Début de vie > Diagnostics prénataux

Suisse : autorisation du diagnostic préimplantatoire (DPI)

Suisse : autorisation du diagnostic préimplantatoire (DPI)

Le dimanche 5 juin 2016, les Suisses ont voté à 62,4% en faveur de la modification de l'article constitutionnel relatif à la procréation médicalement assistée (PMA) et au génie génétique dans le domaine humain (article 119).

Cette votation, proposée par le Conseil fédéral suisse, ouvre la porte à l'autorisation du DPI dans deux cas de figure : pour les couples porteurs de graves maladies héréditaires et pour les couples dans l'impossibilité de procréer naturellement.

Le DPI est une technique permettant, lors d'une fécondation in vitro, d'analyser les embryons in vitro avant leur implantation, en vue de les sélectionner sur base de certains critères. Dans le contexte légal suisse, il s'agira, dans le cas des couples porteurs de maladies héréditaires, de sélectionner et implanter dans l'utérus de la femme un embryon non porteur des défauts génétiques visés. Quant aux couples empêchés de procréer naturellement, leurs embryons pourront être choisis en fonction de leur potentiel de déve...

Lire la suite 


Belgique : rembourser les diagnostics prénataux non invasifs (DPNI) pour déceler la Trisomie 21

Belgique : rembourser les diagnostics prénataux non invasifs (DPNI) pour déceler la Trisomie 21

Le cabinet de la ministre de la Santé publique et l'INAMI ne se sont pas encore prononcés quant à l'opportunité de rembourser le Diagnostic prénatal Non Invasif (DPNI)
Actuellement, les tests génétiques et sanguins  réalisés par les centres agréés de génétique ne sont pas encore remboursés par la Sécurité sociale, mais bien partiellement par certaines mutuelles pour des femmes enceintes « ciblées ». Le DPNI coûte pour l'instant 370 euros contre 450 euros en 2014. Il décrypte l'ensemble des chromosomes et permet de  détecter la Trisomie 21 (syndrome de Down) mais aussi les Trisomies 13 et 18, ainsi que d'autres  anomalies. 
L'IPG (Institut de Pathologie et de Génétique) basé à Gosselies a été le premier centre de génétique belge francophone à réaliser les tests DPNI de la Trisomie 21. Cela représente pour l'IPG actuellement  près de  2400 tests par mois, contre 600 en mai 2014. Dans les cinq centres flamands de génétique (deux à Anvers, un à Bruxelles, un à Gand et un à Louvain), quel...

Lire la suite 


Suisse : premier pas vers le DPI franchi par une votation en faveur d’une réforme constitutionnelle

Suisse : premier pas vers le DPI franchi par une votation en faveur d’une réforme constitutionnelle

Ce dimanche 14 juin 2015, à l'occasion d'un référendum, la population suisse a voté à 61,9% en faveur d'une modification constitutionnelle ouvrant l'accès au Diagnostic Préimplantatoire (DPI) en cas de procédure de Fécondation In Vitro (FIV).

Depuis 2010, la Suisse compte en moyenne 80 000 naissances par an, dont 2 000 par FIV, soit 2,5% des naissances issues de Procréation Médicalement Assistée (PMA). Jusqu'ici, la législation suisse était l'une des plus protectrices d'Europe, n'autorisant le recours à la PMA que pour certains couples précisément définis. Et la Constitution impose pour le moment de ne créer que les embryons que l'on implantera, sans aucun test préimplantatoire.

La Constitution interdisant le DPI, le but de la votation était d'autoriser une modification constitutionnelle, avant de lancer une réforme législative posant le cadre de cette nouvelle pratique.
L'objectif est de permettre la sélection des embryons avant leur implantation dans le ventre de la mère. Le publ...

Lire la suite 


Belgique : mise au point d'un test plus rapide d'analyse de l’embryon (DPI) à l’UZ Leuven

Belgique : mise au point d'un test plus rapide d'analyse de l’embryon (DPI) à l’UZ Leuven

Depuis janvier 2015, l'UZ Leuven a mis en place un nouveau test de détection des maladies génétiques congénitales chez les embryons issus d'une fécondation in vitro (FIV).
Il convient de rappeler que le diagnostic préimplantatoire (DPI) est régi en Belgique par la loi du 6 juillet 2007 (art 67) relative à la procréation médicalement assistée, qui précise que c'est au centre de génétique humaine de décider si ce test est nécessaire en fonction du passif génétique des parents. L'objectif étant de s'assurer qu'une maladie génétique héréditaire ne sera pas transmise à l'enfant, le DPI n'est pas justifié dans tous les cas.
Les données les plus récentes nous indiquent que 488 DPI ont été effectués en 2013, engendrant une dépense de 632.739,76€, soit 1 300€ par test environ.*
La FIV est une technique d'aide médicale à la procréation (AMP), par laquelle, grâce à du matériel génétique prélevé chez l'homme et chez la femme, des embryons sont créés puis transplantés dans le corps d'une femme. L...

Lire la suite 


Belgique : 99,9% de traçage intra-utérin des enfants trisomiques par le test NIPT meilleur marché

Belgique : 99,9% de traçage intra-utérin des enfants trisomiques par le test NIPT meilleur marché

Dans un communiqué récent, une association regroupant huit centres de génétique de référence en Belgique a annoncé que le prix du test prénatal non invasif (NIPT) passera prochainement de 460 à 390 euros.
Le NIPT est un test génétique relativement récent effectué sur le sang d'une femme enceinte, plus sensible et plus précis que le dépistage classique. Il permet de déterminer à 99,9% si l'enfant à naître est atteint du syndrome de Down (Trisomie 21).
Jusqu'à ce jour, c'est un test combiné qui était effectué (échographie et analyse biochimique après une prise de sang). Lorsque le risque était jugé élevé, un test invasif (amniocentèse ou biopsie de villosités choriales) était pratiqué, malgré le risque de fausse-couche inhérent à une telle pratique (1%).
Non satisfaits des résultats des tests actuels - faux positifs et faux négatifs (un quart des foetus porteurs de la T21 ne sont pas identifiés par le test combiné), et dans l'attente d'une éventuelle augmentation du remboursement des t...

Lire la suite 


Belgique :  12.000 tests de dépistage du syndrome de Down effectués l'an dernier

Belgique : 12.000 tests de dépistage du syndrome de Down effectués l'an dernier

Quelque 12.000 femmes enceintes ont effectué un test prénatal de dépistage du syndrome de Down l'an dernier en Belgique. Il s'agit d'un test non invasif qui évalue, à partir du sang de la future mère, si le bébé souffre ou non du syndrome de Down.
Ce test, assez onéreux (entre 400 et 600 euros), n'est pas remboursé, et c'est pourquoi certains médecins demandent aux autorités d'en permettre le remboursement, arguant le danger d'une médecine à deux vitesses. Le Dr Jo Lebeer de l'Université d'Anvers, dans une tribune dans le quotidien De Standaard, souligne quant à lui les dangers et contradictions liés au remboursement de ce test. En effet, comment expliquer qu'un budget puisse être dégagé pour un test qui « extermine » les bébés porteurs de la Trisomie, alors qu'il n'y a plus de moyens financiers pour les cours de logopédie par exemple pour les enfants et adultes porteurs de la trisomie 21 ?
La portée eugéniste de ce test et de son remboursement sont évidents pour le Dr Lebeer, qui so...

Lire la suite 


10 centres de chirurgie fœtale dans le monde, dont 2 en Belgique

10 centres de chirurgie fœtale dans le monde, dont 2 en Belgique

Opérer des bébés in utero nécessite un grand savoir-faire. Cette expertise se développe au CHU Brugmann et à la KULeuven depuis plusieurs années. Dans un entretien récent au Journal du Médecin, le professeur Jacques Jani a expliqué les différents types d'opérations et techniques utilisées. La chirurgie foetale permet aujourd'hui de reconstituer la moelle épinière en cas de spina bifida, de séparer des jumeaux en danger, de débloquer les poumons ou encore de soigner une malformation cardiaque.
Source : Journal du Médecin
 

Lire la suite 


Fallait-il proposer un test de dépistage prénatal à Madame A .?

Fallait-il proposer un test de dépistage prénatal à Madame A .?

Cour Européenne des Droits de l'Homme - Affaire A.K. c. Lettonie - Arrêt du 14 juin 2014

En 2002, à l'âge de 41 ans, madame A.K. donna naissance à un enfant qui s'avéra être atteint du syndrome de Down - ce qui ne fut découvert qu'après la naissance.  Madame A.K. porta plainte contre l'hôpital et contre le gynécologue qui avait suivi sa grossesse, alléguant que ce dernier aurait dû lui proposer de passer un test de dépistage « AFP » - ce que, d'après madame A.K., il ne fit pas.
Madame A.K. estima notamment qu'il incombait au médecin de tout mettre en oeuvre afin qu'elle soit informée de l'état de santé de l'enfant à naître, et que le fait que le test de dépistage ne lui ait pas été proposé l'avait privée de la possibilité de ne pas mettre au monde un enfant atteint d'une anomalie génétique.
Les Cours et Tribunaux de Lettonie rejetèrent la plainte de madame A.K., estimant, d'une part, qu'il lui avait bien été proposé de passer ledit test mais qu'elle ne s'était jamais présentée au re...

Lire la suite 


Niet invasieve test genetische screening Trisomie 21

Niet invasieve test genetische screening Trisomie 21

Op 22 mei 2014 hebben de Hoge Gezondheidsraad en het Federaal Kenniscentrum voor de Gezondheidszorg (KCE) hun bevindingen en adviezen voorgesteld in verband met de nieuwe bloedtest voor de niet-invasieve opsporing van het syndroom van Down bij zwangere vrouwen (NIPT: niet-invasieve prenatale test).  Het Belgisch Raadgevend Comité voor Bio-Ethiek moet haar mening nog formuleren.
De huidige procedure voor het opsporen van Trisomie 21 bestaat uit een screeningsproces met de combinatietest, indien er voldoende hoog risico is gaat men over tot een invasieve test.  Op dit moment zijn er jaarlijks in België 5000 van deze invasieve tests die leiden tot 50 miskramen (d.i. 1% van de invasieve test).  Bij deze analyses wordt 25% van de zwangerschappen met syndroom van Down niet gedetecteerd omdat de screeningstests niet afdoende correct is en worden er 97% te veel invasieve testen gedaan.
 De nieuwe test, NIPT wordt voorgesteld als een alternatief waarbij de foutenmarge veel kleiner is. Men zou...

Lire la suite 


Journée et  campagne pour la Trisomie 21

Journée et campagne pour la Trisomie 21

Le 21 mars est la journée dédiée à la Trisomie 21. Plusieurs campagnes contre l'avortement sélectif voient le jour. En Belgique, une exposition de photographie de visages d'enfants porteurs de la Trisomie 21 se tient au Sénat à Bruxelles. Voir aussi l'initiative « Dear Future Mom » par la Fondation Jérôme Lejeune.

 

   

Lire la suite