Que faire des embryons déjà conçus lorsque les parents divorcent ?

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités

Publié le : 24/01/2018

Une personne divorcée a-t-elle le droit de préserver les embryons congelés du couple, si l'autre partenaire n'en veut plus ?

Aux Etats Unis, lorsque des époux auteurs d'un « projet parental » via fécondation in vitro divorcent, aucune loi ni jurisprudence uniforme ne règle pour l'instant la question du sort des embryons créés puis congelés. Le cas de Mandy et Drake Rooks aborde une nouvelle fois cette problématique sensible.

Le couple, en plein divorce, se bat depuis plusieurs années à propos du sort de leurs 6 embryons congelés. Tandis que Mandy Rooks désire les garder pour avoir une chance de procréer encore, Drake Rooks voudrait les supprimer, car il ne souhaite plus avoir d'enfants, et certainement pas par le biais de son ex-épouse.

Glenn Cohen, Professeur en droit, souligne le caractère crucial de ce type de disputes :  quelle est la juste balance entre le droit d'une personne de procréer et son droit de ne pas être forcé à procréer malgré elle ?

D'après Drake Rooks, « un homme devrait pouvoir décider s'il veut plus d'enfants ou non, et avec qui ». Mandy Rooks réplique que « personne n'a le droit de la forcer à tuer sa progéniture. ». 

Katayoun A. Donnelly, avocate de Mandy Rooks, souligne également que même si Drake Rooks a le droit de ne plus vouloir devenir père, il ne doit pas oublier qu'ici, la conception a déjà eu lieu. Si une femme ne peut forcer légalement un homme à lui donner son sperme pour féconder son ovule, l'homme ici a déjà accepté d'utiliser son sperme, et la fécondation de l'ovule a eu lieu. Donnelly ajoute que donner à Drake le droit de supprimer ces embryons reviendrait à lui donner le droit de forcer sa partenaire à avorter.

Le Professor Cohen nuance : dans cette affaire, la gestation n'a pas encore commencé et que selon lui, nous sommes en terrain juridique totalement inconnu.

L'ouverture de la fécondation in vitro a vraisemblablement déclenché des batailles judiciaires complexes. Si l'Académie américaine des avocats de la famille rappelle que personne ne peut être forcé à procréer contre sa volonté, la « Thomas More Society » insiste sur le fait qu'il ne faut pas oublier un autre enjeu réel, à savoir le choix entre mettre fin à une vie humaine ou permettre sa continuation.

Pour rappel en Belgique, les personnes ayant recours aux techniques de PMA, doivent dès avant la procedure et le traitement, remplir un formulaire qui leur est soumis par le centre de PMA, et décider du sort des embryons congelés, en énumérant les différents cas de figures, dont celui du divorce ou de la séparation.

Source : Washington Post,


Articles similaires

Deux enfants conçus après le décès de leur père

Deux enfants conçus après le décès de leur père

- Procréation médicalement assistée

La loi du 6 juillet 2007 relative à la procréation médicalement assistée autorise la conception d'un enfant après le décès du père. La loi impose qu'il soit fait expressément mention de ce projet dans la convention passée entre les auteurs du projet parental et le centre de fécondation.
En outre, l'insémination ou l'implantation ne peuvent être effectuées au plus tôt six mois après la mort du papa et au plus tard deux ans après son décès.
Selon la vice-Première PS, Laurette Onkelinx, 5 fertili...

Lire la suite

Fiche Didactique : Bébé"à-trois-parents"

Fiche Didactique : Bébé"à-trois-parents"

- Procréation médicalement assistée

Fiche didactique pour comprendre en 2 pages : ICI

Qu'est-ce que la FIV à 3 parents ?

Comment mener une Réflexion éthique autour de cette question ?

Lire la suite

Les bébés "à-trois-parents"

Les bébés "à-trois-parents"

- Procréation médicalement assistée

Nouveau DOSSIER :  ICI
La presse s'est récemment fait écho de cette nouvelle prouesse biomédicale permettant la naissance d'un enfant après le transfert du « noyau » d'un ovule dans un autre.

Objectif ? Permettre à une femme porteuse d'une maladie mitochondriale sévère de transmettre à l'enfant conçu ses gènes, sans prendre toutefois le risque de lui transmettre en même temps la maladie qui l'accable. Quelques mois après la naissance d'un premier bébé du genre, le succès semble total. Mais de...

Lire la suite