Euthanasie et don d’organes en Belgique

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes et euthanasie

Actualités - Belgique

Publié le : 04/10/2012

Tel était l'intitulé du Symposium organisé ce 28 septembre à Bruxelles par l'association « De Maakbare Mens ».

Depuis 2005, neuf patients ayant obtenu de se faire euthanasier ont fait don de leurs organes.
Parmi les 1.133 personnes ont opté pour l'euthanasie en 2011, seulement 10% d'entre elles auraient pu potentiellement faire don de leurs organes. "Il s'agit principalement de patients souffrant de problèmes neurologiques ou neuropsychiatriques", explique le Professeur Ysebaert de l'hôpital universitaire d'Anvers.  Le prélèvement d'organes ne peut en effet pas se faire sur des patients atteints d'un cancer, de maladies virales comme l'hépatite B et C,  et le SIDA.
Il est préciser dans ce Symposium, que les 9 personnes euthanasiées ayant décidé de donner leurs organes l'ont fait sur base volontaire.
Faut-il rappeler que dans les cas précis d'une demande d'euthanasie émanant d' un patient dont la maladie n'est pas au stade terminal, la loi belge exige de recourir à  l'avis d'un deuxième médecin et d'un psychiatre pour confirmer la validité de la demande d'euthanasie. Un participant au symposium a admis que les psychiatres consultés pour un avis  « n'aiment pas donner un avis négatif ». Les chiffres l'attestent : 1 seul refus d'euthanasie pour une centaine de consultations.
Lors de ce symposium, on a mentionné le fait que 39% des euthanasies étaient justifiées par la seule souffrance psychique. Le Dr L.Thienpont, psychiatre, a affirmé que le don d'organes palliait souvent à la douleur du patient de se sentir inutile et non-considéré.
Qu'en est-il des pressions exercées sur le patient ? Si à l'unanimité les intervenants ont reconnu qu'il était important de préserver un sentiment de « liberté totale », Freddy Mortier, professeur d'éthique à Gand, a reconnu qu'« il est vraiment difficile de garantir cela ».


 


Articles similaires

Don d’organes après une euthanasie ?

Don d’organes après une euthanasie ?

- Don d'organes et euthanasie

Des médecins de l'hôpital universitaire d'Anvers ont expliqué avoir accédé à la demande d'euthanasie d'une patiente de 44 ans qui, après un accident cardio-vasculaire, était totalement dépendante (Locked-in syndrome). La patiente tout à fait consciente a pu communiquer avec son entourage et exprimer non seulement son désir d'être euthanasiée, mais aussi de permettre le prélèvement de différentes parties de son corps dont son foie et ses reins, en vue d'un don post-mortem.
Ce cas semble ne pas ...

Lire la suite

Pays-Bas : vers une institutionnalisation du don d'organes après euthanasie

Pays-Bas : vers une institutionnalisation du don d'organes après euthanasie

- Don d'organes et euthanasie

Des responsables d'hôpitaux universitaires aux Pays-Bas (Erasmus MC de Rotterdam et l'hôpital académique de Maastricht) viennent d'établir un protocole de don d'organes après euthanasie. Ces directives nationales n'attendent plus que l'accord de la Fondation néerlandaise de la transplantation pour être imposées à l'ensemble des médecins et hôpitaux des Pays-Bas. Si la Belgique fait figure de pionnière en matière de combinaison entre euthanasie et don d'organes, cette pratique est exceptionnel...

Lire la suite

Le don d’organes après euthanasie : les chiffres parlent

Le don d’organes après euthanasie : les chiffres parlent

- Don d'organes et euthanasie

Le nombre de personnes euthanasiées sur lesquelles des tissus ou des organes sont prélevés, augmente aux Pays-Bas comme en Belgique. Malgré cela, des médecins considèrent que cette pratique n'est pas encore assez connue et veulent l'encourager pour répondre aux longues files d'attentes pour les transplantations (ex. 761 personnes sur la liste d'attente pour l'implantation d'une cornée).

L'enjeu est de taille : les personnes mourant par euthanasie représentent 4,4 % des décès aux Pays-Bas. Le ...

Lire la suite