Le coût des traitements oncologiques explose

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche médicale

Actualités

Publié le : 19/03/2014

D'après le rapport de la VLK (Vlaamse Liga tegen Kanker), les Mutualités Chrétiennes ont dévu leurs dépenses en traitements oncologiques augmenter de 348 % entre 2001 et 2011. Le coût pourrait atteindre quelque 100.000 euros par patient.

Le président de la VLK tient donc avant toute chose à lancer un message à l'industrie pharmaceutique. "Il faut cesser de développer des traitements visant une mutation spécifique et se concentrer davantage sur celles qui ciblent les voies métaboliques ('pathways'). L'inhibition des voies métaboliques permet de combattre difrents types de tumeurs dans une série de tissus, ce qui accroît le nombre de patients qui peuvent retirer un bénéfice d'un médicament et revient donc à comprimer les coûts."

La transparence des prix ...

Le Pr Cassiman, responsable du Centrum voor Menselijke Erfelijkheid rattaché à la Katholieke Universiteit Leuven, plaide  aussi et surtout pour une plus grande transparence des prix. "A cet égard, l'industrie ne va pas assez loin à l'heure actuelle. Bien sûr, elle est toujours prête à justifier les prix astronomiques des nouveaux médicaments (coût de la recherche, technologies particulièrement onéreuses utilisées dans le développement des traitements biologiques, etc.), mais elle n'explique jamais comment est fixé celui d'une spécialité donnée." Le spécialiste n'exclut donc pas que certaines entreprises - qu'il conviendrait d'après lui d'écarter purement et simplement du système - s'efforcent d'évaluer ce que la collectivité est prête à payer en fixant le prix le plus élevé possible pour voir si l'assurance-maladie suit. Le fait que les pouvoirs publics acceptent parfois de débourser des dizaines de milliers d'euros pour un médicament sans avoir la moindre idée de ce qui justifie ce montant lui semble donc complètement aberrant. Source: Le Journal du Médecin.


Articles similaires

Inde : autoriser l'arrêt des soins et des traitements quitte à provoquer la mort

Inde : autoriser l'arrêt des soins et des traitements quitte à provoquer la mort

- Euthanasie et suicide assisté

Ce vendredi 9 mars 2018, la Cour Suprême d'Inde a reconnu aux personnes le droit de refuser, par voie de directives anticipées ou demande actuelle, tout traitement médical dans le but précis de se laisser mourir.

D'après elle, l'article 21 de la Constitution indienne, qui déclare le droit à la vie, à la liberté et la dignité, sous-entend un droit de chaque personne à une mort dans la paix et la dignité, sans souffrir. Ce droit impliquerait celui de refuser, de manière anticipée le cas échéant...

Lire la suite

Explosion du nombre de traitements de procréation médicale en Belgique : Nouvelle Fiche Didactique

Explosion du nombre de traitements de procréation médicale en Belgique : Nouvelle Fiche Didactique

- Procréation médicalement assistée

Au cours des dernières années, on constate une augmentation considérable du nombre de traitements de l'infertilité en Belgique. Le nombre de cycles de traitement par FIV / ICSI a plus que doublé entre 2004 et 2014, passant de 14.652 à 33.370 durant cette période. On a de plus enregistré une augmentation inexpliquée de presque 20% du nombre des traitements chez les moins de 36 ans.
La Belgique est-elle plus sujette à l'infertilité ou plus prompte à lancer des traitements lourds et coûteux ? Ass...

Lire la suite

Effets secondaires des traitements de l’infertilité

Effets secondaires des traitements de l’infertilité

- Procréation médicalement assistée

Le milieu scientifique en Belgique est demandeur d'une plus grande transparence dans les traitements de l'infertilité, pour pouvoir mieux évaluer l'efficacité réelle des traitements et les effets secondaires psychiques. En effet, seul un cycle FIV/ICSI sur cinq aboutit à une grossesse. En outre, l'Instituut voor Samenleving en Technologie (IST) a démontré qu'il faut en moyenne deux ans de traitement de l'infertilité pour aboutir à une naissance.

Par ailleurs, étant donné la forte pression psy...

Lire la suite