Belgique : gratuité du test sanguin prénatal non invasif

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Diagnostics prénataux

Actualités

Publié le : 01/06/2017

A partir du 1er juillet 2017, toute femme enceinte pourra effectuer un dépistage de la trisomie 21 sur son enfant à l'aide du TPNI (test prénatal non invasif) pour 8,68 € maximum. D'ores et déjà disponible moyennant 290 €, ce test sera totalement remboursé pour celles qui bénéficient de l'intervention majorée.

Cette technique de dépistage de la trisomie 21 consiste à analyser l'ADN du foetus passant du placenta dans le sang de sa mère. On sait que l'amniocentèse, technique la plus couramment pratiquée jusqu'alors pour diagnostiquer la trisomie 21, provoquait une fausse couche dans 0,5% à 1% des cas.

C'est précisément pour éviter ces 50 fausses couches annuelles dues à l'amniocentèse, que la Ministre belge de la Santé, Maggie de Block, justifie le screening de 100.000 grossesses et l'engagement de 15 millions d'euros qui permettront à toute femme enceinte qui le souhaite d'effectuer un TPNI.  Ce test serait fiable à 99,8%.

Lorsque l'on sait qu'en Belgique, 95,5% des foetus détectés comme porteurs de trisomie 21 sont avortés, ce seront sans doute bien plus que 50 grossesses qui seront menacées. Les réactions de parents ayant un enfant trisomique ne se sont pas fait attendre : la trisomie 21 est une particularité génétique peu connue et souvent dramatisée. Soutenus par des structures adéquates, les parents des enfants trisomiques témoignent combien ce « petit chromosome en plus » chez leur enfant peut aussi être un facteur de bonheur  et d'ouverture à la différence dans une famille.

La mise en place généralisée du TPNI pourrait être louable si elle contribuait à mieux préparer les parents à l'accueil d'un enfant porteur de trisomie 21, avec en parallèle un effort d'information sur la maladie. Or, on relève ici davantage une volonté d'éradication des malades, qui pose question sur la pression qui pourra être exercée sur la femme enceinte pour réaliser ce TNPI et, en cas de résultat positif, sur la liberté de décision des parents quant à la suite de la grossesse. 

Source : La Libre / Le Journal du Médecin


Articles similaires

Belgique : mise au point d'un test plus rapide d'analyse de l’embryon (DPI) à l’UZ Leuven

Belgique : mise au point d'un test plus rapide d'analyse de l’embryon (DPI) à l’UZ Leuven

- Diagnostics prénataux

Depuis janvier 2015, l'UZ Leuven a mis en place un nouveau test de détection des maladies génétiques congénitales chez les embryons issus d'une fécondation in vitro (FIV).
Il convient de rappeler que le diagnostic préimplantatoire (DPI) est régi en Belgique par la loi du 6 juillet 2007 (art 67) relative à la procréation médicalement assistée, qui précise que c'est au centre de génétique humaine de décider si ce test est nécessaire en fonction du passif génétique des parents. L'objectif étant d...

Lire la suite

GROSSESSE - DIAGNOSTIQUE PRENATAL

- Diagnostics prénataux

o    Texas : les foetus morts ne seront plus jetés avec les tumeurs ou autres déchets biomédicaux

o    CEDH : droit à la vie de l'enfant à naître

o    Pologne : vers une meilleure protection de l'enfant à naître ?

o    Belgique : pour une meilleure reconnaissance de la douleur des parents d'enfants nés sans vie

o    Pologne : aides pour les femmes attendant un enfant porteur d'un handicap

o    Belgique : protection des femmes enceintes

o    Suisse : accouchement dans la discrétion et boî...

Lire la suite

Fallait-il proposer un test de dépistage prénatal à Madame A .?

Fallait-il proposer un test de dépistage prénatal à Madame A .?

- Diagnostics prénataux

Cour Européenne des Droits de l'Homme - Affaire A.K. c. Lettonie - Arrêt du 14 juin 2014

En 2002, à l'âge de 41 ans, madame A.K. donna naissance à un enfant qui s'avéra être atteint du syndrome de Down - ce qui ne fut découvert qu'après la naissance.  Madame A.K. porta plainte contre l'hôpital et contre le gynécologue qui avait suivi sa grossesse, alléguant que ce dernier aurait dû lui proposer de passer un test de dépistage « AFP » - ce que, d'après madame A.K., il ne fit pas.
Madame A.K. es...

Lire la suite