France : bébés Thalys et adoption : l’avis de la Cour de cassation

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités

Publié le : 01/10/2014

Contrairement à ce qui se pratique en Belgique de façon régulière, la loi française interdit la procréation médicalement assistée ainsi que l'adoption aux couples de femmes de même sexe. C'est ainsi que de nombreuses femmes viennent se faire inséminer en Belgique pour contourner la loi de leur pays.
En mai dernier, à la suite de l'adoption du projet de loi sur le mariage pour les personnes de même sexe, le Conseil constitutionnel avait estimé que le fait de se rendre à l'étranger afin de recourir à une PMA ou une GPA pour ensuite demander l'adoption en France était un détournement de la loi française et "qu'il appartient aux juridictions compétentes d'empêcher, de priver d'effet et, le cas échéant, de réprimer de telles pratiques".
Mais voici qu'aujourd'hui, la Cour de cassation en France a rendu son avis relatif à l'adoption par la conjointe de la mère d'un enfant né par PMA à l'étranger. Un avis qui s'oppose à la jurisprudence du Conseil constitutionnel et qui suscite des réactions des associations et opposants à la PMA pour les couples de même sexe.
Pour Aude Mirkovic, du collectif Juristes pour l'enfance, "la Cour de cassation, par cet avis inique, signe la démission de la justice dans la protection de l'enfant". Valider la pratique consistant recourir à une insémination artificielle au profit d'un couple de femmes "prive délibérément l'enfant de père afin de le rendre adoptable" ajoute Aude Mirkovic.
L'avis de la Cour de cassation n'a rien d'obligatoire, mais il pourrait orienter la jurisprudence des instances civiles.

 


 


Articles similaires

France : vers l'extension de la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes

France : vers l'extension de la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes

- Procréation médicalement assistée

En France, ce jeudi 24 juin 2021, le Sénat a rejeté unanimement en 3e lecture la loi bioéthique faute de consensus avec l'Assemblée nationale. L'Assemblée devrait avoir le dernier mot le 29 juin prochain sur le texte qu'elle a soumis le 8 juin et qui avait été voté à 84 voix contre 43. Parmi les mesures phares de ce projet de loi, on compte, en l'état : 

L'élargissement de la PMA (procréation médicalement assistée) aux couples de femmes et aux femmes seules, alors qu'elle était jusque-là limi...

Lire la suite

1.000 grossesses par « adoption » d’embryons

1.000 grossesses par « adoption » d’embryons

- Procréation médicalement assistée

« Adopter » un embryon surnuméraire issu de la PMA, voilà ce que propose l'Institut Marquès en Espagne. Clinique spécialisée dans la PMA (procréation médicalement assistée), elle la propose aux couples hétérosexuels, homosexuels, et même aux femmes célibataires, utilisant les embryons « en trop », dits « surnuméraires » que d'autres couples ne veulent plus.

Ces embryons « surnuméraires », sont issus de la congélation et sont dans l'attente de leur destination finale décidée par les parents bi...

Lire la suite

Affaire PETITHORY LANZMANN contre France / Insémination post mortem sperme

Affaire PETITHORY LANZMANN contre France / Insémination post mortem sperme

- Procréation médicalement assistée

Peut-on revendiquer le droit de disposer du sperme de son fils défunt afin de faire réaliser une procréation médicalement assistée (PMA), et d'ainsi devenir grand-parent ? C'est à cette question qu'a répondu la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) le 12 novembre dernier, dans une affaire portée par Mme Dominique Petithory Lanzmann, femme du réalisateur Claude Lanzmann. Leur fils avait procédé à une congélation de ses gamètes avant son décès survenu en 2017, afin de pouvoir s'assurer un...

Lire la suite