Statut du corps humain > Don de gamètes

Vervolg NF-1 donorkinderen Deens donorsperma

Vervolg NF-1 donorkinderen Deens donorsperma

Het EIB informeerde vorig jaar over 2 kinderen die neurofibromatose hadden overgeërfd van hun Deense donorvader (Bulletin 5/07/2013). Belgische en Nederlandse donorkinderen verenigd op de website donorkinderen.com, hebben de zaak verder uitgezocht en publiceerden hun bevindingen.
De Nordic Cyro bank leverde het zaad van Cyro-7042 aan vier Belgische ziekenhuizen, in totaal werden er 20 kinderen mee verwekt bij 16 verschillende vrouwen, dit is in strijd met de Belgische wetgeving die een maximum oplegt van 6 vrouwen.
7 kinderen werden getest, 3 hebben het NF1-gen.  De donorkinderen verzamelden gegevens van 99 kinderen waarvan 19 het NF1-gen hebben, maar kunnen naar eigen zeggen niet volledig zijn omdat ze niet tot alle gegevens toegang krijgen door Nordic Cyro.
Eerder deze week werd ook bevestigd dat de samenwerking met Nordic Cyro en Belgische fertiliteitsklinieken verder gaat door het gebrek aan zaad, men zou met de Belgische donaties maar tegemoet kunnen komen aan 10 tot 20% van de ...

Lire la suite 


Nederlandse Eicelbank begint met uitgifte eicellen

Begin mei zijn in het Medisch Centrum Kinderwens (MCK) te Leierdorp, de eerste vrouwen met de voorbereiding gestart met het inbrengen van embryo's bij vrouwen die een kinderwens hebben maar niet over gezonde eicelle beschikken. 
20 donatrices hebben samen 196, ingevroren, eicellen afgestaan. Het MCK garandeert een correcte registratie van alle informatie van beide vrouwen (biologische - en wensmoeder) en de man bij de Donorregistratie.  De kinderen hebben recht op inzage van deze gegevens vanaf hun 16e. Deze ontwikkeling is op z'n minst zorgbarend te noemen, naast de spermabank hebben we nu ook de eicelbank waarin voortplanting nog verder gemedicaliseerd wordt.  Het commercialiseren van de menselijke voortplanting gaat verder, vrouwen die hun eicellen afstaan aan de eicelbank krijgen hiervoor 900 euro 'onkostenvergoeding' per donatie. De wensmoeder betaald voor deze ingreep 2400 euro en ontvangt dan vier eicellen.

Lire la suite 


Peu de contrôle dans la pratique du don de sperme : anonyme ou pas ?

Dans une question écrite (n° 5-9727 du 19 juillet 2013)  Elke Sleurs (NV-A) s'adresse à la vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, Madame Onkelinx, à propos du don de sperme non anonyme.
L'article 57 de la loi de 2007 relative à la procréation médicalement assistée autorise le don de sperme « connu », lorsque les receveurs connaissent le donneur, souvent un membre de la famille. Par contre, le don non anonyme, par un donneur inconnu mais dont l'identité serait divulguée, est interdit. On trouve cependant sur internet une liste où figurent notamment les centres belges de fertilité qui divulguent l'identité du donneur. Elke Sleurs ayant obtenu certaines informations, prétend que ces centres de fertilité notamment en Flandre, décideraient eux-mêmes de travailler, ou non, avec du matériau non anonyme (ovocyte et /ou sperme). La confusion semble régner quant aux dons non anonymes. L'interpellation est donc importante pour savoir comment la Ministr...

Lire la suite 


Belgique - Don de sperme en Belgique : manque de contrôle et lacunes politiques

Issus d'un don de sperme provenant d'un Danois porteur du gène de la neurofibromatose de type 1, plusieurs enfants sont nés avec ce handicap. Ces cas douloureux posent la question du contrôle de qualité des banques de spermes et du fonctionnement des centres de procréation médicalement assistée. La Sénatrice Elke Sleurs (N VA) a interpellé  à ce sujet Laurette Onkelinx, vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique. « Quand la ministre s'attellera-t-elle enfin à la confection de tous les arrêtés d'exécution de la loi de 2007 en vue de la mise en oeuvre d'une coordination efficace entre les centres de fécondité ? Pourquoi a-t-il fallu attendre si longtemps ? » demande Elke Sleurs.
La Ministre répond que ses « services discutent en ce moment avec des représentants des centres de fécondité pour examiner quelles sont les modalités les plus adaptées. Différentes pistes ont déjà été tracées mais elles doivent être précisées et surtout validées par les int...

Lire la suite 


Donneur de sperme : deux enfants malades

Donneur de sperme : deux enfants malades

Deux enfants nés au centre de la fertilité de l'hôpital AZ Sint-Lucas à Gand sont atteints de neurofibromatose, une maladie génétique. Et ce à cause du sperme du donneur danois utilisé pour leur conception.On apprenait l'an passé qu'un Danois porteur d'un gène déficient avait donné son sperme à la Nordic Cryobank, une banque de sperme commerciale à Copenhague. Son sperme a été envoyé dans au moins dix pays, dont la Belgique. Il serait le père biologique de 43 enfants, dont 9 auraient développé cette maladie. En juin 2009 l'hôpital AZ Sint-Lucs de Gand a pris contact avec la banque de sperme danoise après la naissance d'un enfant porteur de la neurofibromatose de type 1 (NF-1). La direction de la banque du sperme a ouvert une enquête, tandis que l'hôpital gantois découvrait un deuxième enfant porteur de la même maladie génétique. Le sperme de ce donneur a également été utilisé à Louvain, Bruges et Bruxelles
Le groupe " Donorkinderen België " a réagi immédiatement: " chaque personne a ...

Lire la suite 


Avis n° 52 : tissus et cellules humains utilisés dans le cadre de la médecine reproductive.

Avis n° 52 du Comité consultatif de Bioéthique concernant les aspects éthiques de certaines dispositions des réglementations européenne et belge en matière de tissus et cellules humains utilisés dans le cadre de la médecine reproductive.

La transposition dans la législation belge de la réglementation européenne en matière de tissus et cellules humains, a pour conséquence de compliquer le fonctionnement des centres de procréation médicalement assistée sans compensation au niveau d'une augmentation de la sécurité ou de l'efficience, estiment les membres du comité consultatif.
Primo, l'entrée en vigueur de la loi relative au matériel corporel humain (2008) et de ses arrêtés d'exécution a conduit à une interprétation différente dans le chef des inspecteurs néerlandophones et francophones, même si la traduction littérale de ces réglementations est correcte.
Secundo, les tests pratiqués de manière répétée sur le même donneur impliquent un surcoût important pour la communauté, peu justifia...

Lire la suite 


Banque d’ovules congelés : la Belgique en tête ?

Belgique - Banque d’ovules congelés : la Belgique en tête ?

Créée il y a à peine deux ans, la banque d'ovules congelés du Centre de médecine reproductive de l'UZ Brussel est pleinement opérationnelle, alors que la technique n'en est qu'à ses balbutiements dans les pays voisins comme la France, les Pays-Bas ou l'Allemagne.

A Bruxelles, en deux ans, les dons d'ovocytes ont déjà permis de « traiter » environ 150 patientes. Le Dr Dominic Stoop explique comment la congélation d'ovocytes permet par exemple que d'un seul et même don, plusieurs ovocytes prélevés de la femme donneuse puissent être répartis vers plusieurs femmes receveuses.  Le temps d'attente est ainsi passé de 1 à 2 ans au début, à 3 à 6 mois aujourd'hui. La donneuse est de la sorte plus libre de faire le don quand elle le souhaite, et ne dépend pas des exigences et du cycle de la receveuse.
Un autre intérêt de cette banque d'ovocytes congelés est le « social freezing », c'est-à-dire la congélation pour des raisons sociales. «  Il s'agit de femmes entre 30 et 40 ans qui sont célibat...

Lire la suite 


Don d'ovocytes : avis du Conseil Supérieur de la Santé

Don d'ovocytes : avis du Conseil Supérieur de la Santé

En réponse à la question de la Ministre Madame Onkelinkx à propos du don d'ovocytes et des conséquences psychologiques et sur la santé de la femme, le groupe de travail constitué par le Conseil Supérieur de la Santé (CSS), vient de rendre publiques ses recommandations. Cette évaluation médicale et psychologique souligne clairement les risques liés au don d'ovocytes pour femmes donneuses.  Ce don est régi par  la loi du 19 décembre 2008 et  par l'A.R. du 28 septembre 2009.

Contrairement au don de gamètes masculins, le don d'ovocytes présuppose un traitement hormonal préalable et une procédure relativement invasive afin de prélever les gamètes féminins.

Le CSS souligne à maintes reprises les risques non seulement médicaux mais aussi psychologiques pour les femmes, encourageant les centres de Procréation Médicalement Assistée (PMA) à prendre toutes les précautions possibles pour que la santé de la femme soit préservée. Le document insiste sur le fait que « la candidate donneuse doit ê...

Lire la suite