France : 2018, l’année de la PMA pour toutes

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités

Publié le : 20/09/2017

Lors des élections présidentielles française de 2017, Emmanuel Macron avait déclaré être favorable pour l'extension de la loi sur la Procréation Médicalement Assistée (PMA) pour les femmes seules et les couples de femmes. Ainsi, le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) a rendu en juin 2017, un avis favorable concernant la question. Avis majoritaire mais non unanime puisqu'un quart des membres du comité s'étaient déclarés opposés à tout élargissement. Mais ce 12 septembre 2017, la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a annoncé qu'une proposition de loi dans le cadre de révisions des lois bioéthiques serait présentée au Parlement dans l'année 2018. Cette proposition rendra accessible la PMA pour les femmes célibataires et les couples homosexuels de femmes.

Aujourd'hui, la loi française encadre strictement la PMA. En effet, elle est accessible uniquement chez les couples hétérosexuels, marié ou en concubinage depuis minimum 2 ans. L'un des membres du couple doit souffrir d'une infertilité médicalement constatée.

Mme Schiappa souhaite donc changer les conditions de cette loi afin de remédier à une « injustice sociale » concernant les femmes homosexuelles et les femmes célibataires. En effet, il serait « discriminatoire » de permettre la PMA uniquement pour certaines femmes en fonction de leur « orientation sexuelle. » Il faut, dit-elle, qu'il n'y ait plus « d'inégalité » entre les femmes qui ont les moyens financiers et se rendent dans les pays voisins où le cadre légal est plus souple (comme la Belgique), et celles qui ne peuvent se le permettre. La secrétaire d'Etat considère que toutes les femmes doivent avoir le droit d'avoir un enfant.

Pour Alliance VITA, il est incohérent de parler de « justice sociale » lorsqu'il s'agit de la PMA sans père. En effet, ce serait imposer à l'enfant une « injustice originelle » en le privant volontairement d'une partie de ses origines biologiques et surtout d'une relation paternelle. De plus, cela rendrait inévitable la revendication pour les couples homosexuelles d'hommes, d'accéder à la GPA avec des mères porteuses, et toujours au nom d'injustice sociale et discriminatoire.

 Sources : Le Monde, Sciences et Avenir, Alliance Vita

Code de la santé publique (articles L2141-1 à L2141-12)


Articles similaires

L’Etat affecte chaque année 4 millions d’euros à la congélation des gamètes

L’Etat affecte chaque année 4 millions d’euros à la congélation des gamètes

- Procréation médicalement assistée

En 2018, 524 patients atteints de cancer ont fait congeler leurs gamètes (spermatozoïdes ou ovocytes) en Belgique. Il s'agit d'hommes et de femmes qui, suite au diagnostic de cancer, ont dû subir un traitement lourd, de chimiothérapie, radiothérapie, ou de chirurgie qui risquait d'altérer leurs gamètes et causer l'infertilité. Ils se sont ainsi vu proposer la cryoconservation de leurs ovocytes ou spermatozoïdes, une technique intégralement remboursée par la sécurité sociale depuis 2017. En con...

Lire la suite

France : le CCNE favorable à la PMA pour les couples de lesbiennes et femmes seules

France : le CCNE favorable à la PMA pour les couples de lesbiennes et femmes seules

- Procréation médicalement assistée

Ce 27 juin, le Comité Consultatif National d'Ethique (CCNE) a rendu public son avis consultatif sur les « demandes sociétales relatives à l'Assistance médicale à la procréation » (PMA).

Dans cet avis, le CCNE maintient sa ferme opposition à la GPA et refuse l'autoconservation des ovocytes à des fins sociales (Social Freezing) en la jugeant « difficilement défendable ».

Cependant, il se montre favorable à l'extension de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules. Ainsi, la PMA n'aurai...

Lire la suite

France : bébés Thalys et adoption : l’avis de la Cour de cassation

France : bébés Thalys et adoption : l’avis de la Cour de cassation

- Procréation médicalement assistée

Contrairement à ce qui se pratique en Belgique de façon régulière, la loi française interdit la procréation médicalement assistée ainsi que l'adoption aux couples de femmes de même sexe. C'est ainsi que de nombreuses femmes viennent se faire inséminer en Belgique pour contourner la loi de leur pays.
En mai dernier, à la suite de l'adoption du projet de loi sur le mariage pour les personnes de même sexe, le Conseil constitutionnel avait estimé que le fait de se rendre à l'étranger afin de recou...

Lire la suite