Procréation médicalement assistée : performances du CHRN à Namur

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités

Publié le : 24/04/2014

Madame Anne Vansteenbrugge, biologiste responsable du laboratoire s'exprime sur les chiffres de réussite en procréation médicalement assistée qu'elle attribue à la qualité de l'accueil et à l'« environnement extrêmement performant où tout est contrôlé ». Le contrôle va jusqu'à une sélection tardive de l'embryon avant réimplantation. Le CHRN utilise en effet la culture prolongée (cinq jours de culture au lieu de trois comme c'est souvent le cas), ce qui permet d'être « encore plus sélectif et de choisir l'embryon ayant le plus de chance d'initier une grossesse. »
D'autre part, le docteur Patrick Pauwels, chef du service PMA, a mis en lumière certains chiffres : 15% des couples sont touchés par l'infertilité en Belgique. « Deux tiers des infertilités sont dus à des problèmes de sperme. Ces problèmes sont liés aux conditions actuelles: stress, tabac, alcool, pesticides, etc. Quant aux patientes fumeuses, il leur faudra deux fois plus de cycles en fécondation in vitro (FIV) pour obtenir une grossesse », ajoute-t-il.
Le service PMA intervient non seulement pour une femme vivant seule mais aussi pour les couples de lesbiennes leur proposant une insémination par un donneur. « Cela fait partie de l'esprit d'un hôpital public. La progression est très importante. Nous avons aussi beaucoup de demandes de femmes françaises homosexuelles. » Parmi les couples de lesbiennes, 30% des demandes viendraient de femmes françaises.
Parmi les nouveautés du CHR,  la création d'une banque d'ovules. Celle-ci permet aux femmes de préserver leurs ovules avant un traitement anti-cancéreux. Après leur guérison, ces patientes pourront disposer d'ovules sains. Le centre de PMA de Namur accepte aussi le « Social Freezing », technique qui permet aux femmes de faire congeler leurs ovules (Freezing), non pas pour une cause médicale mais pour convenance personnelle et  d'ainsi reporter à plus tard leur grossesse.
Voir à ce sujet  l'Avis de Comité de Bioéthique de Belgique.
Source :  JDM, d'après Belga.
 


Articles similaires

Suisse : explosion du nombre de procréations médicalement assistées malgré de faibles résultats

Suisse : explosion du nombre de procréations médicalement assistées malgré de faibles résultats

- Procréation médicalement assistée

Le 22 septembre 2015, l'Office Fédéral de la Statistique (OFS) suisse a publié les données concernant les procréations médicalement assistées (PMA) en Suisse en 2014. Il révèle que le nombre de femmes ayant eu recours à la PMA depuis 2002 a presque doublé en 2014. Pourtant le taux de réussite est assez bas, puisque deux tiers des PMA entreprises échouent. Ce qui conduit à un très grand nombre d'embryons volontairement conçus, puis voués à la mort.
En 2014, 3 867 femmes ont eu recours à la PMA....

Lire la suite

Procréation médicale : l'AR à peine arrivé, déjà retiré

Procréation médicale : l'AR à peine arrivé, déjà retiré

- Procréation médicalement assistée

En juillet 2012, dans un train de mesures d'économies approuvé par la Commission nationale médico-mutuelliste (CNMM) figuraient notamment l'abaissement de l'âge du remboursement de la FIV de 43 à 41 ans ainsi que la limitation du nombre d'IIU (Insémination Intra-Utérine) à 6 essais par patiente.
Six mois plus tard, paraît enfin l'arrêté royal au Moniteur belge. Mais de suite, le monde de la fertilité réagit en disant qu'il ne tient pas la route. En effet, il n'aborde que le remboursement du tr...

Lire la suite

Pays-Bas : accès à  la Procréation Médicalement Assistée jusqu’à 50 ans ?

Pays-Bas : accès à la Procréation Médicalement Assistée jusqu’à 50 ans ?

- Procréation médicalement assistée

Faut-il permettre aux femmes de 50 ans de recourir à une procréation médicalement assistée (PMA) avec leurs ovocytes congelés 15 ans auparavant ? C'est la question que pose la Ministre de la santé des Pays-Bas, Edith Schippers, alors que la limite actuelle autorisée par la loi est de 45 ans dans ce pays.
La question sous-jacente est aussi celle du « Social freezing », qui permet aux femmes de faire prélever leurs ovocytes lorsqu'elles sont jeunes et de les faire congeler par le processus de vi...

Lire la suite