Début de vie > Procréation médicalement assistée

USA : naissance du premier enfant avec trois parents

USA : naissance du premier enfant avec trois parents

Ce mardi 27 septembre, l'ASRM (American Society for Reproductive Medicine) a annoncé la naissance d'un bébé conçu avec le matériel génétique de deux femmes et d'un homme.
Une femme avait donné naissance à deux enfants, atteints et aujourd'hui décédés du syndrome de Leigh, une maladie héréditaire maternelle. Pour essayer de minimiser la transmission des gènes responsables de ce syndrome, une équipe médicale internationale menée par le Dr John Zhang, du Centre New Hope Fertility à New York, a transféré le matériel génétique de cette femme dans l'ovule préalablement énucléé d'une donneuse.
Cette technique de conception assistée, qui implique que l'enfant soit issu du matériel génétique de trois personnes, n'est pas autorisée aux Etats-Unis. Elle a été réalisée au Mexique où l'enfant est né au mois d'avril dernier.
Même si les chercheurs estiment que l'ADN mitochondrial ne représente que moins de 1 % de la quantité totale d'ADN contenue dans chaque cellule, cette technique pose de graves...

Lire la suite 


Royaume-Uni : réduire les dépenses en matière de procréation médicalement assistée

Royaume-Uni : réduire les dépenses en matière de procréation médicalement assistée

Confrontée à une exigence de 22 milliards de livres d'économies au cours des cinq prochaines années, la NHS (National Health Service) envisage de réduire fortement le montant de la prise en charge et la fréquence des remboursements de la PMA au Royaume-Uni.
Le groupe Somerset Clinical Commissioning a annoncé qu'à partir du mois d'avril, un seul cycle de FIV serait remboursé par la NHS, et que pour réduire le temps d'attente des couples stériles, ceux qui avaient déjà un enfant, ne seraient plus pris en charge.
De son côté, le National Institute for Health and Care Excellence, recommandait en 2013, la prise en charge de maximum trois cycles de FIV aux couples admissibles dont la femme est âgée de moins de 40 ans. L'avis des médecins généralistes sur cette question a été recueilli par une enquête récente « Il s'agit d'un sujet très complexe, mais je ne pense pas que l'infertilité soit une maladie. (...) Je suis préoccupée de voir des couples qui pensent qu'avoir un enfant est un droit ...

Lire la suite 


Pays-Bas : accès à  la Procréation Médicalement Assistée jusqu’à 50 ans ?

Pays-Bas : accès à la Procréation Médicalement Assistée jusqu’à 50 ans ?

Faut-il permettre aux femmes de 50 ans de recourir à une procréation médicalement assistée (PMA) avec leurs ovocytes congelés 15 ans auparavant ? C'est la question que pose la Ministre de la santé des Pays-Bas, Edith Schippers, alors que la limite actuelle autorisée par la loi est de 45 ans dans ce pays.
La question sous-jacente est aussi celle du « Social freezing », qui permet aux femmes de faire prélever leurs ovocytes lorsqu'elles sont jeunes et de les faire congeler par le processus de vitrification pour décider plus tard du moment et des circonstances où elles jugeront que le temps d'une grossesse est opportun. On sait par exemple que certaines entreprises  aux USA ont été jusqu'à proposer et financer le social freezing de leurs cadres féminines.
Le social freezing a fait l'objet de l'avis n°57 du Comité consultatif de Bioéthique de Belgique relatif aux aspects éthiques de la congélation des ovules en prévision d'une infertilité liée à l'âge en date du 16 décembre 2013. Dans un...

Lire la suite 


Pologne : la Fécondation In Vitro (FIV) ne sera plus remboursée

Pologne : la Fécondation In Vitro (FIV) ne sera plus remboursée

Le nouveau gouvernement polonais, issu des élections du mois d'octobre, a décidé de revenir sur une réforme du gouvernement précédent qui avait mis en place le remboursement des frais des procédures de trois tentatives de Fécondation In Vitro (FIV) par l'Etat polonais pour tous les couples, mariés ou non. Le budget prévu à cet effet s'élevait à 72 millions d'euros pour un programme de quatre ans.
Ce mardi 1er décembre, le nouveau Ministre de la Santé, Mikolaj Radziwill, a annoncé que le programme de financement de la FIV prendra fin en juin 2016. Les couples seront encore autorisés à pratiquer cette méthode de procréation médicalement assistée, mais ils devront en assurer les coûts personnellement.
Le Ministre polonais a rappelé que la FIV n'est pas le seul traitement envisageable lorsque l'infertilité du couple est en cause. Outre le poids financier que la Pologne n'est pas, selon lui, en état de supporter à l'heure actuelle, il y a des problèmes éthiques qui posent question.
Pour M...

Lire la suite 


Suisse : explosion du nombre de procréations médicalement assistées malgré de faibles résultats

Suisse : explosion du nombre de procréations médicalement assistées malgré de faibles résultats

Le 22 septembre 2015, l'Office Fédéral de la Statistique (OFS) suisse a publié les données concernant les procréations médicalement assistées (PMA) en Suisse en 2014. Il révèle que le nombre de femmes ayant eu recours à la PMA depuis 2002 a presque doublé en 2014. Pourtant le taux de réussite est assez bas, puisque deux tiers des PMA entreprises échouent. Ce qui conduit à un très grand nombre d'embryons volontairement conçus, puis voués à la mort.
En 2014, 3 867 femmes ont eu recours à la PMA. La grande majorité concerne les femmes âgées de 30 à 44 ans et parmi celles-ci, 17,2% viennent de l'étranger.
Les causes de la stérilité sont à rechercher principalement chez les hommes (1 566 cas soit 40,5%) 670 chez les femmes (17,3%), et dans 1 168 des cas la stérilité provenait des deux partenaires (30,2%).
Parmi les 2396 embryons surnuméraires produits et/ou congélés lors de ces PMA, 2 390 ont été détruits en laboratoire, soit parce que le couple a renoncé à son projet (342), soit parce qu...

Lire la suite 


Australie : la FIV pour choisir le sexe de l’enfant ?

Australie : la FIV pour choisir le sexe de l’enfant ?

En Australie, le Conseil national sur la santé et la recherche médicale (NHMRC) consulte les citoyens australiens sur un projet de recommandations éthiques relatif à la procréation médicalement assistée. Il s'agit entre autres d'élargir le recours à la Fécondation in vitro (FIV) et au Diagnostic Pré-implantatoire (DPI), techniques médicales initialement réservées à des couples stériles, pour les autoriser aux couples fertiles, dans le seul but de leur permettre de sélectionner un embryon pour choisir le sexe de l'enfant.
Pour rappel, la FIV est une opération lourde et qui n'est pas sans risques, tant pour la femme que pour l'enfant : stimulation ovarienne, ponction et fécondation de plusieurs ovocytes, analyse de l'embryon et test DPI, réimplantation dans l'utérus de l'embryon non seulement sain mais dans ce cas-ci, d'un embryon du sexe choisi.
Jusqu'à ce jour, les lois de différents pays autorisaient de recourir au DPI et à la sélection du sexe de l'enfant uniquement lorsqu'il y ava...

Lire la suite 


Italie : la CEDH reconnaît à l’Etat le droit d’interdire le don d’embryons à la recherche

Italie : la CEDH reconnaît à l’Etat le droit d’interdire le don d’embryons à la recherche

Dans un arrêt de Grande Chambre « Parrillo contre Italie », la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) a admis ce 27 août 2015 que l'Etat italien refuse à une femme de donner ses embryons issus d'une Fécondation In Vitro (FIV), à la recherche scientifique.
L'affaire concerne une femme italienne, qui dans le cadre d'une Procréation Médicalement Assistée (PMA), conçu avec son compagnon, cinq embryons par FIV en 2002. Son compagnon, père génétique de ces embryons, est décédé en 2003, avant que les embryons n'aient pu être implantés dans le ventre de la mère. Cette dernière émet alors le souhait de donner ses embryons congelés à la recherche scientifique, afin d'aider à trouver des remèdes à des maladies graves.
Néanmoins, la loi n°40/2004, en date du 19 février 2004, relative à la procréation, interdit les expériences sur les embryons humains, fût-ce à des fins de recherche.
Sur le motif invoqué par la mère de la violation de la vie familiale, les juges estiment que ce droit n'est ...

Lire la suite 


Pologne : précipitation politique pour légaliser les techniques de procréation médicalement assistée

Pologne : précipitation politique pour légaliser les techniques de procréation médicalement assistée

Voulant mettre à profit les derniers jours du gouvernement libéral, les députés de la plateforme civique et de gauche ont adopté un projet de loi en faveur de la fécondation in vitro (FIV),ce 25 juin 2015. Ils entament ainsi, à la hâte, le processus législatif qui ouvrira l'accès aux parents désireux d'avoir des enfants à la Procréation Médicalement Assistée. 
Le projet de loi prévoit que le nombre d'embryons surnuméraires sera limité à 6. Les embryons conçus et dépassant ce nombre ne pourront être ni revendus, ni détruits. Ils devront être donnés gratuitement à un autre couple ou même à une mère porteuse. En effet, le texte prévoit également d'autoriser la GPA.
 Les associations de protection de l'enfant s'inquiètent de la brèche que ce projet de loi ouvrirait vers des dérives eugéniques, via la sélection embryonnaire et vers un potentiel accès à des couples homosexuels.
Le projet de loi doit encore être voté par le Sénat puis promulgué par le président avant d'être adopté. Cette pr...

Lire la suite 


Belgique : première naissance grâce à une autogreffe de tissu ovarien prélevé avant la puberté

Belgique : première naissance grâce à une autogreffe de tissu ovarien prélevé avant la puberté

Le mercredi 10 juin 2015, une équipe médicale de l'hôpital bruxellois Erasme, dirigée par le Dr. Isabelle Demeestere, a annoncé à la communauté scientifique un exploit médical. Grâce à une greffe de tissus ovariens cryopréservés, elle a permis à une jeune femme de 27 ans d'accoucher de son premier enfant en novembre 2014.
Cette femme, atteinte depuis son enfance d'une drépanocytose, avait subi à 5 ans de lourds traitements risquant de provoquer sa stérilité. En prévention, les médecins avaient prélevé chez cette enfant un de ses ovaires, qu'ils ont depuis lors conservé par congélation.
Effectivement devenue stérile, la jeune femme a pu, grâce à l'équipe du Dr. Demeestere, retrouver sa fertilité par la transplantation de ses propres tissus ovariens.
35 bébés sont déjà nés suite à des interventions du même type, mais les tissus ovocytaires provenaient toujours d'une femme pubère. Cette avancée médicale et technique est une grande promesse pour toutes les femmes qui ne peuvent avoir d'e...

Lire la suite 


Belgique : 33 .150 cycles de fécondation in vitro pour 5.787 naissances

Belgique : 33 .150 cycles de fécondation in vitro pour 5.787 naissances

Selon les chiffres de l'INAMI, 1 enfant sur 25 est né par fécondation in vitro (FIV) en Belgique en 2013. Toutefois, une patiente sur cinq est étrangère. Depuis octobre 2008, l'INAMI rembourse aussi les inséminations intra-utérines, au nombre de 19.763, auxquelles s'ajoutent donc les 20.874 FIV.
Le rapport du Belgian Register for Assisted Procreation ( BELRAP ) (2012), publié en décembre 2014, mentionne également un nombre considérable de données telles que le nombre de dons de gamètes hétérogènes, le nombre d'embryons congelés ou détruits.
Source : Le Journal du Médecin  

Lire la suite