Don d’organes : nouvelle loi. Prélèvement dès 12 ans.

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes, de tissus et de sang

Actualités - Belgique

Publié le : 04/09/2012

Assurer la traçabilité complète des organes et leur transplantation, établir des normes minimales, mieux protéger les donneurs vivants, limiter les prélèvements sur les mineurs, voilà quelques points clarifiés par le nouveau texte de loi déjà adopté à l'unanimité à la Chambre. Interrogée par les sénateurs sur les frais supportés par les donneurs, la ministre de la santé Laurette Onkelinx a répété sa volonté de défrayer à l'avenir les donneurs vivants, tout en évitant d'encourager financièrement ce genre d'opération.

De plus, ce texte de loi prévoit que "le prélèvement visé au § 1er ne peut être effectué que sur une personne ayant atteint l'âge de douze ans, qui est capable de manifester sa volonté et qui consent préalablement au prélèvement ".
Il semblerait donc que le politique estime la maturité d'un jeune de 12 ans suffisante pour qu'un acte aussi grave que celui d'un don d'organe, soit décidé par cet adolescent en toute liberté, sans pressions extérieures.

Outre ce projet de loi, les sénateurs ont également approuvé en commission une proposition de loi de Louis Ide (N-VA) portant sur la création d'une carte de donneur d'organes proposée par le médecin généraliste par laquelle chacun pourrait confirmer sa disposition à céder ses organes après décès. À noter qu'actuellement, la loi autorise de prélever les organes sur les défunts sauf si ceux-ci avaient, de leur vivant, manifesté leur opposition de façon expresse à leur administration communale.

En 2011, il y eut 321 donneurs (dont 80 vivants). Le nombre de transplantations réalisées est de 853. Chiffres en progression constante. Toutefois, le nombre de personnes en attente d'un organe reste encore élevé : 1.200 en 2011.
 

Tekst van het wet in het nederlands


Articles similaires

Proposition de loi : interdire sans condition tout prélèvement d’organe sur une personne incapable

Proposition de loi : interdire sans condition tout prélèvement d’organe sur une personne incapable

- Don d'organes, de tissus et de sang

Le 30 juin 2011, Monsieur Deprez et Madame Defraigne ont déposé au Sénat une proposition de loi visant à interdire sans condition tout prélèvement d'organe sur une personne incapable ( 5-1024/2). Cette interdiction vaut même si ce prélèvement ne peut pas avoir de conséquences graves sur le donneur, s'il porte sur des organes qui peuvent se régénérer et s'il est destiné à la transplantation à un frère ou une soeur. Cette interdiction pouvait déjà être déduite d'une combinaison de différents art...

Lire la suite

Belgique : deuxième meilleur score en matière de dons d'organes

Belgique : deuxième meilleur score en matière de dons d'organes

- Don d'organes, de tissus et de sang

Avec 25,2 donneurs d'organes par million d'habitants, la Belgique a obtenu en 2014 le deuxième meilleur « score » en matière de don d'organes parmi les huit pays affiliés à Eurotransplant, organisme de services pour les centres de transplantation, les laboratoires et les hôpitaux transplanteurs. Seule la Croatie a réalisé en 2014 un score supérieur avec 33,9 donneurs.
Le bon résultat obtenu par la Belgique s'explique en grande partie par sa législation. En Belgique, on est en effet automatique...

Lire la suite

La déclaration de don d’organes facilitée et élargie en Belgique

La déclaration de don d’organes facilitée et élargie en Belgique

- Don d'organes, de tissus et de sang

Depuis le 1er juillet 2020, toute personne disposée à faire don de ses organes après sa mort peut introduire une déclaration via le portail de santé en ligne masante.belgique.be ou auprès de son médecin traitant. Cette déclaration peut être positive ou négative, c'est à dire qu'elle peut aussi bien exprimer un accord explicite qu'un opposition au don d'organe. Jusqu'alors, seule une déclaration introduite à l'administration communale était possible - option qui est toutefois maintenue.

Rapp...

Lire la suite