Don d’organes : nouvelle loi. Prélèvement dès 12 ans.

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes, de tissus et de sang

Actualités - Belgique

Publié le : 04/09/2012

Assurer la traçabilité complète des organes et leur transplantation, établir des normes minimales, mieux protéger les donneurs vivants, limiter les prélèvements sur les mineurs, voilà quelques points clarifiés par le nouveau texte de loi déjà adopté à l'unanimité à la Chambre. Interrogée par les sénateurs sur les frais supportés par les donneurs, la ministre de la santé Laurette Onkelinx a répété sa volonté de défrayer à l'avenir les donneurs vivants, tout en évitant d'encourager financièrement ce genre d'opération.

De plus, ce texte de loi prévoit que "le prélèvement visé au § 1er ne peut être effectué que sur une personne ayant atteint l'âge de douze ans, qui est capable de manifester sa volonté et qui consent préalablement au prélèvement ".
Il semblerait donc que le politique estime la maturité d'un jeune de 12 ans suffisante pour qu'un acte aussi grave que celui d'un don d'organe, soit décidé par cet adolescent en toute liberté, sans pressions extérieures.

Outre ce projet de loi, les sénateurs ont également approuvé en commission une proposition de loi de Louis Ide (N-VA) portant sur la création d'une carte de donneur d'organes proposée par le médecin généraliste par laquelle chacun pourrait confirmer sa disposition à céder ses organes après décès. À noter qu'actuellement, la loi autorise de prélever les organes sur les défunts sauf si ceux-ci avaient, de leur vivant, manifesté leur opposition de façon expresse à leur administration communale.

En 2011, il y eut 321 donneurs (dont 80 vivants). Le nombre de transplantations réalisées est de 853. Chiffres en progression constante. Toutefois, le nombre de personnes en attente d'un organe reste encore élevé : 1.200 en 2011.
 

Tekst van het wet in het nederlands


Articles similaires

Don d’organes post mortem : l’Angleterre et les Pays-Bas passent au consentement présumé

Don d’organes post mortem : l’Angleterre et les Pays-Bas passent au consentement présumé

- Don d'organes, de tissus et de sang

Depuis le 20 mai dernier, les Anglais sont présumés consentir au don d'organes après leur mort, à moins qu'ils n'aient manifesté leur opposition auprès du Système National de Santé (NHS). Pour augmenter le nombre de donneurs d'organes et ainsi répondre à la longue liste d'attente en matière de transplantation (plus de 6.000 personnes en attente de greffe en avril 2019), l'Angleterre fait donc le choix de quitter le régime dit "d'opt-in". Ce dernier requiert des citoyens d'enregistrer leur cons...

Lire la suite

Pays-Bas : un « non » massif à l’inscription pour le don d’organes

Pays-Bas : un « non » massif à l’inscription pour le don d’organes

- Don d'organes, de tissus et de sang

Comme beaucoup d'autres pays, les Pays-Bas sont confrontés à une pénurie de donneurs d'organes. A tel point que le gouvernement songe à modifier le système pour passer du consentement exprès à celui du consentement présumé, comme c'est le cas en Belgique. Un projet de loi a récemment été adopté par le Parlement néerlandais, qui a demandé des éclaircissements supplémentaires au Conseil d'État. Ce dernier doit encore s'exprimer sur la proposition qui vise donc à instaurer le principe du « oui, s...

Lire la suite

DON D’ORGANES

DON D’ORGANES

- Don d'organes, de tissus et de sang

 Don d'organes après euthanasie : nouvelles directives en place aux Pays-Bas

Belgique : 684 organes auraient pu être disponibles après euthanasie en 2015

Belgique : donneurs d'organes et réseaux sociaux

Suisse : modifications des directives pour diagnostiquer la mort

Lire la suite