Belgique : mise au point d'un test plus rapide d'analyse de l’embryon (DPI) à l’UZ Leuven

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Diagnostics prénataux

Actualités

Publié le : 12/06/2015

Depuis janvier 2015, l'UZ Leuven a mis en place un nouveau test de détection des maladies génétiques congénitales chez les embryons issus d'une fécondation in vitro (FIV).
Il convient de rappeler que le diagnostic préimplantatoire (DPI) est régi en Belgique par la loi du 6 juillet 2007 (art 67) relative à la procréation médicalement assistée, qui précise que c'est au centre de génétique humaine de décider si ce test est nécessaire en fonction du passif génétique des parents. L'objectif étant de s'assurer qu'une maladie génétique héréditaire ne sera pas transmise à l'enfant, le DPI n'est pas justifié dans tous les cas.
Les données les plus récentes nous indiquent que 488 DPI ont été effectués en 2013, engendrant une dépense de 632.739,76€, soit 1 300€ par test environ.*
La FIV est une technique d'aide médicale à la procréation (AMP), par laquelle, grâce à du matériel génétique prélevé chez l'homme et chez la femme, des embryons sont créés puis transplantés dans le corps d'une femme. Lourde procédure de plusieurs mois, cette technique inclut de plus en plus souvent un diagnostic préimplantatoire (DPI) afin de s'assurer, avant qu'il ne soit porté par la femme, que l'embryon ainsi créé ne soit pas porteur d'anomalies ou de maladies génétiques. Ce processus peut traditionnellement durer entre 3 et 6 mois, ce qui le rend relativement pesant pour la femme.
L'UZ Leuven a donc mis au point un test plus rapide et plus fiable que la méthode classique. Si ce projet a été primé au dernier congrès de la American Society for Human Genetic, on peut se demander s'il ne risque pas de participer d'un glissement progressif qui tendrait à banaliser le DPI en le systématisant au même titre que le DPN.

 * Reponse à Question parlementaire QRVA 54 024 du 11/05/2015

Voir Fiche Didactique de l'IEB sur le DPI

Source : Le Vif


Articles similaires

Belgique : le préjudice de l’enfant né handicapé n’est pas réparable

Belgique : le préjudice de l’enfant né handicapé n’est pas réparable

- Diagnostics prénataux

En écho à l'affaire Perruche en France, qui s'était soldée d'une intervention du législateur estimant que « nul ne peut se prévaloir d'un préjudice du seul fait de sa naissance », la Cour de cassation belge vient de publier sa décision d'octobre dernier et a confirmé sa jurisprudence sur la question délicate de la vie préjudiciable. Le préjudice de l'enfant né avec un handicap n'est donc pas réparable.

A l'origine du débat se trouve un couple dont l'enfant naquit avec la maladie de Sanfilippo...

Lire la suite

Belgique : 99,9% de traçage intra-utérin des enfants trisomiques par le test NIPT meilleur marché

Belgique : 99,9% de traçage intra-utérin des enfants trisomiques par le test NIPT meilleur marché

- Diagnostics prénataux

Dans un communiqué récent, une association regroupant huit centres de génétique de référence en Belgique a annoncé que le prix du test prénatal non invasif (NIPT) passera prochainement de 460 à 390 euros.
Le NIPT est un test génétique relativement récent effectué sur le sang d'une femme enceinte, plus sensible et plus précis que le dépistage classique. Il permet de déterminer à 99,9% si l'enfant à naître est atteint du syndrome de Down (Trisomie 21).
Jusqu'à ce jour, c'est un test combiné qui ...

Lire la suite

Belgique :  12.000 tests de dépistage du syndrome de Down effectués l'an dernier

Belgique : 12.000 tests de dépistage du syndrome de Down effectués l'an dernier

- Diagnostics prénataux

Quelque 12.000 femmes enceintes ont effectué un test prénatal de dépistage du syndrome de Down l'an dernier en Belgique. Il s'agit d'un test non invasif qui évalue, à partir du sang de la future mère, si le bébé souffre ou non du syndrome de Down.
Ce test, assez onéreux (entre 400 et 600 euros), n'est pas remboursé, et c'est pourquoi certains médecins demandent aux autorités d'en permettre le remboursement, arguant le danger d'une médecine à deux vitesses. Le Dr Jo Lebeer de l'Université d'Anv...

Lire la suite