Statut du corps humain

Vers une meilleure traçabilité et analyse des risques lors des dons d'organes?

Belgique - Vers une meilleure traçabilité et analyse des risques lors des dons d'organes?

Un communiqué de presse du 18 novembre 2011 nous apprend que le Conseil des ministres a approuvé un avant-projet de loi réglementant le prélèvement et la transplantation d'organes. Transposant une directive européenne en la matière, cet avant-projet impose une évaluation et une sélection des donneurs ainsi qu'une meilleure analyse des risques. Cet avant projet vise également à assurer une meilleure traçabilité des organes et prévoit une centralisation des incidents et réactions graves tant pour le donneur que pour le receveur.

Source: Communiqué de presse du Conseil des ministres du 18 novembre 2011.

Déjà paru: Dossier de l'IEB : "Le don d'organes : donner pour sauver"

Lire la suite 


Permis de conduire et don d'organes

Permis de conduire et don d'organes

Chaque candidat conducteur invité à se prononcer sur le don d'organe.
Le 25 octobre 2011, Madame Nathalie Muylle et Monsieur Jef Van den Bergh (CD&V) ont déposé une proposition de loi (DOC 53 1843/001) visant à augmenter significativement le nombre de donneurs d'organe explicites. Aujourd'hui, en Belgique, toute personne majeure est réputée consentir à un don d'organe après son décès à moins d'avoir, de son vivant, exprimé une opposition explicite. Néanmoins, dans la pratique, l'avis de la famille proche est toujours demandé et dans environ 15 % des cas, cette dernière refuse.
Par cette proposition, les auteurs souhaitent introduire dans la demande de permis de conduire, comme c'est le cas en Grande-Bretagne, un formulaire permettant au candidat conducteur de se prononcer sur la question du don d'organe. Il aurait la possibilité de répondre s'il souhaite se porter candidat donneur ou s'il ne désire pas se prononcer sur la question.  Par contre, pour exprimer son opposition à un prélè...

Lire la suite 


Proposition de loi et orientation sexuelle

Belgique - Proposition de loi et orientation sexuelle

Le 7 juin 2011, Mesdames Almaci et Genot (Ecolo-Groen !) ont déposé une proposition de loi devant la Chambre des Représentants (doc 53 1549/001) visant à faire reconnaître les principes de Yogyarta. Ces principes, codifiés en 2006 par un groupe d'avocats et d'experts visent à protéger contre les discriminations fondées sur l'orientation sexuelle et aussi l'identité de genre. Ils promeuvent la « Théorie du Gender » selon laquelle l'individu doit pouvoir s'affranchir de toute contrainte biologique et choisir librement la façon d'exercer sa sexualité. Les auteurs demandent notamment que soient menées en Belgique des campagnes de sensibilisation et d'information relatives au libre choix de son orientation sexuelle et d'identité de genre. 

Lire la suite 


Prélever des organes sur des personnes vivantes et incapables d’exprimer leur accord ? Avis du CCBB

Belgique - Prélever des organes sur des personnes vivantes et incapables d’exprimer leur accord ? Avis du CCBB

Le 12 février 2010, Madame Onkelinx, Ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, demandait l'avis du Comité Consultatif de Bioéthique de Belgique (CCBB) à propos de cas spécifiques de prélèvement d'organes.
En effet, la loi du 25 février 2007 a modifié le rôle du consentement dans la dynamique légitimant les prélèvements d'organes sur des personnes vivantes car elle autorise le prélèvements sur des personnes, majeures ou mineures, incapables de manifester leur volonté.
Les questions abordées dans le présent avis sont les suivantes :
- est-il éthiquement justifié d'effectuer des prélèvements portant sur des organes qui ne se régénèrent pas, ou des prélèvements d'organes qui peuvent avoir des conséquences (graves) pour le donneur, sur des personnes vivantes majeures, incapables d'exprimer leur volonté en raison de leur état mental, pour autant qu'une personne légalement compétente donne son consentement?
- si le prélèvement n'a normalement aucune conséquence grave pour le d...

Lire la suite 


Proposition de loi : interdire sans condition tout prélèvement d’organe sur une personne incapable

Belgique - Proposition de loi : interdire sans condition tout prélèvement d’organe sur une personne incapable

Le 30 juin 2011, Monsieur Deprez et Madame Defraigne ont déposé au Sénat une proposition de loi visant à interdire sans condition tout prélèvement d'organe sur une personne incapable ( 5-1024/2). Cette interdiction vaut même si ce prélèvement ne peut pas avoir de conséquences graves sur le donneur, s'il porte sur des organes qui peuvent se régénérer et s'il est destiné à la transplantation à un frère ou une soeur. Cette interdiction pouvait déjà être déduite d'une combinaison de différents articles mais les auteurs souhaiteraient la voir clairement exprimée.
Voir Dossier de l'IEB: "Le don d'organes: donner pour sauver"

Lire la suite 


Les poumons d’une personne euthanasiée sont de meilleure qualité pour une transplantation

Belgique - Les poumons d’une personne euthanasiée sont de meilleure qualité pour une transplantation

 Faisant suite au congrès de l'Académie Royale de Médecine de Belgique et la Koninklijke Academie voor Geneeskunde van België organisé à Bruxelles et à l'article publié dans le Bulletin de l'IEB du 18 janvier 2011, « Transplantation d'organes : donation vivante et après euthanasie ? », plusieurs publications ont vu le jour, plusieurs médecins publient aujourd'hui leurs réflexions sur la façon dont ils ont procédé pour ces dons d'organes consécutifs à une euthanasie entre 2007 et 2009. 

 

Dans un article publié dans  Applied Cardiopulmonary Pathophysiology, les auteurs observent que la qualité des poumons d'une personne ayant été euthanasiée semble bien supérieure à celle de ceux prélevés sur les donneurs dont la mort cérébrale a été constatée ou les personnes décédées par arrêt cardiaque. Par rapport à ces derniers en effet, le corps des personnes qui sont euthanasiées, ne subit pas les effets (négatifs) de l'agonie avant l'arrêt de la circulation.

La transplantation d'organes apr...

Lire la suite 


Orgaantoerisme naar België

Belgique - Orgaantoerisme naar België

In de periode van 2003 tot en met 2009, hebben 131 mensen die stonden ingeschreven in het Nederlandse bevolkingsregister, in België een orgaantransplantatie ondergaan met een orgaan van een overleden donor. Andersom gebeurt het ook dat patiënten uit België in Nederland worden getransplanteerd, maar dat komt veel minder voor. In diezelfde periode gebeurde dat 4 keer. Daarnaast is het zo dat in de periode 2003-2009, 15 personen uit Nederland in België zijn overleden en donor zijn geworden, tegen 7 personen uit België die in Nederland overleden en donor werden.

Er zijn verschillende redenen aan te voeren voor het feit dat mensen uit Nederland veel vaker een orgaantransplantatie in België ondergaan dan andersom. Een gedeelte van deze mensen is, vanwege de geografische ligging van hun woonplaats, voor andere zorg ook afhankelijk van de Belgische gezondheidszorg. Anderen echter hebben speciaal voor deze operatie hun heil in België gezocht. Waarschijnlijk omdat de wachttijd in België korte...

Lire la suite 


Transplantation d’organes : donation vivante et après euthanasie ?

Belgique - Transplantation d’organes : donation vivante et après euthanasie ?

L'Académie Royale de Médecine de Belgique et la Koninklijke Academie voor Geneeskunde van België ont organisé un symposium sur le don et la transplantation d'organes en Belgique. Un panel national et international d'experts médicaux et de juristes a informé un auditoire d'une centaine de personnes sur l'état actuel de la transplantation en Belgique en la situant dans un contexte international.
Malgré l'existence d'excellents programmes de transplantation d'organes provenant de personnes décédées, une pénurie croissante de donneurs prévaut dans le pays.
Le communiqué de presse mentionne que « les orateurs se sont penchés sur la question de savoir dans quelle mesure cette pénurie peut être compensée par la donation vivante, dans un contexte éthique strict renforcé par la Déclaration d'Istanbul sur le commerce d'organes et le tourisme en transplantation. Une juste compensation des frais encourus par les donneurs vivants est nécessaire de même que la création d'un registre national des d...

Lire la suite 


Don d'ovocytes : avis du Conseil Supérieur de la Santé

Belgique - Don d'ovocytes : avis du Conseil Supérieur de la Santé

En réponse à la question de la Ministre Madame Onkelinkx à propos du don d'ovocytes et des conséquences psychologiques et sur la santé de la femme, le groupe de travail constitué par le Conseil Supérieur de la Santé (CSS), vient de rendre publiques ses recommandations. Cette évaluation médicale et psychologique souligne clairement les risques liés au don d'ovocytes pour femmes donneuses.  Ce don est régi par  la loi du 19 décembre 2008 et  par l'A.R. du 28 septembre 2009.

Contrairement au don de gamètes masculins, le don d'ovocytes présuppose un traitement hormonal préalable et une procédure relativement invasive afin de prélever les gamètes féminins.

Le CSS souligne à maintes reprises les risques non seulement médicaux mais aussi psychologiques pour les femmes, encourageant les centres de Procréation Médicalement Assistée (PMA) à prendre toutes les précautions possibles pour que la santé de la femme soit préservée. Le document insiste sur le fait que « la candidate donneuse doit ê...

Lire la suite 


Don d’organes après une euthanasie ?

Don d’organes après une euthanasie ?

Des médecins de l'hôpital universitaire d'Anvers ont expliqué avoir accédé à la demande d'euthanasie d'une patiente de 44 ans qui, après un accident cardio-vasculaire, était totalement dépendante (Locked-in syndrome). La patiente tout à fait consciente a pu communiquer avec son entourage et exprimer non seulement son désir d'être euthanasiée, mais aussi de permettre le prélèvement de différentes parties de son corps dont son foie et ses reins, en vue d'un don post-mortem.
Ce cas semble ne pas être isolé comme le mentionne une intervention de ces mêmes médecins lors du Congrès sur les transplantations d'organes de 2008 (European Society for Organ Transplantation). Une telle pratique  consiste à organiser une euthanasie et, dix minutes après l'arrêt cardiaque de la patiente s'est arrêté, intervient  l'opération en vue du prélèvement des organes. Les médecins de l'hôpital anversois semblent considérer que cette pratique est tout à fait éthique, légale et en concordance  avec la pratique...

Lire la suite