Début de vie > Procréation médicalement assistée

PMA

o    Greffe d'utérus

o    Embryon en 3D pour mieux détecter les anomalies avant réimplantation

o    Congélation "sociale" d'ovules pour des femmes célibataires

o    Financer la congélation d'ovocytes de ses employées ?

o    Eersteuitstelbaby

o    Pénurie de sperme en Belgique: les importations danoises à la rescousse

o    Nieuwspermabank-schandaal Nederland

o    Données individuelles, Biobanques et Google

o    Découverte importante en matière de fécondation

o    Vervolg NF-1 donorkinderen Deens donorsperma

o    Suisse : non aux bébés médicaments

o    Nederlandse Eicelban kbegint met uitgift eeicellen

o    Niet invasieve test genetische screening Trisomie 21

o    Comment retrouver son père biologique ?

o    Procréation médicalement assistée : performances du CHRN à Namur
 
 

o    CEDH - Paternité - Arrêt du 18 février 2014 - A.L. contre Pologne

Lire la suite 


Belgique : vers des centres de maternité de substitution ?

Belgique : vers des centres de maternité de substitution ?

Le 7 octobre 2014, une proposition de loi portant organisation des centres de maternité de substitution a été déposée devant la Chambre des représentants belge par mesdames Jiroflée et Detiège (sp.a). Ce texte vise à réglementer la maternité de substitution dite « de haute technologie », soit celle par laquelle une mère porteuse accepte de porter un embryon conçu par fécondation in vitro, qui n'a aucun lien génétique avec elle.
Les auteurs proposent d'autoriser les centres de fertilité agréés à créer un centre de maternité de substitution où une équipe de gynécologues, psychologues, juristes et internistes, assurerait le suivi médical, psychologique et social des gestations pour autrui.
Ce texte ouvrirait la gestation pour autrui (GPA) à tous les couples, mariés ou non, quel que soit leur sexe. Si l'un des parents demandeur est une femme, celle-ci aurait à produire une attestation constatant son incapacité à mener une grossesse à terme. Le droit de la filiation serait aussi modifié a...

Lire la suite 


Embryon en 3D pour mieux détecter les anomalies avant réimplantation

Embryon en 3D pour mieux détecter les anomalies avant réimplantation

Une nouvelle technique d'analyse s'appuyant sur l'imagerie assistée par ordinateur est à l'étude par des chercheurs du CHRU de Montpellier et de l'INSERM. Cette technique, visant à modéliser et imprimer en 3D un embryon permettrait aux médecins de détecter dans les moindres détails d'éventuels caractères morphologiques pouvant gêner l'implantation de l'embryon conçu in vitro. L'on pourrait ainsi sélectionner, avant de les réimplanter, les embryons les plus qualifiés.
Le taux d'échec des FIV (fécondations in vitro) reste en effet actuellement très élevé (77%) : dans 85% des cas, on constate un échec de l'implantation des embryons conçus in vitro. Pour le Dr. Hamamah, « cette approche non invasive permettra de doubler le taux de réussite de la FIV dans le respect total de l'éthique ».
Le Dr. Hamanah omet évidemment de parler de la sélection des embryons qui sera opérée avant la réimplantation, et de la destruction de ceux qui seront considérés comme non conformes.

Source: Journal du M...

Lire la suite 


Greffe d’utérus

Greffe d’utérus

Matts Brännström (Université de Göteborg, Suède) et ses collègues ont annoncé la naissance du premier bébé après greffe d'utérus dans la revue The Lancet. La maman est une femme de 36 ans, née sans utérus, et qui a donc bénéficié, après un traitement important, de l'utérus d'une amie de la famille âgée de 61 ans. Avant la greffe, la receveuse a dû recourir aux techniques de la procréation médicalement assistée (stimulation hormonale, prélèvement d'ovocytes, fécondation in vitro, congélation des embryons). Ce n'est qu'un an plus tard, après la greffe d'utérus, que l'embryon a été décongelé et réimplanté.
D'autres naissances seraient attendues en Suède, où ces médecins ont greffé huit autres femmes atteintes d'infertilité d'origine utérine, à partir de donneuses vivantes.
Le Dr. Jean-Luc Squifflet, chef de service adjoint au service de gynécologie des cliniques St-Luc (Bruxelles), souligne dans un entretien au Journal du Médecin (24/10/2014) le coût important d'une telle opération, mai...

Lire la suite 


Eerste uitstelbaby

Eerste uitstelbaby

Facebook en Apple maakten bekend dat ze hun werkneemsters steunen om hun eicellen te laten invriezen zodat ze niet meer achterna gezeten worden door hun biologische klok. Daardoor zou gemakkelijker zijn om hun professionele ambities na te streven en hun loopbaan te plannen. De technologiegiganten willen met deze maatregelen meer vrouwen aantrekken.
Ondertussen werd in België het nieuws bekend gemaakt dat de eerste vrouw die 'social freezing' deed zwanger is. Het gaat om een 39-jarige vrouw, die op haar 35ste wist dat ze ooit kinderen wilde. "De vrouw was toen alleenstaand en een spermabank was voor haar geen optie. Ze wilde kinderen van een partner. Maar omdat ze de man van haar dromen nog niet was tegengekomen, wilde de vrouw de leeftijd van haar eicellen als het ware 'bevriezen', om de kans op een gezonde baby te verhogen."
"De techniek om eicellen in te vriezen bestaat al langer, voornamelijk om kankerpatiënten te helpen die vrezen na radio- of chemotherapie onvruchtbaar te w...

Lire la suite 


France : bébés Thalys et adoption : l’avis de la Cour de cassation

France : bébés Thalys et adoption : l’avis de la Cour de cassation

Contrairement à ce qui se pratique en Belgique de façon régulière, la loi française interdit la procréation médicalement assistée ainsi que l'adoption aux couples de femmes de même sexe. C'est ainsi que de nombreuses femmes viennent se faire inséminer en Belgique pour contourner la loi de leur pays.
En mai dernier, à la suite de l'adoption du projet de loi sur le mariage pour les personnes de même sexe, le Conseil constitutionnel avait estimé que le fait de se rendre à l'étranger afin de recourir à une PMA ou une GPA pour ensuite demander l'adoption en France était un détournement de la loi française et "qu'il appartient aux juridictions compétentes d'empêcher, de priver d'effet et, le cas échéant, de réprimer de telles pratiques".
Mais voici qu'aujourd'hui, la Cour de cassation en France a rendu son avis relatif à l'adoption par la conjointe de la mère d'un enfant né par PMA à l'étranger. Un avis qui s'oppose à la jurisprudence du Conseil constitutionnel et qui suscite des réactions...

Lire la suite 


Procréation médicalement assistée : performances du  CHRN à Namur

Procréation médicalement assistée : performances du CHRN à Namur

Madame Anne Vansteenbrugge, biologiste responsable du laboratoire s'exprime sur les chiffres de réussite en procréation médicalement assistée qu'elle attribue à la qualité de l'accueil et à l'« environnement extrêmement performant où tout est contrôlé ». Le contrôle va jusqu'à une sélection tardive de l'embryon avant réimplantation. Le CHRN utilise en effet la culture prolongée (cinq jours de culture au lieu de trois comme c'est souvent le cas), ce qui permet d'être « encore plus sélectif et de choisir l'embryon ayant le plus de chance d'initier une grossesse. »
D'autre part, le docteur Patrick Pauwels, chef du service PMA, a mis en lumière certains chiffres : 15% des couples sont touchés par l'infertilité en Belgique. « Deux tiers des infertilités sont dus à des problèmes de sperme. Ces problèmes sont liés aux conditions actuelles: stress, tabac, alcool, pesticides, etc. Quant aux patientes fumeuses, il leur faudra deux fois plus de cycles en fécondation in vitro (FIV) pour obtenir ...

Lire la suite 


Meemoeders hoeven eigenkinderen niet meer te adopteren

Meemoeders hoeven eigenkinderen niet meer te adopteren

In de commissie justitie van de Senaat, is het voorstel goedgekeurd om de meemoeder in een lesbischkoppel dat samen een kind krijgt ook juridisch als ouder te erkennen. Als het lesbischkoppel gehuwd is, wordt de echtgenote van de moeder van het kind automatisch meemoeder. Wanneer het koppel niet gehuwd is, kan de meemoeder het kind erkennen.
Bron: Belga, 27/03/2014

   

Lire la suite 


PROCREATIONS MEDICALEMENT ASSISTEES

  De draagmoeder, de Belgische wensouders en de Nederlandse koopouders van baby D.

  35 bébés médicaments déjà conçus en Belgique

  Mères porteuses : le droit à un congé maternité devant la Cour de justice de l'Union européenne

  Etats-Unis : quelle issue pour les embryons surnuméraires dépourvus de projet parental ?

  8 centres belges de génétique proposent un test ADN pour détecter la trisomie

  Peu de contrôle dans la pratique du don de sperme : anonyme ou pas ?

  Mères porteuses : un rapport présenté au Parlement européen

  Belgique : certains hôpitaux en Flandre ont accepté la pratique des mères porteuses

  Don de sperme en Belgique : manque de contrôle et lacunes politiques

  Analyse ADN facturée 300 euros en Belgique contre seulement 30 euros en Allemagne.

  Fécondation in vitro low-cost

  Un certain type de FIV augmente le risque de retard mental

  Donneur de sperme : deux enfants malades

  Gestation pour autrui en Inde

  Procréation médicale : l'AR à peine arri...

Lire la suite 


Etats-Unis : quelle issue pour les embryons surnuméraires dépourvus de projet parental ?

Etats-Unis : quelle issue pour les embryons surnuméraires dépourvus de projet parental ?

Aux Etats-Unis, un débat de fond se poursuit sur l'éventuelle destruction, au-delà d'un certain délai, des embryons congelés obtenus par fécondation in vitro (FIV) et qui ne font plus l'objet d'un projet parental. Actuellement, il existe une réelle incertitude juridique quant au devenir de ces embryons surnuméraires dépourvus de projet parental puisque la loi américaine, contrairement à la loi belge, ne mentionne pas le délai au delà duquel ils peuvent être détruits.
Dans une déclaration publiée en mars 2013 dans la revue Fertility and Sterility, l'organisation américaine pour la médecine reproductive (American Society for Reproductive medicine - ASRM) s'est prononcée. Elle a précisé qu'il était "éthiquement acceptable" de détruire ces embryons cinq ans après le premier contact avec le couple lorsque ce dernier n'a pas donné de nouvelles malgré les relances du centre de conservation de leurs embryons. L'ASRM préconise donc qu'en l'absence de directive expresse du couple précisant l'u...

Lire la suite