Politique de Mexico : débat au Parlement Européen

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 23/03/2017

En présence du Commissaire européen à l'aide humanitaire, Christos Stylianides, le Parlement Européen a ouvert en Séance Plénière, ce mardi 14 mars 2017 à Strasbourg, un débat sur le rétablissement de la « règle du bâillon mondial » par Donald Trump en janvier dernier (décret signé le 23/01/2017).

Plus connue sous le nom de « Politique de Mexico », la « règle du bâillon mondial » (Global Gag Rule) interdit le financement des ONG pro-avortement. Elle avait été instaurée pour la première fois en 1984 par Ronald Reagan dans le but de « respecter la vie humaine dans sa forme la plus vulnérable, c'est-à-dire la vie de l'enfant à naître ».

La plupart des députés ont fait part de leurs craintes quant à une recrudescence d'avortements pratiqués dans des conditions sanitaires déplorables mettant en danger la vie des femmes dans les pays en voie de développement.

D'autres ont affirmé la nécessité d'assurer aux femmes des soins de santé de qualité, et ce d'autant plus qu'elles « contribuent d'une manière unique à notre société en donnant la vie à des enfants ». Or, selon eux, l'avortement ne peut être considéré comme un soin de santé. Ces députés demandent donc à ce que des ressources soient mobilisées en faveur de véritables soins maternels pour les femmes plutôt qu'à l'arrêt de leur grossesse.

Comme l'a rappelé une députée française, « à l'heure où 50 millions d'avortements sont pratiqués chaque année à travers le monde, la réduction du recours à l'avortement devrait être un véritable objectif de santé publique, conformément aux engagements internationaux pris lors de la conférence du Caire en 1994 – obligation contractée par la France et la plupart des Etats de l'Union Européenne – dont le but était de soutenir les enfants avant comme après la naissance ». Et de conclure : « Nous sommes pour le droit d'informer les femmes des autres possibilités qui s'offrent à elles ».

 Source : débat au Parlement Européen


Articles similaires

Il n’y a aucun « droit à l’avortement » issu du droit international et européen

Il n’y a aucun « droit à l’avortement » issu du droit international et européen

- Avortement

Nouveau Flash Expert : pour y voir clair...

Depuis près d'un an, les discussions sur la sortie de l'avortement du Code Pénal ont repris. Dans la brochure du Centre d'Action Laïque, une question est posée : « La pénalisation de l'avortement dans la législation belge est-elle compatible avec les législations internationales signées par la Belgique qui consacrent ce droit ? » (Lire : ce droit à l'avortement).

Il parait urgent dans ce contexte de le rappeler : aucune convention internationale et...

Lire la suite

Le Parlement autrichien à l'écoute des femmes et des enfants

Le Parlement autrichien à l'écoute des femmes et des enfants

- Avortement

Promouvoir l'équité pour les femmes enceintes et leurs enfants, c'est le projet de l'initiative citoyenne parlementaire autrichienne #fairändern (traduire « juste changement »).

Entraînée dans cette initiative par trois femmes (Carina Marie Eder, Petra Plonner et Marie-Louise Schütz), l'Autriche s'est rassemblée autour d'une pétition unique qui a rapidement vu les rangs de ses signataires grossir. L'initiative #fairändern touche en effet un grand nombre de personnes aux profils très variés, ...

Lire la suite

Foetus de 4 mois (photo) : une majorité politique s'apprête à en autoriser l'avortement

Foetus de 4 mois (photo) : une majorité politique s'apprête à en autoriser l'avortement

- Avortement

Une majorité se dégage au Parlement pour autoriser l'avortement jusqu'à 18 semaines après la conception, soit 4 mois (sur la photo ci-dessus, le foetus a 18 semaines).

C'est ce que proposent le MR, l'Open VLD, Ecolo-Groen, le PS, et DéFi.

Les partis PTB-PVDA et le sp.a vont plus loin : ils veulent permettre l'avortement jusqu'à 20 semaines après la conception, ce qui correspond à la moitié d'une grossesse.

Voir ICI pour un synthèse des différentes propositions de loi.

Pour approfondir : Do...

Lire la suite