Belgique : première naissance grâce à une autogreffe de tissu ovarien prélevé avant la puberté

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités

Publié le : 12/06/2015

Le mercredi 10 juin 2015, une équipe médicale de l'hôpital bruxellois Erasme, dirigée par le Dr. Isabelle Demeestere, a annoncé à la communauté scientifique un exploit médical. Grâce à une greffe de tissus ovariens cryopréservés, elle a permis à une jeune femme de 27 ans d'accoucher de son premier enfant en novembre 2014.
Cette femme, atteinte depuis son enfance d'une drépanocytose, avait subi à 5 ans de lourds traitements risquant de provoquer sa stérilité. En prévention, les médecins avaient prélevé chez cette enfant un de ses ovaires, qu'ils ont depuis lors conservé par congélation.
Effectivement devenue stérile, la jeune femme a pu, grâce à l'équipe du Dr. Demeestere, retrouver sa fertilité par la transplantation de ses propres tissus ovariens.
35 bébés sont déjà nés suite à des interventions du même type, mais les tissus ovocytaires provenaient toujours d'une femme pubère. Cette avancée médicale et technique est une grande promesse pour toutes les femmes qui ne peuvent avoir d'enfants suite à des problèmes ovariens.

Source: Oxford Journals « Human Reproduction » Lien vers l'article: ICI


Articles similaires

Embryon en 3D pour mieux détecter les anomalies avant réimplantation

Embryon en 3D pour mieux détecter les anomalies avant réimplantation

- Procréation médicalement assistée

Une nouvelle technique d'analyse s'appuyant sur l'imagerie assistée par ordinateur est à l'étude par des chercheurs du CHRU de Montpellier et de l'INSERM. Cette technique, visant à modéliser et imprimer en 3D un embryon permettrait aux médecins de détecter dans les moindres détails d'éventuels caractères morphologiques pouvant gêner l'implantation de l'embryon conçu in vitro. L'on pourrait ainsi sélectionner, avant de les réimplanter, les embryons les plus qualifiés.
Le taux d'échec des FIV (f...

Lire la suite

Belgique : l’oncofreezing pour pallier les risques d’infertilité

Belgique : l’oncofreezing pour pallier les risques d’infertilité

- Procréation médicalement assistée

Entre la mi-avril 2017 et la mi-janvier 2018, 303 patients atteints d'un cancer ont fait congeler leur matériel génétique destiné à la reproduction (ovules et sperme). Parmi eux, 209 hommes et 94 femmes. 30 personnes avaient moins de 16 ans.

Cette technique de l' « oncofreezing »  est principalement appliquée chez les jeunes patients devant subir un traitement lourd qui pourrait affecter leur fertilité, tel que la chimiothérapie, explique le cabinet de la ministre de la Santé. "Grâce à cette ...

Lire la suite

Coût de la procréation médicale en 2008 en Belgique : près de 100.000.000 euros

Coût de la procréation médicale en 2008 en Belgique : près de 100.000.000 euros

- Procréation médicalement assistée

Au cours des dernières années, on constate une augmentation considérable du nombre de traitements de l'infertilité en Belgique. Le nombre de cycles de traitement par FIV/ICSI a doublé entre 2004 et 2008, passant de 14.652 à 29.541 durant cette période.
Le nombre des naissances y associées a suivi la même évolution, passant de 2.443 à 4.942. On a en outre enregistré une augmentation inexpliquée de 20 % du nombre des traitements chez les moins de trente-cinq ans.
En Belgique, deux mille patients...

Lire la suite