet égard, l'industrie ne va pas assez loin à l'heure actuelle. Bien sûr, elle est toujours prête à justifier les prix astronomiques des nouveaux médicaments (coût de la recherche, technologies particulièrement onéreuses utilisées dans le développement des traitements biologiques, etc.), mais elle n'explique jamais comment est fixé celui d'une spécialité donnée." Le spécialiste n'exclut donc pas que certaines entreprises - qu'il conviendrait d'après lui d'écarter purement et simplement du système - s'efforcent d'évaluer ce que la collectivité est prête à payer en fixant le prix le plus élevé possible pour voir si l'assurance-maladie suit. Le fait que les pouvoirs publics acceptent parfois de débourser des dizaines de milliers d'euros pour un médicament sans avoir la moindre idée de ce qui justifie ce montant lui semble donc complètement aberrant. Source: Le Journal du Médecin.


Articles similaires

Conseil de l’Europe : Guide sur traitements médicaux fin de vie

Conseil de l’Europe : Guide sur traitements médicaux fin de vie

- Soins palliatifs

Ce guide présente et redéfinit certains concepts. Y sont articulées les notions de justice en termes d'équité dans l'accompagnement en fin de vie, les notions d'hydratation et alimentation, d'autonomie, de bienfaisance et de malfaisance, de sédation intervenant dans le processus décisionnel. Le lecteur en appréciera sa forme synthétique et pédagogique. Un chapitre important est consacré aux directives anticipées et leur poids dans la décision du médecin, le tout s'inscrivant dans le cadre de l...

Lire la suite

Explosion du nombre de traitements de procréation médicale en Belgique : Nouvelle Fiche Didactique

Explosion du nombre de traitements de procréation médicale en Belgique : Nouvelle Fiche Didactique

- Procréation médicalement assistée

Au cours des dernières années, on constate une augmentation considérable du nombre de traitements de l'infertilité en Belgique. Le nombre de cycles de traitement par FIV / ICSI a plus que doublé entre 2004 et 2014, passant de 14.652 à 33.370 durant cette période. On a de plus enregistré une augmentation inexpliquée de presque 20% du nombre des traitements chez les moins de 36 ans.
La Belgique est-elle plus sujette à l'infertilité ou plus prompte à lancer des traitements lourds et coûteux ? Ass...

Lire la suite

Transsexualité : la Haute Cour de Londres met le holà à l’expansion des traitements bloqueurs de puberté

Transsexualité : la Haute Cour de Londres met le holà à l’expansion des traitements bloqueurs de puberté

- Genre et sexualité

Dans un arrêt déterminant pour le Royaume-Uni mais dont l'impact pourrait s'étendre bien au-delà de l'île, la Haute Cour de Londres a exprimé ses doutes quant à la capacité de consentement d'un mineur aux traitements ayant pour effet de bloquer sa puberté. En l'occurence, est mise en cause la clinique Tavistock and Portman NHS Trust, et son Service de Développement d'Identité de Genre, qui prend en charge des enfants vivant une « dysphorie de genre » (i.e. qui ne s'identifient pas au sexe de l...

Lire la suite