Belgique : 12.000 tests de dépistage du syndrome de Down effectués l'an dernier

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Diagnostics prénataux

Actualités

Publié le : 02/03/2015

Quelque 12.000 femmes enceintes ont effectué un test prénatal de dépistage du syndrome de Down l'an dernier en Belgique. Il s'agit d'un test non invasif qui évalue, à partir du sang de la future mère, si le bébé souffre ou non du syndrome de Down.
Ce test, assez onéreux (entre 400 et 600 euros), n'est pas remboursé, et c'est pourquoi certains médecins demandent aux autorités d'en permettre le remboursement, arguant le danger d'une médecine à deux vitesses. Le Dr Jo Lebeer de l'Université d'Anvers, dans une tribune dans le quotidien De Standaard, souligne quant à lui les dangers et contradictions liés au remboursement de ce test. En effet, comment expliquer qu'un budget puisse être dégagé pour un test qui « extermine » les bébés porteurs de la Trisomie, alors qu'il n'y a plus de moyens financiers pour les cours de logopédie par exemple pour les enfants et adultes porteurs de la trisomie 21 ?
La portée eugéniste de ce test et de son remboursement sont évidents pour le Dr Lebeer, qui souligne combien les enfants trisomiques peuvent mener une vie heureuse en famille, à condition que la société s'investisse à leurs côtés.
Un symposium est d'ailleurs organisé à l'ULB, le 20 mars prochain, par les polycliniques et associations de parents d'enfants atteints du syndrome de Down. www.downsyndrome.be
Source : Belga et JDM


 


Articles similaires

Fallait-il proposer un test de dépistage prénatal à Madame A .?

Fallait-il proposer un test de dépistage prénatal à Madame A .?

- Diagnostics prénataux

Cour Européenne des Droits de l'Homme - Affaire A.K. c. Lettonie - Arrêt du 14 juin 2014

En 2002, à l'âge de 41 ans, madame A.K. donna naissance à un enfant qui s'avéra être atteint du syndrome de Down - ce qui ne fut découvert qu'après la naissance.  Madame A.K. porta plainte contre l'hôpital et contre le gynécologue qui avait suivi sa grossesse, alléguant que ce dernier aurait dû lui proposer de passer un test de dépistage « AFP » - ce que, d'après madame A.K., il ne fit pas.
Madame A.K. es...

Lire la suite

Nouveau test prénatal : les Néerlandaises viennent en Belgique

Nouveau test prénatal : les Néerlandaises viennent en Belgique

- Diagnostics prénataux

Selon le journal néerlandais NRC Handelsblad, quelques 4.470 Néerlandaises enceintes franchissent chaque année la frontière y effectuer le nouveau test prénatal, actuellement interdit au Pays-Bas : celui-ci permet de détecter, au moyen d'une simple prise de sang chez les femmes enceintes, les anomalies génétiques du foetus, particulièrement la trisomie 21. Chaque semaine, une trentaine de Néerlandaises se présentent en Belgique pour effectuer le test et une cinquantaine par semaine envoient, e...

Lire la suite

Belgique : mise au point d'un test plus rapide d'analyse de l’embryon (DPI) à l’UZ Leuven

Belgique : mise au point d'un test plus rapide d'analyse de l’embryon (DPI) à l’UZ Leuven

- Diagnostics prénataux

Depuis janvier 2015, l'UZ Leuven a mis en place un nouveau test de détection des maladies génétiques congénitales chez les embryons issus d'une fécondation in vitro (FIV).
Il convient de rappeler que le diagnostic préimplantatoire (DPI) est régi en Belgique par la loi du 6 juillet 2007 (art 67) relative à la procréation médicalement assistée, qui précise que c'est au centre de génétique humaine de décider si ce test est nécessaire en fonction du passif génétique des parents. L'objectif étant d...

Lire la suite