Fin de vie > Soins palliatifs

Le premier Atlas mondial répertorie les besoins non satisfaits en soins palliatifs

Le premier Atlas mondial répertorie les besoins non satisfaits en soins palliatifs

À l'heure actuelle, une personne sur 10 seulement ayant besoin de soins palliatifs en bénéficie. Ces besoins non satisfaits ont été cartographiés pour la première fois dans le Global Atlas of Palliative Care at the End of Life (Atlas mondial des soins palliatifs en fin de vie), publié conjointement par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l'Alliance mondiale pour les soins palliatifs (WPCA).
Près du tiers des personnes qui ont besoin de soins palliatifs souffrent du cancer. Les autres sont atteintes de maladies évolutives qui touchent le coeur, les poumons, le foie, les reins, le cerveau, ou bien de maladies chroniques mortelles, dont le VIH et la tuberculose résistante aux médicaments.
On estime que, chaque année, plus de 20 millions de patients ont besoin de soins palliatifs en fin de vie, dont 6% sont des enfants. Ce chiffre passe à au moins 40 millions si l'on compte toutes les personnes qui pourraient bénéficier de soins palliatifs à un stade plus précoce de leur maladie...

Lire la suite 


Ellke Sleurs s’inquiète de l’absence de rapport concernant les soins palliatifs

Belgique - Ellke Sleurs s’inquiète de l’absence de rapport concernant les soins palliatifs

Le 5 juin 2013, Elke Sleurs (N-VA) a  de nouveau questionné (question n°5-9215) Laurette Onkelinx sur l'absence de rapport de la Cellule d'évaluation des soins palliatifs. Instituée par le législateur en 2002, cette Cellule doit rendre tous les  deux ans un rapport qui évalue les besoins en matière de soins palliatifs et la qualité des réponses qui y sont apportées. Un rapport a été rendu en 2005 et en 2008, mais plus depuis cette date.
En réponse à des questions précédentes, la Ministre Onkelinx avait répondu qu'un autre organisme, le KCE (Centre fédéral d'expertise des soins de santé), avait rendu un rapport sur les mêmes questions en 2009.  La Sénatrice Elke Sleurs s'inquiétait néanmoins que depuis 2009, et en dépit de ce que la loi prévoit, plus aucun rapport n'avait été déposé. Le 5 décembre 2013, la Ministre Onkelinx lui a répondu que la Cellule d'évaluation s'est réunie à 16 reprises depuis 2009 et s'est attelée principalement à rédiger une nouvelle définition du patient palli...

Lire la suite 


Reconnaissance de l'expertise infirmière en soins palliatifs : les critères d'agrément sont publiés

Reconnaissance de l'expertise infirmière en soins palliatifs : les critères d'agrément sont publiés

Cette publication ouvre la voie à une reconnaissance très attendue par les infirmiers mais également par les patients qui sont de plus en plus demandeurs de non-acharnement thérapeutique et de soins palliatifs. Cette qualification est déjà exigée dans les normes de la fonction palliative hospitalière, mais il faudra s'assurer de la promouvoir également dans d'autres contextes (on pense par exemple, à la gériatrie, au domicile, dans le cadre de prise en charge de certaines pathologies graves,...) si l'on veut répondre à cette attente de la population et des professionnels.
Qui pourra demander son agrément ? Tout infirmier ou infirmière ayant suivi une formation complémentaire en soins palliatifs de minimum 150h de théorie (10 ECTS) après son diplôme de base.

   

Lire la suite 


Soins palliatifs en Brabant Wallon : quelques chiffres

Belgique - Soins palliatifs en Brabant Wallon : quelques chiffres

Le 4e colloque wallon des soins palliatifs aura lieu, du 10 au 12 octobre, à Louvain-la-Neuve. Son thème ? La réflexion éthique dans la pratique des soins palliatifs. Et selon les organisateurs, « l'éthique est l'art de conduire sa vie en fonction de valeurs et de principes. Il s'agit d'adopter des pratiques respectueuses des personnes. »
A cette occasion quelques chiffres concernant le Brabant wallon ont été donnés : 534 personnes (âgées en moyenne de 65 à 70 ans) ont été suivies en soins palliatifs, en 2012, dont un peu plus de 400 sont décédées chez elles. Les autres ont terminé leurs jours dans les deux unités de soins palliatifs du Brabant wallon (6 lits à la clinique Saint-Pierre d'Ottignies et 6 lits à la clinique du Bois de la Pierre de Wavre). Il faut toutefois souligner que depuis 2007, le nombre de lits n'a pas augmenté. Les patients expriment aussi régulièrement leur désir de finir leur vie chez eux dans la mesure du possible et surtout aussi dans la mesure où les équipes...

Lire la suite 


Palliatieve zorg komt al te vaak te laat

Belgique - Palliatieve zorg komt al te vaak te laat


Doodzieke patiënten die geen enkel perspectief op genezing meer hebben, zouden idealiter zo snel mogelijk moeten worden bijgestaan door palliatieve hulpverleners. Maar die filosofie is in onze ziekenhuizen nog altijd niet doorgedrongen. Uit onderzoek van de VUB en de UGent blijkt dat te veel patiënten zeer laattijdig worden doorverwezen.
Nog opvallender: de onderzoekers stelden ook vast dat 40 procent van de patiënten met een chronische en ongeneeslijke longaandoening en 16 procent van de kankerpatiënten tot de laatste week voor het overlijden nog een genezende behandeling kregen die vaak extra pijn veroorzaakt. ... Volgens dr. Luc Deliens van de VUB wordt palliatieve zorg nog al te vaak beschouwd als iets wat patiënten in de laatste dagen van hun leven nodig hebben. 'Het is in de praktijk vaak een crisisinterventie', zegt hij. 'Artsen schakelen het palliatieve zorgteam van hun ziekenhuis pas in als ze zelf vinden dat ze niets meer voor de patiënt kunnen doen. Ook patiënten en hun f...

Lire la suite 


Trop tard aux soins palliatifs

Belgique - Trop tard aux soins palliatifs

Les personnes atteintes de maladies incurables sont souvent transférées trop tard en soins palliatifs, selon une enquête basée sur les données de 2 400 patients belges, ont indiqué mardi la Vrije Universiteit Brussel et l'Université de Gand.
Le transfert vers les soins palliatifs arrive plus souvent pour les personnes atteintes d'un cancer (63 %) que pour celles atteintes de démence (37 %), d'insuffisance cardiaque (34 %) ou de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) (20 %). "Beaucoup de patients ne sont donc pas transférés", selon Kim Beernaert et les Prs Lieve Van den Block et Luc Deliens de l'équipe de recherche. "S'ils sont effectivement envoyés en soins palliatifs, cela semble arriver trop tard."
Le groupe de chercheurs estiment que les soins palliatifs sont trop souvent considérés comme une spécialisation pour la fin de vie, et pas assez comme un soin nécessaire supplémentaire au traitement d'une maladie chronique. "Opter pour les soins palliatifs ne veut pas dire ren...

Lire la suite 


Fin de vie : trop souvent à l'hôpital

Fin de vie : trop souvent à l'hôpital

L'Agence intermutualiste (AIM) et la Fondation registre du Cancer ont analysé les données de 25.000 patients cancéreux diagnostiqués entre 2006 et 2009 (dont les chances de survie sur 5 ans étaient limitées à 50%) et décédés avant 2010.
Il ressort de cette étude qu'environ la moitié d'entre eux avaient été admis à l'hôpital au cours du dernier mois de leur existence sans pour autant que soit pratiquée une intervention importante, une chimiothérapie ou une radiothérapie.
L'étude montre ainsi clairement que l'on hospitalise plus souvent là où l'on dispose le plus de lits hospitaliers, et beaucoup moins là où les infirmiers à domicile, les généralistes et les équipes d'accompagnement multidisciplinaires sont plus nombreux.
L'étude montre ainsi clairement l'impact de l'offre de soins sur la qualité de fin de vie. Or, la très grande majorité des personnes souhaite mourir à leur domicile. C'est pourquoi le Dr Peltier recommande clairement aux décideurs de renforcer les soins palliatifs à d...

Lire la suite 


Palliatieve zorg in woonzorgcentra moet beter

Belgique - Palliatieve zorg in woonzorgcentra moet beter

De palliatieve zorg in woonzorgcentra moet op een aantal terreinen beter. Zo dient de gegevensverzameling over de patiënten, de communicatie tussen hulpverleners en de vorming van het personeel beter te verlopen. Dat stelt prof. Anja Declercq (KU Leuven) in de marge van een congres dat LUCAS, het Centrum voor Zorgonderzoek en Consultancy, van de KU Leuven hierover organiseerde.
Palliatieve zorg in woonzorgcentra wordt hoe langer hoe belangrijker. In 2010 stierf 15,2 procent van de mannen in ons land in een woonzorgcentrum. Voor vrouwen loopt dit cijfer op tot 32,9 procent. "We beschikken niet over metingen over de kwaliteit van de verzorging. Uit sommige uitlatingen kan echter worden afgeleid dat in een aantal gevallen bij verpleegkundigen de nodige kennis ontbreekt over palliatieve verzorging", aldus Declercq.
Bron: Belga 18/04/2013

Lire la suite 


Manque de lits en soins palliatifs en Flandre

Belgique - Manque de lits en soins palliatifs en Flandre

Bert Anciaux (sp.a) a interpellé la Ministre des Affaires sociales et de la Santé publique  (Question n° 5-7475 du 4 décembre 2012) à propos du manque structurel croissant de lits dans les centres de soins palliatifs en Flandre. Il se basait pour cela sur une étude (et annexe) réalisée par un étudiant de la KU Leuven en collaboration avec la Federatie Palliatieve Zorg Vlaanderen. L'étude attire l'attention sur un manque structurel dans la capacité d'admission : des patients incurables doivent parfois attendre des semaines avant d'être admis, surtout dans des contextes urbains.
Dans sa réponse, la Ministre affirme que d'«après les données nationales les plus récentes (2009), le taux moyen d'occupation dans les services de soins palliatifs est de 87,6 %. Ce chiffre est élevé, mais indique cependant qu'une certaine marge, certes limitée, existe encore globalement. (...) Notre pays ne dispose pas de données chiffrées sur l'existence de listes d'attente par hôpital ou en matière de besoin...

Lire la suite 


Certification ISO 9001 pour un service de soins palliatifs

Belgique - Certification ISO 9001 pour un service de soins palliatifs

L'unité des soins palliatifs du CHR Clinique Saint-Joseph - Hôpital de Warquignies vient de recevoir l'ISO-9001. Cette norme, obtenue dans le cadre d'un programme de certification internationale, fait de "La Maison Comtesse" un leader en termes de "démarches de qualité".

Pour obtenir la fameuse certification, les équipes de "La Maison Comtesse" se sont intéressées au concept de traçabilité : "Qui fait quoi, quand, comment, pourquoi et avec qui ?". Répertorier, classer, trier, regrouper, contrôler. Pour y parvenir, douze champs d'action ont été définis ("accompagnement du patient", "communication", "formation", "matériel"...).
Des petits gestes quotidiens, de nouvelles habitudes à prendre. "On n'a pas révolutionné notre système, on l'a restructuré, amélioré", concède Caroline Boland. "De prime abord au niveau des soins aux patients, cela ne change pas grand-chose. On fait simplement tout pour être le mieux organisé possible, pour éviter de commettre des erreurs ou qu'elles se répèten...

Lire la suite