Début de vie > Grossesse

Application mobile : suivez le développement du bébé in utero!

Application mobile : suivez le développement du bébé in utero!

Nommée « See Baby Pregnancy Guide », cette application permet de visualiser des images, des modélisations 3D et des animations représentant l'embryon puis le foetus in utero. Elle propose aussi des vidéos pour suivre ses mouvements dans le ventre, et fournit des informations de qualité sur la grossesse.

Cette application est un des résultats du « Virtual Human Embryo Project » initié il y a onze ans sous la direction du Dr. Raymond F. Gasser, un embryologiste américain de renom. Le but de ce projet est « d'améliorer la compréhension de l'embryologie humaine et d'encourager l'étude du développement de l'embryon humain en fournissant aux étudiants et aux chercheurs des ressources fiables sur la morphologie de l'embryon humain. »

Pour ce faire, des milliers d'images d'une très grande qualité montrant les différents stades d'évolution de l'embryon puis du foetus ont été numérisées, étiquetées et combinées. Elles ont été obtenues par embryoscopie et foetoscopie, grâce à une caméra placé...

Lire la suite 


Le développement du cerveau du fœtus varie selon le sexe

Le développement du cerveau du fœtus varie selon le sexe

Une étude publiée sur le site ScienceDirect fait état d'une découverte majeure au sujet du développement du cerveau humain in utéro. « La présente étude démontre pour la première fois que le développement du cerveau du foetus varie selon le sexe » écrivent les chercheurs.
Grâce à des IRM menés sur 118 foetus pendant la grossesse, il a été observé que les connections neuronales entre certaines aires du cerveau se développaient différemment chez les individus masculins et féminins, certaines connections présentes au féminin étant d'ailleurs absentes au masculin.

Il n'est pas encore possible de dire quelles caractéristiques psychiques découlent de ces différences. Cependant, le psychologue Leonard Sax souligne que « le cerveau humain est sexué avant la naissance c'est une réalité empirique. » D'autres recherches ont étudié la transcription des gènes dans les cerveaux humains mâles et femelles, de la période prénatale à l'âge adulte. Il en résulte que la plus grande différence de trans...

Lire la suite 


Enfants nés sans vie : tableau comparant l'avant et l'après du projet de loi

Enfants nés sans vie : tableau comparant l'avant et l'après du projet de loi

Les articles du projet de loi offrant la possibilité d'une reconnaissance de « l'enfant sans vie » ont été adoptés par la commission Justice de la Chambre le 24 octobre 2018. Ce projet était sur la table du Parlement depuis de nombreuses années et avait fait l'objet d'auditions en juin 2015. A présent, il refait surface dans le cadre de l'accord de la majorité gouvernementale pour sortir l'avortement du Code pénal. Dans l'opposition, le cdH, Ecolo-Groen et le sp.a. ont appuyé la plupart des articles, contrairement au PS qui s'oppose fortement à l'inscription de l'enfant sans vie au registre d'état civil.

En modifiant la loi, le législateur veut tenir compte des évolutions en néonatalogie où la limite théorique de viabilité de l'enfant à naître se situe plus tôt que celle appliquée dans le Code civil. Il souhaite aussi et surtout prendre en considération les besoins individuels des parents en matière de deuil étant donné que l'inscription d'un enfant sans vie est parfois perçue comme...

Lire la suite 


Première naissance issue d'un don d'utérus entre jumelles

Première naissance issue d'un don d'utérus entre jumelles

C'est une première médicale qui a eu lieu à la clinique Saint Orsola à Bologne. Un bébé y a vu le jour grâce à une greffe d'utérus... entre jumelles homozygotes. Ayant le même patrimoine génétique, l'utilisation d'immunosuppresseurs, traitement indispensable en temps normal après une transplantation pour éviter le rejet du greffon, n'a dès lors pas été nécessaire. L'utérus n'a en effet pas été reconnu comme étranger par l'organisme de la patiente.

Il a fallu 10 heures pour le prélèvement de l'organe et 5 pour son implantation chez la receveuse. La jeune femme a ensuite suivi un traitement de procréation médicalement assistée à Stockholm avec implantation réussie d'un embryon cryoconservé.

Le programme de transplantation de l'utérus initié par le Pr Brännström a débuté en 2013. A son actif : neuf greffes ayant abouti à huit naissances dont la première en octobre 2014 . D'autres équipes de médecins se sont également lancées dans l'aventure et, au total, 11 bébés sont déjà nés avant l...

Lire la suite 


Un nouveau-né séparé de sa mère serait prédisposé à une maladie mentale

Un nouveau-né séparé de sa mère serait prédisposé à une maladie mentale

Les premiers instants de la vie d'un nouveau-né sont essentiels et la nature montre combien la séparation d'avec la maman peut provoquer de graves traumatismes à l'âge adulte. Cette rupture du lien au moment de la naissance semblerait provoquer des modifications significatives de la structure et de la fonction future du cerveau chez le tout-petit.

Le Pr Lapish et ses collègues parlent même de troubles neuropsychiatriques tels que la schizophrénie.

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs ont retiré des rats à leur mère pendant 24 heures alors qu'ils étaient âgés de 9 jours, une période cruciale dans le développement du cerveau (on sait que le cerveau des rats et celui des humains présentent une structure et une connectivité similaire.)

Ils ont alors comparé les rats restés avec leurs mères à ceux qui ont été privés du lien maternel. Ces derniers ont  présenté des anomalies cérébrales comportementales, biologiques et physiologiques significatives une fois devenus adultes. Les...

Lire la suite 


Un seul Australien qui sauve 2 millions de bébés

Un seul Australien qui sauve 2 millions de bébés

Cet Australien, James Harrison, a donné son plasma vendredi dernier pour la dernière fois dans un centre de la Croix-Rouge. Après 1.170 dons en un peu plus de 60 ans, l'homme désormais âgé de 81 ans a atteint la limite autorisée.

Son plasma, qui contient un anticorps très rare, le « anti-D », aura permis d'éviter la maladie hémolytique  à 2,4 millions de nouveaux-nés. Cet anticorps s'est révélé particulièrement puissant pour empêcher les femmes enceintes de développer des anticorps « D », déclencheurs de la maladie hémolytique du nouveau-né. On estime que 17% des mères australiennes risquent cette maladie pendant leur grossesse, qui résulte d'une incompatibilité entre leurs antigènes et ceux du foetus (hérités du père).

A l'âge de 14 ans, James Harrison avait dû subir une lourde chirurgie et recevoir des litres et des litres de sang. Il s'est alors promis de donner son sang dès sa majorité. Ce que « l'homme au bras d'or » comme il est parfois appelé, aura fait tout au long de sa vi...

Lire la suite 


Infertilité des couples : la Napro-Technologie débarque à Bruxelles

Lire la suite 


Royaume-Uni : moins d’adolescentes enceintes et pourtant 70% d’Evras en moins

Royaume-Uni : moins d’adolescentes enceintes et pourtant 70% d’Evras en moins

Contre toute attente et malgré une réduction de près de 70% des budgets accordés à l'EVRAS (Education à la Vie Relationnelle, Affective et Sexuelle ), les grossesses non-désirées chez les moins de 18 ans ont diminué de 50% entre 2007 et 2015. Les chercheurs ont également constaté une baisse du nombre d'avortements. C'est ce que révèle une étude récemment publiée dans le Journal of Health Economics et réalisée auprès de 149 collectivités locales d'Angleterre.
 
David Paton de la Nottingham University Business School et Liam Wright de l'Université de Sheffield, auteurs de cette étude, ont même observé que, dans certaines régions, plus les restrictions budgétaires étaient sévères en matière de disponibilité de moyens contraceptifs, moins il y avait de grossesses chez les mineures.

Augmenter ces budgets s'avérerait donc contre-productif. C'est ce qu'avait déjà exposé le prix Nobel George Arkelof, mais ces résultats avaient été boudés par les responsables politiques. Il démontrait ainsi ...

Lire la suite 


Belgique : pilule du lendemain : comment les centres de planning peuvent-ils sortir de l'illégalité?

Belgique : pilule du lendemain : comment les centres de planning peuvent-ils sortir de l'illégalité?

Le Lévonorgstrel ou Norlevo est une contraception d'urgence plus connue sous le nom de « pilule du lendemain » puisqu'elle permet d'éviter 7 à 9 fois sur 10 une grossesse si elle est prise dans les 72 heures suivant un rapport sexuel non protégé.

En Belgique, la pilule du lendemain est, comme tout autre contraceptif hormonal, obligatoirement délivrée soit par un médecin soit par un pharmacien conformément à la loi sur les médicaments.

Le Norlevo est légalement disponible dans les centres de planning familial toujours à condition que ce soit un médecin (ou un pharmacien) qui la délivre à la femme qui en fait la demande. Or, en pratique, il est courant que le personnel des plannings familiaux délivre lui-même la pilule lorsque le médecin est absent ou occupé.

Afin que les centres puissent continuer cette pratique sans demeurer dans l'illégalité, deux propositions de loi ont été déposées à la Chambre en vue de « créer un régime d'exception pour les centres de planning familial ».

Le...

Lire la suite 


Belgique : une « boîte à bébé » en région Bruxelloise

Belgique : une « boîte à bébé » en région Bruxelloise

L'installation d'une « boîte à bébé » est prévue à Evere avant la fin du mois de janvier. C'est la deuxième du genre installée en Belgique depuis celle d'Anvers en 2009, qui a déjà recueilli neufs bébés. En Suisse, ce dispositif existe depuis 2001 et a accueilli une vingtaine de nourrissons.

S'il est vrai qu'une telle solution est particulièrement difficile pour la maman, elle reste néanmoins une alternative à l'avortement lorsqu'une femme se trouve en situation de détresse face à une grossesse non désirée. (cf. Bulletin IEB )

Pourquoi Bruxelles ? Selon l'Association Corvia, spécialisée dans l'assistance des personnes sans-abris, il faut permettre aux femmes qui ne peuvent s'occuper de leur bébé de l'abandonner de manière anonyme afin qu'il soit pris en charge par une structure adaptée.

Seule la police doit encore signer le protocole, celui-ci décrivant précisément les démarches à suivre lorsqu'un bébé est déposé dans le réceptacle prévu à cet effet. L'enfant est d'abord examiné p...

Lire la suite