Les bébés "à-trois-parents"

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités

Publié le : 03/07/2017

Nouveau DOSSIERICI
La presse s'est récemment fait écho de cette nouvelle prouesse biomédicale permettant la naissance d'un enfant après le transfert du « noyau » d'un ovule dans un autre.

Objectif ? Permettre à une femme porteuse d'une maladie mitochondriale sévère de transmettre à l'enfant conçu ses gènes, sans prendre toutefois le risque de lui transmettre en même temps la maladie qui l'accable. Quelques mois après la naissance d'un premier bébé du genre, le succès semble total. Mais des questions sanitaires et éthiques restent toutefois sans réponse.

Cette « première médicale », aboutissement de méthodes déjà anciennes, est le fait d'une équipe new-yorkaise qui a toutefois préféré agir hors-frontière, en l'occurrence à Mexico. Faute de législation, cette technique a aussi été employée en Ukraine en vue d'améliorer les techniques de fécondation in vitro. Le parlement anglais l'a autorisée dans sa législation le 3 février 2015. A l'heure ou le Conseil de l'Europe réfléchit à une recommandation sur « Le recours aux nouvelles technologies génétiques chez les êtres humains », une réflexion tant médicale qu'éthique s'impose.


Articles similaires

USA : naissance du premier enfant avec trois parents

USA : naissance du premier enfant avec trois parents

- Procréation médicalement assistée

Ce mardi 27 septembre, l'ASRM (American Society for Reproductive Medicine) a annoncé la naissance d'un bébé conçu avec le matériel génétique de deux femmes et d'un homme.
Une femme avait donné naissance à deux enfants, atteints et aujourd'hui décédés du syndrome de Leigh, une maladie héréditaire maternelle. Pour essayer de minimiser la transmission des gènes responsables de ce syndrome, une équipe médicale internationale menée par le Dr John Zhang, du Centre New Hope Fertility à New York, a tr...

Lire la suite

France : bébés Thalys et adoption : l’avis de la Cour de cassation

France : bébés Thalys et adoption : l’avis de la Cour de cassation

- Procréation médicalement assistée

Contrairement à ce qui se pratique en Belgique de façon régulière, la loi française interdit la procréation médicalement assistée ainsi que l'adoption aux couples de femmes de même sexe. C'est ainsi que de nombreuses femmes viennent se faire inséminer en Belgique pour contourner la loi de leur pays.
En mai dernier, à la suite de l'adoption du projet de loi sur le mariage pour les personnes de même sexe, le Conseil constitutionnel avait estimé que le fait de se rendre à l'étranger afin de recou...

Lire la suite

Que faire des embryons déjà conçus lorsque les parents divorcent ?

Que faire des embryons déjà conçus lorsque les parents divorcent ?

- Procréation médicalement assistée

Une personne divorcée a-t-elle le droit de préserver les embryons congelés du couple, si l'autre partenaire n'en veut plus ?

Aux Etats Unis, lorsque des époux auteurs d'un « projet parental » via fécondation in vitro divorcent, aucune loi ni jurisprudence uniforme ne règle pour l'instant la question du sort des embryons créés puis congelés. Le cas de Mandy et Drake Rooks aborde une nouvelle fois cette problématique sensible.

Le couple, en plein divorce, se bat depuis plusieurs années à propo...

Lire la suite