Belgique : mise au point d'un test plus rapide d'analyse de l’embryon (DPI) à l’UZ Leuven

Publié le : Thématique : Début de vie / Diagnostics prénataux Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

Depuis janvier 2015, l'UZ Leuven a mis en place un nouveau test de détection des maladies génétiques congénitales chez les embryons issus d'une fécondation in vitro (FIV).
Il convient de rappeler que le diagnostic préimplantatoire (DPI) est régi en Belgique par la loi du 6 juillet 2007 (art 67) relative à la procréation médicalement assistée, qui précise que c'est au centre de génétique humaine de décider si ce test est nécessaire en fonction du passif génétique des parents. L'objectif étant de s'assurer qu'une maladie génétique héréditaire ne sera pas transmise à l'enfant, le DPI n'est pas justifié dans tous les cas.
Les données les plus récentes nous indiquent que 488 DPI ont été effectués en 2013, engendrant une dépense de 632.739,76€, soit 1 300€ par test environ.*
La FIV est une technique d'aide médicale à la procréation (AMP), par laquelle, grâce à du matériel génétique prélevé chez l'homme et chez la femme, des embryons sont créés puis transplantés dans le corps d'une femme. Lourde procédure de plusieurs mois, cette technique inclut de plus en plus souvent un diagnostic préimplantatoire (DPI) afin de s'assurer, avant qu'il ne soit porté par la femme, que l'embryon ainsi créé ne soit pas porteur d'anomalies ou de maladies génétiques. Ce processus peut traditionnellement durer entre 3 et 6 mois, ce qui le rend relativement pesant pour la femme.
L'UZ Leuven a donc mis au point un test plus rapide et plus fiable que la méthode classique. Si ce projet a été primé au dernier congrès de la American Society for Human Genetic, on peut se demander s'il ne risque pas de participer d'un glissement progressif qui tendrait à banaliser le DPI en le systématisant au même titre que le DPN.

 * Reponse à Question parlementaire QRVA 54 024 du 11/05/2015

Voir Fiche Didactique de l'IEB sur le DPI

Source : Le Vif


Articles similaires

Belgique: la fin des échographies non médicales?

Belgique: la fin des échographies non médicales?

- Diagnostics prénataux

Dans un avis qui vient d'être publié, le Conseil supérieur de la Santé belge (CSS) vient de se prononcer "pour la réalisation d'échographies limitées aux seules fins de dépistage, de diagnostic et de suivi par des médecins et des techniciens dûment formés en échographie, durant la grossesse". Cet avis fait suite à une demande qui avait été faite par la ministre de la Santé publique, Laurette Onkelinx (PS).
Il met en cause, les échographies non médicales qui sont de plus en plus courantes et qu...

Lire la suite

10 centres de chirurgie fœtale dans le monde, dont 2 en Belgique

10 centres de chirurgie fœtale dans le monde, dont 2 en Belgique

- Diagnostics prénataux

Opérer des bébés in utero nécessite un grand savoir-faire. Cette expertise se développe au CHU Brugmann et à la KULeuven depuis plusieurs années. Dans un entretien récent au Journal du Médecin, le professeur Jacques Jani a expliqué les différents types d'opérations et techniques utilisées. La chirurgie foetale permet aujourd'hui de reconstituer la moelle épinière en cas de spina bifida, de séparer des jumeaux en danger, de débloquer les poumons ou encore de soigner une malformation cardiaque.
...

Lire la suite

Belgique :  12.000 tests de dépistage du syndrome de Down effectués l'an dernier

Belgique : 12.000 tests de dépistage du syndrome de Down effectués l'an dernier

- Diagnostics prénataux

Quelque 12.000 femmes enceintes ont effectué un test prénatal de dépistage du syndrome de Down l'an dernier en Belgique. Il s'agit d'un test non invasif qui évalue, à partir du sang de la future mère, si le bébé souffre ou non du syndrome de Down.
Ce test, assez onéreux (entre 400 et 600 euros), n'est pas remboursé, et c'est pourquoi certains médecins demandent aux autorités d'en permettre le remboursement, arguant le danger d'une médecine à deux vitesses. Le Dr Jo Lebeer de l'Université d'Anv...

Lire la suite