Suisse : autorisation du diagnostic préimplantatoire (DPI)

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Diagnostics prénataux

Actualités

Publié le : 07/06/2016

Le dimanche 5 juin 2016, les Suisses ont voté à 62,4% en faveur de la modification de l'article constitutionnel relatif à la procréation médicalement assistée (PMA) et au génie génétique dans le domaine humain (article 119).

Cette votation, proposée par le Conseil fédéral suisse, ouvre la porte à l'autorisation du DPI dans deux cas de figure : pour les couples porteurs de graves maladies héréditaires et pour les couples dans l'impossibilité de procréer naturellement.

Le DPI est une technique permettant, lors d'une fécondation in vitro, d'analyser les embryons in vitro avant leur implantation, en vue de les sélectionner sur base de certains critères. Dans le contexte légal suisse, il s'agira, dans le cas des couples porteurs de maladies héréditaires, de sélectionner et implanter dans l'utérus de la femme un embryon non porteur des défauts génétiques visés. Quant aux couples empêchés de procréer naturellement, leurs embryons pourront être choisis en fonction de leur potentiel de développement.

Cette réforme fait débat en Suisse depuis 2013, année au cours de laquelle le projet de loi initial, ne concernant au départ que les couples porteurs de maladie héréditaire, avait été déposé au Parlement. Amendé puis étendu, le projet n'a pas manqué de susciter de vives réactions, entre auters de la part des associations de personnes handicapées. Cette loi n'est en effet pas sans soulever des questions éthiques fondamentales, notamment en termes de discrimination envers les personnes porteuses de handicap.

Par ailleurs, cette votation a permis de sensibiliser la population suisse à cette question. A cet égard, a été publié un ensemble de 9 vidéos expliquant ce qu'est le DPI et les enjeux qu'il recouvre.  

Source : swissinfo.ch


Articles similaires

Diagnostic préimplantatoire : pas de risque selon une étude de l’UZ Brussel

Diagnostic préimplantatoire : pas de risque selon une étude de l’UZ Brussel

- Diagnostics prénataux

Une biopsie embryonnaire, soit un examen génétique  (DPI) au cours duquel une ou deux cellules d'un embryon âgé de trois jours sont prélevées, n'entraîne pas d'anomalies telles que des malformations chez les bébés. C'est ce qu'il ressortirait d'une étude du Centre de génétique médicale de l'UZ Brussel.
De plus, aucune différence significative n'aurait été constatée au niveau des paramètres de croissance, du poids à la naissance, ainsi que du développement mental et psychomoteur, par rapport à ...

Lire la suite

Risques eugénistes face aux diagnostics prénataux en Allemagne

Risques eugénistes face aux diagnostics prénataux en Allemagne

- Diagnostics prénataux

En Allemagne, les diagnostics prénataux sont en hausse constante. 75 % des femmes enceintes ont plus de 35 ans, ce qui fait du pays un de ceux où se présente le plus grand nombre de grossesses à risque (70 %).

La loi allemande offre par conséquent à toutes les femmes présumées « à risque » un accès gratuit à différents diagnostics prénataux (DPN) disponibles sur le marché. Les autres femmes y ont accès également, mais à leur frais.

L'Allemagne se voudrait prudente et le législateur n'oubli...

Lire la suite

Belgique : rembourser les diagnostics prénataux non invasifs (DPNI) pour déceler la Trisomie 21

Belgique : rembourser les diagnostics prénataux non invasifs (DPNI) pour déceler la Trisomie 21

- Diagnostics prénataux

Le cabinet de la ministre de la Santé publique et l'INAMI ne se sont pas encore prononcés quant à l'opportunité de rembourser le Diagnostic prénatal Non Invasif (DPNI)
Actuellement, les tests génétiques et sanguins  réalisés par les centres agréés de génétique ne sont pas encore remboursés par la Sécurité sociale, mais bien partiellement par certaines mutuelles pour des femmes enceintes « ciblées ». Le DPNI coûte pour l'instant 370 euros contre 450 euros en 2014. Il décrypte l'ensemble des chr...

Lire la suite