Politique de Mexico : débat au Parlement Européen

Publié le : Thématique : Début de vie / Avortement Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

En présence du Commissaire européen à l'aide humanitaire, Christos Stylianides, le Parlement Européen a ouvert en Séance Plénière, ce mardi 14 mars 2017 à Strasbourg, un débat sur le rétablissement de la « règle du bâillon mondial » par Donald Trump en janvier dernier (décret signé le 23/01/2017).

Plus connue sous le nom de « Politique de Mexico », la « règle du bâillon mondial » (Global Gag Rule) interdit le financement des ONG pro-avortement. Elle avait été instaurée pour la première fois en 1984 par Ronald Reagan dans le but de « respecter la vie humaine dans sa forme la plus vulnérable, c'est-à-dire la vie de l'enfant à naître ».

La plupart des députés ont fait part de leurs craintes quant à une recrudescence d'avortements pratiqués dans des conditions sanitaires déplorables mettant en danger la vie des femmes dans les pays en voie de développement.

D'autres ont affirmé la nécessité d'assurer aux femmes des soins de santé de qualité, et ce d'autant plus qu'elles « contribuent d'une manière unique à notre société en donnant la vie à des enfants ». Or, selon eux, l'avortement ne peut être considéré comme un soin de santé. Ces députés demandent donc à ce que des ressources soient mobilisées en faveur de véritables soins maternels pour les femmes plutôt qu'à l'arrêt de leur grossesse.

Comme l'a rappelé une députée française, « à l'heure où 50 millions d'avortements sont pratiqués chaque année à travers le monde, la réduction du recours à l'avortement devrait être un véritable objectif de santé publique, conformément aux engagements internationaux pris lors de la conférence du Caire en 1994 – obligation contractée par la France et la plupart des Etats de l'Union Européenne – dont le but était de soutenir les enfants avant comme après la naissance ». Et de conclure : « Nous sommes pour le droit d'informer les femmes des autres possibilités qui s'offrent à elles ».

 Source : débat au Parlement Européen


Articles similaires

Sexualité et avortement : le rapport Matic adopté par le Parlement européen

Sexualité et avortement : le rapport Matic adopté par le Parlement européen

- Avortement

Réuni en séance plénière à Bruxelles ce jeudi 24 juin, le Parlement européen a adopté (378 voix "pour" ; 255 "contre" ; 42 abstentions) la résolution et le rapport « sur la situation concernant la santé et les droits génésiques et sexuels dans l'Union, dans le cadre de la santé des femmes ».

Portée par l'eurodéputé croate Predrag Fred Matić, cette résolution controversée envisage notamment la question de l'avortement en des termes peu nuancés, revendiquant « un accès sûr et légal à l'avorteme...

Lire la suite

Foetus de 4 mois (photo) : une majorité politique s'apprête à en autoriser l'avortement

Foetus de 4 mois (photo) : une majorité politique s'apprête à en autoriser l'avortement

- Avortement

Une majorité se dégage au Parlement pour autoriser l'avortement jusqu'à 18 semaines après la conception, soit 4 mois (sur la photo ci-dessus, le foetus a 18 semaines).

C'est ce que proposent le MR, l'Open VLD, Ecolo-Groen, le PS, et DéFi.

Les partis PTB-PVDA et le sp.a vont plus loin : ils veulent permettre l'avortement jusqu'à 20 semaines après la conception, ce qui correspond à la moitié d'une grossesse.

Voir ICI pour un synthèse des différentes propositions de loi.

Pour approfondir : Do...

Lire la suite

Parlement européen : résolution pour imposer un « droit à l’avortement »

Parlement européen : résolution pour imposer un « droit à l’avortement »

- Avortement

L'eurodéputé belge Marc Tarabella (socialiste) a remis il y a peu un rapport et une proposition de résolution visant, entre autres, à imposer l'avortement comme un droit fondamental applicable à l'ensemble des pays membres de l'Union européenne. Et ce, malgré que les questions politiques familiales soient hors du champ de la compétence législative de l'Union, les parlements nationaux étant les seuls compétents pour légiférer sur ces sujets (principe de subsidiarité).
Au nom de la « défense des...

Lire la suite