Des soins palliatifs plus accessibles et plus adaptés

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Soins palliatifs

Actualités - Belgique

Publié le : 27/01/2021

Auteur / Source : C. du Bus (IEB); Artsenkrant (21/01/2021)

L'association Kom op tegen Kanker (Agis contre le Cancer) est à l'initiative d'une large consultation citoyenne en Flandre sur l'avenir des soins palliatifs, durant l'été 2020. Le « Débat Palliatif » (Het Palliatief Debat) qui s'en est suivi a abouti le 10 janvier dernier à la soumission d'un rapport – fruit d'une collaboration entre experts et citoyens - au ministre flamand de la santé Wouter Beke.

L'actualité du rapport n'est pas un hasard : l'accord du gouvernement flamand prévoit en effet « le développement d'un plan d'action autour de la planification anticipée des soins, des soins palliatifs et des soins de fin de vie (parmi lesquels l'euthanasie) ». Ce rapport a donc pour mission d'alimenter la réflexion menée par le politique en matière de soins palliatifs.

L'association est partie d'un constat selon lequel « Le secteur des soins palliatifs est sous pression », non seulement avec l'augmentation du nombre de personnes en besoin de soins palliatifs, mais aussi du fait de l'implication plus grande des patients aux décisions qui concernent leurs soins. S'ajoutent à cela des choix de soins de plus en plus complexes, et même pour ceux qui n'ont pas de perspective de guérison.

Ainsi, le rapport présente 7 pistes d'amélioration des soins palliatifs, toutes centrées sur l'accessibilité et l'adaptabilité de ces soins au patient :

1. Rendre les soins palliatifs accessibles à tous, en faire un droit. D'ici 2050, l'on prévoit une augmentation de 10.000 à 20.000 personnes qui auront besoin de soins palliatifs.

2. Élargir et approfondir le trajet de soins palliatifs : les soins palliatifs doivent pouvoir commencer dès le diagnostic (et pas seulement dans les trois derniers mois d'espérance de vie, comme y incite le remboursement prévu par la loi) et s'étendre au-delà du décès pour accompagner les proches si besoin.

3. Organiser les soins palliatifs de façon prospective, en fonction de la demande et des besoins du patient. A cet égard, le rapport note une offre insuffisante de soins ‘middle care' (structures de soins hors du cadre hospitalier).

4. Mettre l'accent sur les soins « sur mesure » et l'auto-direction du patient.

5. Rendre l'autodétermination du patient possible et la respecter. Par exemple, le rapport plaide pour la possibilité, pour les personnes atteintes de démence, de demander à l'avance l'euthanasie pour le moment où elles auront atteint un stade ultérieur de la maladie. 

NDLR : Rappelons ici que l'essence des soins palliatifs réside dans l'accompagnement du malade sans hâter ni différer sa mort. L'euthanasie ne peut donc être considérée comme faisant partie intégrante des soins palliatifs. C'est aussi ce qui ressort de la définition des soins palliatifs par l'OMS.

6. Faire des efforts de sensibilisation, d'information et de communication autour des soins palliatifs. Le tabou autour des soins palliatifs et de la mort a pour effet que ces soins ne sont entamés que très tard (en moyenne 10 jours avant le décès), et parfois tout simplement omis. Concrètement, le rapport propose la création d'une plateforme d'information claire pour le citoyen. Ce site servirait aussi de point central pour partager l'expertise et les modules de formation sur les soins palliatifs.

7. Mieux former les soignants pour arriver à une qualité supérieure de soins. Plus concrètement, il est suggéré d'instaurer un tronc commun sur les soins palliatifs – avec une part suffisante de pratique - dans tous les cursus liés à la santé. Il faut enfin, avance le groupe de réflexion, travailler à une meilleure image des métiers de soin pour attirer un plus grand nombre à leurs formations. Ceci passe par une valorisation sociétale de ces métiers, et de meilleures conditions de travail.

Pour résumer la direction que veut donner le groupe de réflexion aux soins palliatifs, il s'agit de « faire évoluer les soins palliatifs vers des soins pour une fin de vie adaptée », c'est-à-dire à la mesure de chaque patient, de ses besoins et de sa volonté.


Articles similaires

Manque de moyens financiers pour l’ensemble des soins palliatifs  :  2 documents

Manque de moyens financiers pour l’ensemble des soins palliatifs : 2 documents

- Soins palliatifs

La Fédération Wallonne des Soins Palliatifs tire la sonnette d'alarme dans le Mémorandum qui vient de sortir. Les acteurs de terrain y soulignent le manque flagrant de ressources financières qui déjà aujourd'hui nuit à la qualité des soins auxquels a droit tout patient en fin de vie.
Un deuxième rapport attendu depuis 2008 vient de sortir. Il s'agit du 3ème Rapport  2008 - 2014 de la Commission d'Evaluation des soins palliatifs. Ce document livre certaines données quant aux moyens budgétaires ...

Lire la suite

Belgique : à l’hôpital, un patient vulnérable sur cinq nécessiterait des soins palliatifs

Belgique : à l’hôpital, un patient vulnérable sur cinq nécessiterait des soins palliatifs

- Soins palliatifs

A la demande du Service Public Fédéral Santé publique, le Dr Marianne Desmedt, professeur à l'Université Catholique de Louvain (UCL), a dirigé une étude menée par les cliniques universitaires Saint Luc à partir de l'outil britannique d'identification du patient palliatif en vue de lui attribuer un statut spécifique et différencié, lié à la sévérité des besoins (le PICT). 

L'analyse a été effectuée sur l'état de santé de 123.682 Belges en situation de vulnérabilité sur le plan médical, suivis ...

Lire la suite

Belgique :  appel urgent pour financer les soins palliatifs

Belgique : appel urgent pour financer les soins palliatifs

- Soins palliatifs

Alors que la Ministre des affaires sociales et de la santé publique, Maggie De Block, prépare un nouveau plan de financement hospitalier, les trois fédérations des soins palliatifs (bruxelloise, wallonne et flamande) demandent à ce qu'elle se positionne en faveur des soins palliatifs par la réaffectation des moyens du secteur curatif vers le secteur palliatif.

Cela permettrait une véritable mise en application de la loi sur les soins palliatifs de 2016 qui bannit le prescrit légal de trois mo...

Lire la suite