Fin de vie > Soins palliatifs

Lois sur l’euthanasie : jusqu’où étendre l’interprétation de la souffrance ?

Pays-Bas - Lois sur l’euthanasie : jusqu’où étendre l’interprétation de la souffrance ?

Aux Pays-Bas, la question se pose et se repose de savoir s'il faut légaliser l'euthanasie ou l'assistance au suicide de personnes désireuses de mourir mais qui ne sont pas (gravement) malades. Le débat s'alimente désormais d'une étude publiée en janvier 2020 et menée par des chercheurs de l'Université des Etudes Humanistes (Utrecht) et le Centre Universitaire Médical d'Utrecht, sous la direction d'Els van Wijngaarden. Ils furent chargés, par le ministre de la santé et dans la ligne de l'accord de gouvernement, d'étudier spécifiquement le groupe de personnes de plus de 55 ans et désirant mourir, sans qu'elles ne souffrent de maladie grave.

Selon le rapport, ce groupe représenterait 0,18 % de la population, soit à peu près 10.000 personnes. Les chercheurs ont noté que le désir de mort n'était pas lié à l'âge avancé, mais surtout, qu'il était souvent complexe et changeant : il ne se développe pas de façon linéaire, n'est pas irréversible et est renforcé par des facteurs tels que l'inqu...

Lire la suite 


Quel espoir donnons-nous à ceux qui souffrent ?

Royaume-Uni - Quel espoir donnons-nous à ceux qui souffrent ?

"Nous devrions donner de l'espoir à ces personnes'', a rétorqué le député Ian Paisley aux parlementaires britanniques promoteurs de la légalisation du suicide assisté, fin janvier à Westminster Hall.

En Grande-Bretagne, l'interdiction légale de provoquer la mort a été récemment remise en cause au Parlement de Westminster. La députée Christine Jardine a notamment demandé qu'une enquête gouvernementale soit effectuée sur la législation en vigueur. Certains représentants politiques considèrent en effet que cette loi "n'est plus d'actualité et ni au service des personnes malades".

Cette poussée a entraîné la réaction d'un groupe de députés, en particulier de Ian Paisley, membre du Parlement du Nord d'Antrim (Irlande du Nord). Selon lui, plutôt que de débattre ''pour savoir à quel moment tuer une personne malade'', le travail parlementaire devrait se concentrer sur les mesures à prendre pour donner de l'espoir aux personnes qui ne voient pas d'issue à leur souffrance. Il a ainsi rappe...

Lire la suite 


APPRENDRE A MOURIR

Belgique - APPRENDRE A MOURIR

CONFERENCE à Bruxelles - Mercredi 18 mars à 20h15
Inscriptions : cliquez ICI

Liberté et compassion face à la fin de vie.
avec

M. Jacques RICOT, philosophe et sociologue, chargé de cours de bioéthique au département de philosophie de l'Université de Nantes et le Prof. Timothy DEVOS, Hématologue KULeuven.

Ces deux intervenants ont participé au livre « Euthanasie, l'envers du décor : réflexions et expériences de soignants »

Adresse du jour : Institut Libre Marie Haps - Rue d'Arlon 14 (Près de la Place du Luxembourg) - 1050 Bruxelles

Organisée par l'Institut Européen de Bioéthique - Bruxelles
Inscriptions : cliquez ICI     PAF : 5 euros - Etudiants : 3 euros

Lire la suite 


86% des personnes dans le monde n’ont pas accès à des soins palliatifs de qualité

86% des personnes dans le monde n’ont pas accès à des soins palliatifs de qualité

« Des millions de patients et de familles souffrent aujourd'hui inutilement du fait de la lenteur des progrès en matière de développement des soins palliatifs dans le monde ». Tel est le constat dégagé par le Dr. Stephen Connor, directeur de la Worldwide Hospice and Palliative Care Alliance, et collaborateur d'une récente étude de l'université de Glasgow relative à l'accessibilité des services de soins palliatifs à travers le monde.
Compte tenu des besoins grandissants en matière d'accompagnement spécifique des personnes en fin de vie, l'accès aux soins palliatifs constitue aujourd'hui plus que jamais une véritable nécessité à travers le monde.
Face à cette nécessité, l'étude dirigée par le Professeur David Clark montre pourtant que les services de soins palliatifs restent à l'heure actuelle un luxe inaccessible pour une grande majorité de la population mondiale. Plus précisément, 86 % de la population mondiale ne bénéficie pas de services de soins palliatifs leur permettant de « sou...

Lire la suite 


Pays-Bas : la banalisation de l’euthanasie empêche l’accompagnement global du patient

Pays-Bas : la banalisation de l’euthanasie empêche l’accompagnement global du patient

Focaliser de façon excessive l'attention du public sur l'euthanasie empêche de promouvoir les autres façons d'accompagner les personnes en fin de vie. C'est ce qu'affirme l'Association royale néerlandaise pour la promotion de la médecine (KMNG). Dans un communiqué publié le 25 novembre dernier, les médecins néerlandais insistent sur la nécessité d'accorder aux soignants la possibilité d'accompagner au mieux les patients qui se posent des questions sur la fin de vie, sans se concentrer uniquement sur l'euthanasie.  

Cette prise de position intervient au moment où, de l'autre côté de l'Atlantique, deux associations canadiennes de soins palliatifs pointent la « confusion actuelle », au sein des médias, entre les soins palliatifs et l'euthanasie, alors que ces pratiques sont « fondamentalement différentes » et incompatibles entre elles. A leurs yeux, l'euthanasie ne peut être vue comme un « outil dans l'offre des soins palliatifs », ni même comme une « extension » des soins palliatifs :...

Lire la suite 


Un soignant manifestant de l'empathie atténue la douleur de ses patients

Belgique - Un soignant manifestant de l'empathie atténue la douleur de ses patients

Une étude française de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a prouvé que les soignants qui prononcent des paroles empathiquesallègent la douleur de leurs patients.
Il ressort de l'étude que le personnel médical jour un rôle essentiel dans la perception de la douleur du patient. En effet, l'attitude ampathique du soignant peut diminuer de (jusqu'à) 12 % le ressenti de la douleur. Elle agit sur le cortex cingulaire postérieur et le précuneus. "Ces réseaux, qui sont corrélés à l'attention, la mémoire autobiographique, la conscience de soi, l'exploration du contexte.., sont ceux qui donnent de la consistance à la douleur en y ajoutant des dimensions émotionnelles, cognitives ou liées au contexte." En revanche, les commentaires négatifs augmentent peu la douleur.

Cette étude démontre l'importance de la capacité des soignants à s'identifier aux ressenti du patient et donc de considérer en lui l'Homme à sa juste valeur. Il ne reste plus qu'à réveiller la vol...

Lire la suite 


Les soins palliatifs arrivent au cœur du curriculum de médecine aux Pays-Bas

Pays-Bas - Les soins palliatifs arrivent au cœur du curriculum de médecine aux Pays-Bas

Soigner les patients qui ne guériront plus fait aussi partie de la profession médicale. Les soins palliatifs frayent peu à peu leur chemin dans le curriculum de base des étudiants en médecine, et c'est heureux. Aux Pays-Bas, l'équipe interuniversitaire Pasemeco a mis en place une « boîte à outils » rassemblant quelques 170 éléments d'apprentissage (vidéos, programmes, sites, articles, ...) pour faciliter l'intégration des soins palliatifs dans la formation de base des futurs médecins. La boîte à outils se compose de six parties : communication, coopération, planification proactive des soins, contrôle des symptômes, phase terminale, prendre soin de soi. En grande partie gratuit, le matériel didactique est à la disposition de tous et surtout des enseignants qui pourront y puiser de quoi alimenter leurs cours. L'outil sera encore complété en 2019 et 2020, à l'aide de modules de cours entiers ou d'exercices simulant différents cas cliniques. Pasemeco invite les professionnels de la sant...

Lire la suite 


Une initiative pleine de vie pour des projets en soins palliatifs

France - Une initiative pleine de vie pour des projets en soins palliatifs

L'idée a germé en 2011, dans l'esprit de Laetitia Dosne, fondatrice du Fonds pour les soins palliatifs (France) : accompagner et financer des projets de soins palliatifs. Cette organisation fait le lien entre des partenaires financiers, le grand public, et des initiateurs de projets en soins palliatifs. Elle soutient déjà des dizaines de projets en la matière, allant du divertissement des patients à l'information auprès du grand public, touchant aussi bien les personnes âgées que les enfants malades.

L'accès au financement pour un projet se fait par une sélection, étant donné la forte demande à laquelle fait face l'organisation. Retrouvez ICI le formulaire de présélection.

Lire la suite 


Malgré la maladie, "vivre à fond " grâce aux soins palliatifs !

Pays-Bas - Malgré la maladie, "vivre à fond " grâce aux soins palliatifs !

« On reçoit beaucoup d'aide des infirmières qui viennent par exemple s'assoir près de votre lit, qui vous prennent la main, pour vous aider à gérer ce moment difficile... Vous êtes pris en charge si chaleureusement... Ils sentent d'une manière ou d'une autre que vous vivez dans une monde d'angoisse et d'histoire terminale. Les soins palliatifs, ce n'est pas seulement de bien vivre sur le plan physique, mais aussi de trouver comment traverser la journée, comment vivre plus joyeusement. »

Voilà le témoignage que livre Joop, atteint d'un cancer à l'âge de 80 ans, dans la campagne créée par le ministère de la Santé néerlandais destinée à mieux faire connaître les soins palliatifs : « On m'a dit que j'allais mourir. Mais jusqu'à ce moment-là, je vivrai. »

A cette campagne de sensibilisation, se raccroche un livret en ligne composé de 9 fiches très accessibles. Une réalisation conjointe de la Fédération des Patients aux Pays-Bas, l'association Soins Palliatifs Pays-Bas et la Société Roya...

Lire la suite 


Il y a moyen de rire en soins palliatifs !

France - Il y a moyen de rire en soins palliatifs !

L'équipe de soins palliatifs de l'hôpital de La Châtaigneraie (France, en Vendée) a tourné un clip vidéo publiée sur leur page Facebook. Elle a été projetée lors de la journée régionale des soins palliatifs, le 23 mai, à Angers.

Durant six minutes, la vidéo nous emmène, avec humour, dans l'environnement des soignants, des couloirs de l'hôpital à la salle de pause, aux chambres des patients à la distribution des repas.

" Notre quotidien, ce sont les appareils de soins, les patients que l'on rassure, les familles que l'on console. Mais pas seulement." Blouses blanches enfilées, les soignants s'engouffrent dans l'ascenseur. 

Source : Ouest France

Lire la suite