1000e transplantation du foie à l’UZ Gent

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes, de tissus et de sang

Actualités - Belgique

Publié le : 25/01/2013

L'équipe de transplantation de l'UZ Gent est le premier centre en Flandre à avoir effectué sa 1000ème transplantation du foie. Le comptage, commencé en 1991, continue depuis lors à une moyenne d'environ 50 transplantations par an, sur des adultes, des enfants et des adolescents.
Le foie est le plus grand organe du corps humain ; il remplit diverses fonctions vitales pour le métabolisme. Vingt ans après leur transplantation, des patients ont plus de 72 % de chance de survie et la possibilité de mener à nouveau une vie active de qualité ; c'est ce que nous enseignent les chiffres de l'UZ Gent. Mais ils doivent prendre des médicaments antirejet leur vie durant. Ces immunosuppresseurs pouvant entraîner certains problèmes métaboliques (défaillance cardiaque, diabètes…), un suivi étroit est requis, ainsi qu'une rectification éventuelle de la médication. Les inconvénients sont largement contrebalancés par les gros avantages d'une transplantation.
En Belgique, quelque 220 patients par an bénéficient d'une transplantation du foie. Les transplantations du foie sont des traitements curatifs pour des patients atteints d'affections hépatiques au stade terminal. L'origine de leur maladie est souvent une tumeur, une anomalie congénitale, l'hépatite C ou une cirrhose alcoolique. Ces personnes sont mises sur une ‘liste d'attente chronique' ; pour les interventions extrêmement urgentes, il y a une liste d'attente urgente. Dans notre pays, les patients restent encore en moyenne un an sur une liste d'attente (chronique) avant qu'un organe qui leur convient soit disponible. Dix à treize % meurent alors qu'ils sont encore sur la liste d'attente.
 


Articles similaires

Les poumons d’une personne euthanasiée sont de meilleure qualité pour une transplantation

Les poumons d’une personne euthanasiée sont de meilleure qualité pour une transplantation

- Don d'organes et euthanasie

 Faisant suite au congrès de l'Académie Royale de Médecine de Belgique et la Koninklijke Academie voor Geneeskunde van België organisé à Bruxelles et à l'article publié dans le Bulletin de l'IEB du 18 janvier 2011, « Transplantation d'organes : donation vivante et après euthanasie ? », plusieurs publications ont vu le jour, plusieurs médecins publient aujourd'hui leurs réflexions sur la façon dont ils ont procédé pour ces dons d'organes consécutifs à une euthanasie entre 2007 et 2009. 

 

Dan...

Lire la suite

Transplantation d’organes : donation vivante et après euthanasie ?

Transplantation d’organes : donation vivante et après euthanasie ?

- Don d'organes et euthanasie

L'Académie Royale de Médecine de Belgique et la Koninklijke Academie voor Geneeskunde van België ont organisé un symposium sur le don et la transplantation d'organes en Belgique. Un panel national et international d'experts médicaux et de juristes a informé un auditoire d'une centaine de personnes sur l'état actuel de la transplantation en Belgique en la situant dans un contexte international.
Malgré l'existence d'excellents programmes de transplantation d'organes provenant de personnes décédé...

Lire la suite

Belgique : l'industrie pourrait bientôt commercialiser les tissus humains

Belgique : l'industrie pourrait bientôt commercialiser les tissus humains

- Don d'organes, de tissus et de sang

Tout comme les organes, les tissus d'une personne peuvent sauver des vies. Les ossements permettent de réparer des fractures complexes, les cornées d'éviter des cécités, les vaisseaux sanguins de remplacer les vaisseaux irrémédiablement endommagés d'autrui.

Ces tissus sont, tout comme les organes, facilement extraits du corps du donneur, après sa mort ou avant, par biopsie. Seuls les médecins et chercheurs ont aujourd'hui accès aux tissus humains stockées par les hôpitaux dans leurs biobanqu...

Lire la suite