Début de vie > Procréation médicalement assistée

Belgique : l’oncofreezing pour pallier les risques d’infertilité

Belgique : l’oncofreezing pour pallier les risques d’infertilité

Entre la mi-avril 2017 et la mi-janvier 2018, 303 patients atteints d'un cancer ont fait congeler leur matériel génétique destiné à la reproduction (ovules et sperme). Parmi eux, 209 hommes et 94 femmes. 30 personnes avaient moins de 16 ans.

Cette technique de l' « oncofreezing »  est principalement appliquée chez les jeunes patients devant subir un traitement lourd qui pourrait affecter leur fertilité, tel que la chimiothérapie, explique le cabinet de la ministre de la Santé. "Grâce à cette technique, les patients ne doivent plus définitivement mettre de côté leur rêve d'avoir des enfants."

Depuis l'année dernière, ce procédé est intégralement remboursé pour deux groupes de patients : les patients atteints d'un cancer qui sont sur le point de subir un traitement lourd et les femmes qui souhaitent se faire prélever les ovaires par mesure de précaution, par exemple en cas de risque élevé de cancer du sein et/ou des ovaires.

"Il reste encore de la marge dans le budget annuel de 4 mi...

Lire la suite 


Suisse : nouveauté : des coaches en désir d’enfant soutiennent les couples infertiles

Suisse : nouveauté : des coaches en désir d’enfant soutiennent les couples infertiles

En Suisse, de 10 à 15% des couples sont confrontés à des problèmes d'infertilité.

L'infertilité, physique ou psychologique, s'apparente à une crise existentielle pour de nombreuses femmes, comparables à un burn-out. Consciente de l'urgence liée à son âge, c'est la femme qui en souffre le plus, alors qu'elle n'est pas plus souvent que l'homme la cause de l'infertilité du couple (en Suisse, 30% des cas d'infertilité sont d'origine masculine, 30% d'origine féminine, 20% d'origine mixte et 20% d'origine inconnue).

En 2016, 6.049 couples ont bénéficié d'une PMA (Procréation médicalement assistée). La majeure partie des couples infertiles sont en bonne santé psychique au départ, explique le Dr Isabelle Streuli, responsable de l'unité de médecine de la reproduction aux HU de Genève. Mais en cas d'échecs répétés ou d'issues défavorables au traitement, l'incompréhension et l'anxiété s'installent.

La principale source de cette souffrance serait la perte de contrôle, renforcée par l'usage de...

Lire la suite 


Fécondation in vitro et travail : éviter les discriminations

Fécondation in vitro et travail : éviter les discriminations

Un article paru dans De Standaard évoquait la difficulté rencontrée par de nombreuses femmes de conjuguer un traitement de fécondation in vitro (FIV) et leur travail. L'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes rappelle que les problèmes rencontrés par les travailleuses dans leurs relations de travail peuvent relever d'une discrimination.

Le traitement, « exigeant et contraignant », implique des conséquences, notamment sur le lieu de travail. Il peut en effet être difficile pour le couple de concilier leur emploi et leur suivi médical. L'Institut s'est joint à l'action d'une femme licenciée en raison d'absences liées à ses traitements de FIV. Le Tribunal du travail d'Anvers a reconnu en avril 2017 qu'un licenciement imposé à une femme, en raison de traitement de fertilité, revient à une discrimination fondée sur le sexe.

 « La grossesse, la maternité et la procréation médicalement assistée sont des réalités physiques qui ne concernent que les femmes et qui ne peuvent faire l...

Lire la suite 


PROCREATION MEDICALEMENT ASSISTEE

Royaume-Uni : troc douteux d'ovocytes contre une FIV gratuite

Europe : recours accru à la FIV malgré une fertilité stable.

France : le CCNE favorable à la PMA pour les couples de lesbiennes et femmes seules

Pays-Bas : un donneur de sperme aurait 102 enfants

France : 2018, l'année de la PMA pour toutes

Lire la suite 


L’UZ Brussel lance un centre de formation en médecine reproductive

L’UZ Brussel lance un centre de formation en médecine reproductive

En Belgique, plus d'un couple sur 10 doit aujourd'hui faire appel aux techniques de procréation médicalement assistée pour combler son désir d'enfant. Ces techniques forment également un indispensable pour les femmes célibataires, estime le Centre de Reproduction Humaine (« CRG ») de l'hôpital UZ Brussel.

Près de la moitié des couples peinant  à avoir un enfant, ont entammés le processus de la fécondation in vitro.

Sur les 35 dernières années, plus de 50.000 bébés sont ainsi nés après que leurs parents aient été traités à l'UZ.

Afin de maximiser les chances de réussite de ces opérations et d'impliquer le plus possible de médecins, l'UZ a décidé d'ouvrir un centre de formation, dénommé 'Reproductive Skills Centre Brussels'. Les techniques de PMA, comme l'injection du spermatozoïde dans l'ovocyte, la congélation d'ovules et d'embryons, ou encore la recherche génétique sur un embryon, y seront approfondies afin d'offrir au monde médical leur expertise innovante.

Cliniciens, embryolo...

Lire la suite 


Une loi réservant la PMA aux cas d’infertilité pathologique discrimine-t-il les femmes homosexuelles

Une loi réservant la PMA aux cas d’infertilité pathologique discrimine-t-il les femmes homosexuelles

En France, un couple de femmes s'est vu refuser une insémination artificielle avec donneur ( IAD ) par un hôpital, en vertu de la loi qui limite ces inséminations aux cas « d'infertilité pathologique, médicalement diagnostiquée ». Les deux femmes ont saisi la Cour européenne des droits de l'homme, car selon elles, cette mesure porte atteinte à leur vie privée et les discrimine par rapport aux couples hétérosexuels qui seraient stériles.

La Cour européenne n'examinera pas leur requête car les intéressées n'ont pas saisi au préalable tous les tribunaux français compétents. Elle s'était néanmoins déjà exprimée sur cette discrimination invoquée, dans un arrêt du 15 mars 2012, « Gas et Dubois c/ France », et y avait rejeté l'argument de discrimination.

« Si le droit français ne prévoit l'accès à l'IAD que pour les couples hétérosexuels, cet accès est également subordonné à l'existence d'un but thérapeutique : remédier à une infertilité dont le caractère pathologique a été médicalement c...

Lire la suite 


DOSSIERS publiés en 2017

Pour les lecteurs qui  aiment avoir une vue d'ensemble des documents publiés au cours de l'année 2017.

De vrijheid van de zorginstellingen ten opzichte van de toepassing van euthanasie

La question des gamètes dans la procréation médicalement assistée en Belgique

La Procréation Médicalement Assistée en Belgique  

Les bébés "à-trois-parents"

Structure et évolution des soins palliatifs en Belgique  

Le droit de connaître ses origines

Lire la suite 


La cryopréservation a la cote auprès des investisseurs

La cryopréservation a la cote auprès des investisseurs

La société VitriCell - une société liégeoise - proposera bientôt un produit qui vitrifie les embryons en une seule étape de 60 secondes, quand les autres produits sur le marché prennent encore au moins 7 minutes et au minimum trois étapes.

Proposant aussi des solutions innovantes pour cryopréserver les cellules, même les plus fragiles VitriCell a annoncé avoir levé plus d'un million d'euros lors de la première présentation de son projet durant la seconde moitié de 2017. Spin-off de l'ULg, VitriCell a été fondée en juin 2017 avec le soutien, entre autres, de la Région wallonne et de l'incubateur WBC, qui lui ont fourni plus de 300 000 € sous forme de subventions et de prêts.

Les fonds levés permettront de commercialiser dès cette année les premiers produits de « vitrification aseptique », une nouvelle méthode de cryopréservation des cellules.

Contrairement à la congélation, la vitrification est une solidification sans formation de cristaux de glace, délétères pour toutes les membra...

Lire la suite 


Que faire des embryons déjà conçus lorsque les parents divorcent ?

Que faire des embryons déjà conçus lorsque les parents divorcent ?

Une personne divorcée a-t-elle le droit de préserver les embryons congelés du couple, si l'autre partenaire n'en veut plus ?

Aux Etats Unis, lorsque des époux auteurs d'un « projet parental » via fécondation in vitro divorcent, aucune loi ni jurisprudence uniforme ne règle pour l'instant la question du sort des embryons créés puis congelés. Le cas de Mandy et Drake Rooks aborde une nouvelle fois cette problématique sensible.

Le couple, en plein divorce, se bat depuis plusieurs années à propos du sort de leurs 6 embryons congelés. Tandis que Mandy Rooks désire les garder pour avoir une chance de procréer encore, Drake Rooks voudrait les supprimer, car il ne souhaite plus avoir d'enfants, et certainement pas par le biais de son ex-épouse.

Glenn Cohen, Professeur en droit, souligne le caractère crucial de ce type de disputes :  quelle est la juste balance entre le droit d'une personne de procréer et son droit de ne pas être forcé à procréer malgré elle ?

D'après Drake Rooks, « un ho...

Lire la suite 


Chiffres et pratique de la Procréation Médicalement assistée en Belgique

Chiffres et pratique de la Procréation Médicalement assistée en Belgique

Dossier de l'IEB

Depuis 1978, année de naissance du premier bébé né par fécondation in vitro, le nombre d'enfants conçus de cette manière s'élève à 5,4 millions dans le monde entier. La grande majorité des traitements de PMA est réalisée en Europe. En 2014, il y eut 707.171 cycles entrepris sur le continent, donnant lieu à 146.232 naissances.

Les techniques de procréation médicalement assistée se sont beaucoup développées depuis 40 ans en Belgique, pays pionnier dans la pratique. Il compte aujourd'hui 18 centres de Procréation Médicalement Assistée (PMA), soit un par hôpital universitaire et un centre non-universitaire par province et 16 banques d'ovocytes et de sperme.

En 2014, 33.790 cycles de PMA ont été entrepris, ce qui a conduit à 5.774 naissances, soit 4,6% du total des naissances. En comparaison, aux Etats-Unis, les enfants conçus en 2015 par FIV représentent 1,7% du nombre total des naissances6, soit 67.818 nourrissons. Au Japon, ce chiffre atteint 5% des naissances !

A ...

Lire la suite