Belgique : gratuité du test sanguin prénatal non invasif

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Diagnostics prénataux

Actualités

Publié le : 01/06/2017

A partir du 1er juillet 2017, toute femme enceinte pourra effectuer un dépistage de la trisomie 21 sur son enfant à l'aide du TPNI (test prénatal non invasif) pour 8,68 € maximum. D'ores et déjà disponible moyennant 290 €, ce test sera totalement remboursé pour celles qui bénéficient de l'intervention majorée.

Cette technique de dépistage de la trisomie 21 consiste à analyser l'ADN du foetus passant du placenta dans le sang de sa mère. On sait que l'amniocentèse, technique la plus couramment pratiquée jusqu'alors pour diagnostiquer la trisomie 21, provoquait une fausse couche dans 0,5% à 1% des cas.

C'est précisément pour éviter ces 50 fausses couches annuelles dues à l'amniocentèse, que la Ministre belge de la Santé, Maggie de Block, justifie le screening de 100.000 grossesses et l'engagement de 15 millions d'euros qui permettront à toute femme enceinte qui le souhaite d'effectuer un TPNI.  Ce test serait fiable à 99,8%.

Lorsque l'on sait qu'en Belgique, 95,5% des foetus détectés comme porteurs de trisomie 21 sont avortés, ce seront sans doute bien plus que 50 grossesses qui seront menacées. Les réactions de parents ayant un enfant trisomique ne se sont pas fait attendre : la trisomie 21 est une particularité génétique peu connue et souvent dramatisée. Soutenus par des structures adéquates, les parents des enfants trisomiques témoignent combien ce « petit chromosome en plus » chez leur enfant peut aussi être un facteur de bonheur  et d'ouverture à la différence dans une famille.

La mise en place généralisée du TPNI pourrait être louable si elle contribuait à mieux préparer les parents à l'accueil d'un enfant porteur de trisomie 21, avec en parallèle un effort d'information sur la maladie. Or, on relève ici davantage une volonté d'éradication des malades, qui pose question sur la pression qui pourra être exercée sur la femme enceinte pour réaliser ce TNPI et, en cas de résultat positif, sur la liberté de décision des parents quant à la suite de la grossesse. 

Source : La Libre / Le Journal du Médecin


Articles similaires

10 centres de chirurgie fœtale dans le monde, dont 2 en Belgique

10 centres de chirurgie fœtale dans le monde, dont 2 en Belgique

- Diagnostics prénataux

Opérer des bébés in utero nécessite un grand savoir-faire. Cette expertise se développe au CHU Brugmann et à la KULeuven depuis plusieurs années. Dans un entretien récent au Journal du Médecin, le professeur Jacques Jani a expliqué les différents types d'opérations et techniques utilisées. La chirurgie foetale permet aujourd'hui de reconstituer la moelle épinière en cas de spina bifida, de séparer des jumeaux en danger, de débloquer les poumons ou encore de soigner une malformation cardiaque.
...

Lire la suite

Nouveau test prénatal : les Néerlandaises viennent en Belgique

Nouveau test prénatal : les Néerlandaises viennent en Belgique

- Diagnostics prénataux

Selon le journal néerlandais NRC Handelsblad, quelques 4.470 Néerlandaises enceintes franchissent chaque année la frontière y effectuer le nouveau test prénatal, actuellement interdit au Pays-Bas : celui-ci permet de détecter, au moyen d'une simple prise de sang chez les femmes enceintes, les anomalies génétiques du foetus, particulièrement la trisomie 21. Chaque semaine, une trentaine de Néerlandaises se présentent en Belgique pour effectuer le test et une cinquantaine par semaine envoient, e...

Lire la suite

Des erreurs dans les tests de dépistage prénatal entraînent des avortements injustifiés

Des erreurs dans les tests de dépistage prénatal entraînent des avortements injustifiés

- Diagnostics prénataux

Le 13 octobre 2011, la revue Ultrasound in Obstetrics and Gynecology* a publié la synthèse d'études, réalisées par des chercheurs britanniques, sur les trop nombreuses erreurs de diagnostics prénatals (DPN) qui conduisent à des interruptions de grossesse (IVG). Ce constat alarmant fait suite à 4 études, menées par des chercheurs de l'Imperial College London, du Queen Charlottes and Chelsea Hospital et de la Leuven University (Belgique), sur l'utilisation de l'échographie en début de grossesse....

Lire la suite