Début de vie > Avortement

Pays-Bas : la pilule abortive en vente chez le pharmacien ?

Pays-Bas : la pilule abortive en vente chez le pharmacien ?

Un produit reconnu officiellement comme abortif pourrait bientôt être disponible en pharmacie aux Pays-Bas, sur simple présentation d'une prescription d'un médecin généraliste.
Le Sunmedabon est une combinaison de mifépristone et de misoprostol assemblés dans un même conditionnement, et dont l'action conjuguée est depuis longtemps utilisée pour les avortements médicamenteux.
Le Sunmedabon a été développé par une firme indienne, Sunpharma, à la demande de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Différentes branches des Nations-Unies participent ainsi à la distribution de ce produit abortif dans les pays où les femmes n'auraient pas accès à des structures d'avortement. C'est dans ce cadre restreint que Sunpharma aurait obtenu de vendre son produit sur le marché européen. Dans les précautions d'usage et la notice, il est indiqué que ce produit abortif peut uniquement être délivré dans un centre où les infrastructures sont disponibles non seulement pour assurer des opérations chirurgi...

Lire la suite 


Belgique : vers une extension de l’avortement au-delà des 12 semaines ?

Belgique : vers une extension de l’avortement au-delà des 12 semaines ?

A l'occasion des 25 ans de la promulgation de la loi dépénalisant l'avortement en Belgique, les centres pratiquant l'IVG (Interruption volontaire de grossesse) proposent d'en faciliter plus largement l'accès via un renouvellement du cadre légal : ils plaident notamment pour une extension du délai légal au-delà de douze semaines, car actuellement, passé ce délai, les centres d'avortement se voient obligés d'envoyer les femmes aux Pays-Bas, où le délai est de 22 semaines.
De plus, des critiques sont aujourd'hui émises à propos de la commission d'évaluation : « elle semble dans son dernier souffle depuis un an et demi. Les membres de cette commission sont de bonne volonté, mais il manque de personnes compétentes en termes de recherche scientifique », ajoute le docteur Anne Verougstraete du SJERP (planning familial de la VUB). Celle-ci propose, au nom des centres pratiquant l'avortement, la création d'un organisme scientifique qui prendrait en charge les statistiques sur l'avortement, su...

Lire la suite 


Parlement européen : résolution pour imposer un « droit à l’avortement »

Parlement européen : résolution pour imposer un « droit à l’avortement »

L'eurodéputé belge Marc Tarabella (socialiste) a remis il y a peu un rapport et une proposition de résolution visant, entre autres, à imposer l'avortement comme un droit fondamental applicable à l'ensemble des pays membres de l'Union européenne. Et ce, malgré que les questions politiques familiales soient hors du champ de la compétence législative de l'Union, les parlements nationaux étant les seuls compétents pour légiférer sur ces sujets (principe de subsidiarité).
Au nom de la « défense des valeurs fondamentales de l'Union européenne », une majorité de parlementaires, principalement socialistes et issus des pays du Nord, viennent de voter cette résolution, mettant dès lors à mal le principe de subsidiarité sur ces questions : ce vote au Parlement européen pourrait constituer un moyen de forcer des évolutions au sein des législations nationales de chaque État, surtout ceux qui ont partiellement résisté à la dépénalisation de l'avortement (Malte, Pologne, Irlande).

Un rapport sembl...

Lire la suite 


Amnesty International : campagne « mon corps, mes droits »

Amnesty International : campagne « mon corps, mes droits »

La campagne « Mon corps, mes droits » d'Amnesty International, actuellement en cours, a pour objectif de « lutter pour que chaque individu puisse prendre des décisions sur son corps et sur sa santé sexuelle et reproductive ».
En Belgique, « l'accent, dans un premier temps, sur deux catégories de droits sexuels et reproductifs en particulier : le droit à l'éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle (EVRAS) et le droit de vivre à l'abri des violences sexuelles ».
Par ailleurs, la campagne entend également obtenir, partout dans le monde, un accès « à des services d'avortement légaux et sûrs au minimum en cas d'inceste, de viol ou si la santé de la mère est en danger ». Pour Amnesty, « les États se doivent de remplir leurs obligations en matière de respect des droits et de ne pas opérer de retours en arrière en la matière. »
En Irlande, par exemple, un des seuls pays où l'avortement est encore partiellement illégal, Amnesty demande à ce « qu'un cadre législatif fixant les c...

Lire la suite 


Royaume-Uni : rejet de l’amendement sur les avortements sélectifs

Royaume-Uni : rejet de l’amendement sur les avortements sélectifs

Le 23 février dernier, les députés britanniques ont rejeté un amendement visant à interdire explicitement l'avortement en fonction du sexe de bébé. Cet amendement traduisait l'inquiétude de voir adoptée dans certaines communautés étrangères en Grande-Bretagne la préférence culturelle pour les garçons, comme c'est le cas en Chine et en Inde.
Une majorité des députés britanniques a rejeté cet amendement, estimant qu'une interdiction explicite de cette pratique serait difficilement applicable et compliquerait l'accès des femmes à l'avortement.
Jane Ellison, ministre de la santé, a également exprimé son opposition, déclarant que l'avortement sélectif en fonction du sexe était implicitement inscrit dans la loi actuelle et était donc déjà illégal. Ce n'est pas l'avis de Fiona Bruce, la députée qui a présenté le texte, et qui déclarait que « cet amendement est nécessaire car il n'y a pas de paragraphe explicite dans la loi britannique sur l'avortement sélectif suivant les sexes ».
Source : ...

Lire la suite 


Etats-Unis : le soutien à l’avortement en baisse, le nombre d’avortements aussi

Etats-Unis : le soutien à l’avortement en baisse, le nombre d’avortements aussi

Selon un nouveau sondage de Marist Poll, 84% des Américains ne sont pas favorables au fait de permettre l'avortement, et surtout pas au-delà des trois premiers mois de la grossesse.
D'après cette même étude, 60% des Américains jugent l'avortement « moralement inacceptable » tandis que 64% pensent que le taux d'avortement aux Etats-Unis est supérieur à ce qu'il devrait être.
D'après78% des sondés sont favorables à une notification parentale dans le cas de l'avortement d'une mineure, 68% s'opposent au financement public de la pratique de l'avortement (rien qu'en 2013, Planned Parenthood, la plus grosse association  mondiale promouvant l'avortement, a reçu 540 600 000 dollars du contribuable) et 60% soutiennent la possibilité pour un praticien de faire appel à l'objection de conscience.
Ce sondage se reflète aussi dans la réalité : avec 1,06 millions d'avortements pour 316 millions d'habitants, les Etats-Unis sont à leur niveau le plus bas depuis 1975 (1,03 millions d'avortements pour 2...

Lire la suite 


AVORTEMENT

o    Belgique : pénurie de médecins formés à l'avortement
o    Extension du "droit" à l'avortement au Luxembourg
o    Belgique : pas de dédommagement pour le fait d'être née handicapée
o    Luxembourg : l'avortement ne devrait plus être justifié par une situation de détresse
o    Avortement en Espagne : le gouvernement retire son projet de loi
o    "Médecins du Monde" : mobilisation pour promouvoir l'avortement
o    Malte résiste et réaffirme son opposition à l'avortement
o    Suisse : une nouvelle " fenêtre à bébé"
o    Le ministre de la Justice espagnol met les choses au point sur l'avortement
o    Floride : une loi fait de l'avortement un acte illégal
o    Kroatiëveroordeeldvoor het dumpen van doodgeborenkind
o    Espagne : le Comité de bioéthique soutient la réforme sur l'avortement
o    L'enfant mort-né ne pouvait pas être assimilé à un déchet hospitalier
o    Un site «je veux avorter.be»
o    Appel aux sages-femmes pour répondre aux demandes d'avortement ?
o    One of us, prot...

Lire la suite 


Chili : repénaliser l’avortement n’entraîne pas une hausse de la mortalité maternelle

Chili : repénaliser l’avortement n’entraîne pas une hausse de la mortalité maternelle

Le docteur Elard Koch, directeur de recherche à l'Institut Melisa, a publié récemment une étude consacrée à l'évolution de la mortalité maternelle avant et après le repénalisation de l'avortement au Chili.
Il constate que le nombre de morts maternelles a connu une baisse de 69.2%, passant de 41.3 à 12.7 pour 100.000 femmes depuis 1989, date à laquelle le Chili a repénalisé l'avortement. Ce pays connaît désormais un taux de mortalité maternelle inférieur à celui des Etats-Unis et il affiche le deuxième meilleur taux pour l'ensemble des Amériques. C'est une tendance continue depuis 1960.
Cette étude, qui met l'accent sur le travail de prévention réalisé au Chili depuis de nombreuses années, semble donc nettement contredire l'argument couramment avancé du lien entre l'interdiction de l'avortement et la mort de nombreuses femmes qui y recourraient dans la clandestinité et dans des conditions d'hygiène insuffisantes.
Source : Melisa Institute  

Lire la suite 


Extension du "droit" à l'avortement au Luxembourg

Extension du "droit" à l'avortement au Luxembourg

Ce mardi 2 décembre, la Chambre des députés du Grand-Duché de Luxembourg a adopté par 38 voix contre 22, une loi libéralisant une fois de plus l'avortement, après une loi de novembre 2012 qui avait elle-même libéralisé la loi de 1978. Le texte original de 1978 correspondait plus ou moins à la loi française dite Loi Veil. La nouvelle loi étend encore le « droit » à l'avortement, en supprimant notamment la notion de détresse ou encore la deuxième consultation obligatoire pour les femmes souhaitant avoir recours à l'avortement.
Tandis que l'Association pour la Vie naissante, qui entend « promouvoir toutes les mesures médicales, éducatives et sociales appropriées pour faire disparaître les causes profondes de l'avortement, et en particulier, d'organiser et de soutenir à cet effet des services de consultation, d'accueil et d'entraide », organisait une manifestation devant la Chambre, l'opposition a regretté lors des débats précédant le vote l'absence de toute évaluation de la mise en vigu...

Lire la suite 


Belgique : pénurie de médecins formés à l’avortement

Belgique : pénurie de médecins formés à l’avortement

Près de 15 ans après l'adoption par le parlement belge de la loi dépénalisant l'avortement, la Belgique fait face à une pénurie croissante de médecins prêts à s'engager dans cette pratique. Cette difficulté est particulièrement criante dans la province de Luxembourg, comme le centre de planning familial des femmes prévoyantes socialistes d'Arlon en fait état.
Cette situation s'explique pour partie en raison de l'absence de formation des jeunes médecins à la pratique de l'interruption volontaire de grossesse, notamment dans les régions éloignées des centres universitaires assurant cette formation, mais également en raison d'une militance qui s'essouffle. Pour Cécile Artus, coordinatrice des centres de planning familial FPS de la Province de Luxembourg, « la raison est le manque de valorisation financière, et de reconnaissance de l'acte IVG. Donc la jeune génération de médecins est moins militante ».
Source : www.rtbf.be
 

Lire la suite