Début de vie > Procréation médicalement assistée

Oproep KU Leuven om spermadonor te worden

Oproep KU Leuven om spermadonor te worden

De Katholieke universiteit Leuven (KU Leuven) roept haar studenten en personeel op om spermadonor te worden. Het fertiliteitscentrum van de universiteit krijgt steeds meer aanvragen voor vruchtbaarheidsbehandelingen en kampt stilaan met een tekort aan sperma.
Sinds vorig jaar behandelt het centrum ook lesbische koppels en mede daardoor is de vraag naar fertiliteitsbehandelingen nog verder gestegen. Voor het eerst lanceert de Leuvense universiteit daarom een oproep naar personeel en studenten.

We zijn van plan om in overeenstemming met de ethische commissie van ons ziekenhuis een meer uitgebreide promotie te gaan maken, zegt professor Thomas D'Hooghe van de KU Leuven. Het gaat om de mannelijke populatie tussen 21 en 45 jaar, inclusief eventueel personeel van het UZ Leuven en de KU Leuven, inclusief ook studenten. Dat is zeker iets om op de agenda te zetten.
Spermadonoren kunnen rekenen op een onkostenvergoeding van 50 euro.

Lire la suite 


Vlaanderen: bijna 6% van de vrouwen die bevallen hebben beroep gedaan op voortplantingstechnieken

Vlaanderen: bijna 6% van de vrouwen die bevallen hebben beroep gedaan op voortplantingstechnieken

( L'édition fraçaise de ce Bulletin est ICI )

De studie "Perinatale activiteiten in Vlaanderen 2011" bevat informatie over het groeiend belang van medisch begeleide voortplantingstechnieken in Vlaanderen. Bijvoorbeeld: in 2011 hebben 5,8% van de vrouwen die bevallen zijn in Vlaanderen beroep gedaan op hulp bij de voortplanting (hormonale stimulatie, IVF en ICSI)*.
Opmerkelijk is dat in 1991 hormonale stimulatie alleen 70% van de handelingen van MBV vertegenwoordigde. Vandaag bestaat het grootste deel MBV behandelingen uit IVF en ICSI, die samen reeds 61,4% van de prestaties vertegenwoordigen.
Vandaar dat sommige artsen die menen dat er overdreven vaak beroep gedaan wordt op IVF/ICSI zich zorgen maken.
Zou dat niet alleen het gevolg zijn van het ongeduld van koppels om resultaat te behalen, maar ongetwijfeld ook van de wens van de centra voor MBV om concurrerende slaagcijfers te tonen?
De studie in kwestie stelt de vraag welke weerslag zulke praktijken hebben op de gezondheid van de ...

Lire la suite 


Nieuwe Fiche ! Medisch begeleide voortplanting

Nieuwe Fiche ! Medisch begeleide voortplanting

Didactische Fiche n° 8 :     HIER

KORTE INLEIDING : Definitie, Statistieken voor België, De verschillende technieken voor MBV.
WAT ZEGT HET RECHT in België ?
KRITISCHE BESCHOUWING : Een enorme stijging van het aantal behandelingen wegens onvruchtbaarheid - Is MBV altijd noodzakelijk vanuit een strikt medisch standpunt ? - Recht op een kind en rechten van het kind - Is beroep doen op een MBV zonder gevaar? - Wordt het lichaam niet gereduceerd tot een ding? - Het recht op informatie.

Lire la suite 


Nouvelle Fiche ! La procréation médicalement assistée

Fiche Didactique n° 8 :  ICI

BREVE DESCRIPTION : Définition, Statistiques  pour la Belgique,  les différentes techniques de PMA.
QUE DIT LE DROIT BELGE ?
APPRECIATION CRITIQUE - L'explosion du nombre de traitements - La PMA est-elle toujours nécessaire d'un point de vue strictement médical ? - Droit à l'enfant et droit de l'enfant - Le recours à une PMA est-il sans danger ? - Une chosification du corps ? - Le droit à l'information.

Lire la suite 


Flandre : près de 6% des femmes ayant accouché ont eu recours aux techniques de procréation médicale

Flandre : près de 6% des femmes ayant accouché ont eu recours aux techniques de procréation médicale

L'étude « Perinatale activiteiten in Vlaanderen 2011 » livre certaines informations notamment quant à l'importance croissante des techniques de procréation médicalement assistée en Flandre.
Et par exemple : en 2011 pour la Flandre, 5,8% des femmes qui ont accouché ont eu recours à une aide à la procréation (stimulation hormonale, FIV et ICSI)*
À noter qu'en 1991, la seule stimulation hormonale représentait 70% des actes de PMA. Aujourd'hui, les actes de PMA donnent la part  belle à la FIV et à l'ICSI, puisqu'ensemble elles représentent 61,4% des prestations.
De là les soucis de certains médecins qui estiment le recours à la FIV / ICSI exagéré. Cela traduirait-il non seulement l'impatience des couples d'avoir un résultat, mais aussi sans doute l'exigence des centres de PMA d'afficher des chiffres de réussites compétitifs ?
L'étude en question n'hésite pas à poser la question de l'impact de telles pratiques sur la santé des femmes mais aussi sur les causes de mortalité périnatale et de...

Lire la suite 


PROCREATIONS MEDICALEMENT ASSISTEES

Avis n° 52 : tissus et cellules humains utilisés dans le cadre de la médecine reproductive.

Coût de la procréation médicale en 2008 en Belgique : près de 100.000.000 euros

Effets secondaires des traitements de l'infertilité

Limiter le recours aux procréations médicalement assistées en Belgique ?

Traitements contre la stérilité, une bombe à retardement

Mère porteuse et couple acheteur d'un bébé condamnés

Plus de 24 millions d'euros pour la procréation médicale assistée en Belgique

717 embryons testés par le DPI afin de leur éviter le cancer du sein ?

Moins de possibilités pour les inséminations artificielles et les FIV?

Lien entre l'accroissement pondéral et l'infertilité

Mariage homosexuel et procréation médicalement assistée : Cour européenne des droits de l'homme

Un bébé naît d'une greffe d'ovaire entre soeurs non jumelles

Diagnostic préimplantatoire : pas de risque selon une étude de l'UZ Brussel

20 ans d'insémination ICSI en Belgique : un suivi des 15.000 enfants ser...

Lire la suite 


Effets secondaires des traitements de l’infertilité

Effets secondaires des traitements de l’infertilité

Le milieu scientifique en Belgique est demandeur d'une plus grande transparence dans les traitements de l'infertilité, pour pouvoir mieux évaluer l'efficacité réelle des traitements et les effets secondaires psychiques. En effet, seul un cycle FIV/ICSI sur cinq aboutit à une grossesse. En outre, l'Instituut voor Samenleving en Technologie (IST) a démontré qu'il faut en moyenne deux ans de traitement de l'infertilité pour aboutir à une naissance.

Par ailleurs, étant donné la forte pression psychologique induite par un traitement de l'infertilité et vu les conséquences physiologiques de la cure hormonale, il est déconseillé de suivre plus de trois cycles de fécondation par an. Des études révèlent que plus de la moitié des femmes qui suivent un traitement de l'infertilité présentent une dépression modérée.

Ce constat a donné lieu à un avis du Conseil national des établissements hospitaliers visant à prévoir la réalisation d'une évaluation systématique des critères de traitement en méd...

Lire la suite 


Coût de la procréation médicale en 2008 en Belgique : près de 100.000.000 euros

Coût de la procréation médicale en 2008 en Belgique : près de 100.000.000 euros

Au cours des dernières années, on constate une augmentation considérable du nombre de traitements de l'infertilité en Belgique. Le nombre de cycles de traitement par FIV/ICSI a doublé entre 2004 et 2008, passant de 14.652 à 29.541 durant cette période.
Le nombre des naissances y associées a suivi la même évolution, passant de 2.443 à 4.942. On a en outre enregistré une augmentation inexpliquée de 20 % du nombre des traitements chez les moins de trente-cinq ans.
En Belgique, deux mille patients par million d'habitants subissent un traitement de l'infertilité, alors que la moyenne européenne est de mille cinq cents patients par million d'habitants. Le Studiecentrum voor Epidemiologie a calculé qu'à ce jour, 5,8 % des enfants en Flandre sont nés à la suite d'un traitement de l'infertilité.

Les dépenses dans ce secteur ont ainsi considérablement augmenté au cours des dernières années.
Le montant des remboursements de frais de laboratoire est passé de 10.117.730,69 euros en 2003 à 18.872...

Lire la suite 


Limiter le recours aux procréations médicalement assistées en  Belgique ?

Limiter le recours aux procréations médicalement assistées en Belgique ?

Ce 23 octobre 2012, une proposition de loi a été déposée par Mme Elke Sleurs et consorts (doc 5-1816/1), afin d'instaurer une obligation d'échange d'information préalable à chaque traitement de l'infertilité.

Les auteurs partent d'un constat : l'augmentation constante du nombre de traitements de l'infertilité (2000 patients par 1 000 000 d'habitants, alors que la moyenne européenne tourne autour de 500) et des remboursements toujours plus généreux. L'IST (Instituut voor Samenleving en Technologie) est également demandeur d'une plus grande transparence pour pouvoir mieux évaluer l'efficacité réelle des traitements et les effets secondaires psychiques. Cet institut souligne qu'étant donné les fortes pressions psychologiques et les conséquences physiologiques, plus de la moitié des femmes qui suivent un traitement de l'infertilité présentent une dépression modérée.
L'IST craint également un recours trop rapide à ces techniques. Quant au Collège de médecins « Médecine de la reproductio...

Lire la suite 


Traitements contre la stérilité, une bombe à retardement

Traitements contre la stérilité, une bombe à retardement

D'après une nouvelle étude de chercheurs français, les enfants nés de femmes ayant pris, afin de tomber enceinte, un médicament prescrit en cas de stérilité risquent deux fois plus que les autres de développer une leucémie.

En effet, les scientifiques du Centre de recherche de l'Inserm en épidémiologie et santé des populations, basé à Villejuif, ont étudié près de 2 500 enfants, dont 764 souffraient de leucémie aiguë, et se sont penchés sur les antécédents obstétricaux des mères. Ils ont découvert que chez les femmes ayant pris un médicament pour stimuler les ovaires, le risque que leur enfant soit atteint de leucémie aiguë lymphoblastique (LAL), la forme de leucémie la plus fréquente chez l'enfant, était 2,6 fois plus élevé. Ces enfants risquaient également de souffrir 2,3 fois plus d'une forme plus rare de leucémie, la leucémie aiguë myéloïde (LAM).

Présentées à Londres lors du Childhood Cancer 2012, ces découvertes montrent pour la première fois une relation spécifique entre l'u...

Lire la suite