Une étude sur l’élargissement de l’accès au “forfait palliatif” au-delà des trois mois en Belgique

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Soins palliatifs

Actualités - Belgique

Publié le : 21/04/2022

Auteur / Source : Institut Européen de Bioéthique

Jeroen Schoenmakers, Chef de cabinet adjoint du ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke, exprimait en octobre dernier sa volonté d'élargir l'accès au “forfait palliatif” aux patients d'une espérance de vie supérieure à trois mois. Ainsi le Centre Fédéral d'expertise des soins de santé en Belgique prévoit de publier une étude sur le “forfait palliatif” au cours du premier trimestre de l'année 2023. Cette étude visera à répondre aux questions suivantes : « comment prendre en charge les patients en soins palliatifs, les besoins des structures de soins actuelles et la manière de les réglementer dans un pays complexe comme la Belgique ? ».

Les soins palliatifsse sont développés dans un souci d'offrir des soins et un accompagnement de qualité aux patients incurables ou en phase terminale” et à leur famille, et requièrent une équipe pluridisciplinaire médecins, infirmiers, psychologues, assistant sociaux, etc.

Le “forfait palliatif” lui est une aide additionnelle en soins et matériels médicaux pour les patients palliatifs à domicile financés partiellement par eux-mêmes. Actuellement pour bénéficier du “forfait palliatif”, il faut remplir plusieurs conditions : le patient doit avoir une maladie incurable ; il doit être dans une situation physique ou psychique en sévère dégradation ; aucune thérapie ne peut améliorer son état ; il a une espérance de vie inférieure à 3 mois ; ses besoins physiques, sociaux et spirituels nécessitent la mise en place de moyens très soutenus en termes d'engagement ; il doit exprimer son souhait de mourir à domicile ; et satisfaire aux conditions présentes dans le formulaire de demande, dit “Avis médical”.

Ainsi aujourd'hui, les patients qui répondent à toutes les conditions, mais dont l'espérance de vie est estimée à plus de trois mois, sont écartés et ne peuvent recevoir cette aide financière (“forfait palliatif”).  Selon Joachim Cohen, responsable de l'End Of Life Care Research Group, l'élargissement au-delà des trois mois serait bénéfique pour la qualité de vie du patient et pour celle de son entourage, et correspondrait donc à améliorer l'état actuel des soins palliatifs proposés. Dans le même esprit, une campagne (“bienplusquedessoins.be”) en 2020 venait renseigner les bienfaits des soins palliatifs pour toute personne atteinte d'une maladie incurable, qu'importe l'espérance de vie. Ces soins permettent de souligner l'humanité de ces personnes bien vivantes, au-delà de leur maladie.


Articles similaires

Manque de moyens financiers pour l’ensemble des soins palliatifs  :  2 documents

Manque de moyens financiers pour l’ensemble des soins palliatifs : 2 documents

- Soins palliatifs

La Fédération Wallonne des Soins Palliatifs tire la sonnette d'alarme dans le Mémorandum qui vient de sortir. Les acteurs de terrain y soulignent le manque flagrant de ressources financières qui déjà aujourd'hui nuit à la qualité des soins auxquels a droit tout patient en fin de vie.
Un deuxième rapport attendu depuis 2008 vient de sortir. Il s'agit du 3ème Rapport  2008 - 2014 de la Commission d'Evaluation des soins palliatifs. Ce document livre certaines données quant aux moyens budgétaires ...

Lire la suite

Europe : l’euthanasie ne doit pas faire partie des soins palliatifs

Europe : l’euthanasie ne doit pas faire partie des soins palliatifs

- Soins palliatifs

Dès 2003, la Fédération européenne des soins palliatifs (European Association for Palliative Care - EAPC) - avait publié une carte blanche sur l'euthanasie et le suicide assisté dans laquelle elle affirmait que ces deux actes ne peuvent être compris comme des actes de soins palliatifs.
Dix ans plus tard, plus de 140 experts se sont réunis afin de réfléchir à nouveau sur cette question cruciale. En effet, les législations évoluant dans les Etats européens, les revendications se font de plus en...

Lire la suite

Les médecins généralistes peu formés en Soins Palliatifs

Les médecins généralistes peu formés en Soins Palliatifs

- Soins palliatifs

La formation de base des généralistes et les recyclages qu'ils suivent durant leur carrière ne sont pas suffisants pour les familiariser avec les soins palliatifs dans tous leurs aspects, conclut Peter Pype (Ugent/UAntwerpen) dans sa thèse de doctorat déposée cette semaine.
C'est surtout en travaillant avec des infirmiers membres d'équipes chargées de fournir des soins palliatifs à domicile que ces médecins développent leurs connaissances. On estime qu'environ 15.000 personnes ont besoin de so...

Lire la suite