Statut du corps humain > Don d'organes, de tissus et de sang

La Belgique, n°1 en nombre de donneurs d'organes

Belgique - La Belgique, n°1 en nombre de donneurs d'organes

En janvier 2012, la Belgique est passée en tête du classement européen et mondial dans le nombre de donneurs d'organes : 25 donneurs pour un million de personnes. Selon la loi de 1986 sur le don et la transplantation d'organes, "tous les Belges sont des donneurs potentiels automatiquement à leur mort sauf si une opposition formelle a été enregistrée auprès de la commune". Selon la revue L'Avenir, le don d'organes s'est multiplié par quatre en Belgique depuis 2005.

7sur7.be - Express.be (Arnaud  Lefebre) 10/01/12

 Voir aussi Dossier de l'IEB: "Donner pour sauver ou se vendre pour vivre ? "
 

   

Lire la suite 


Vers une meilleure traçabilité et analyse des risques lors des dons d'organes?

Belgique - Vers une meilleure traçabilité et analyse des risques lors des dons d'organes?

Un communiqué de presse du 18 novembre 2011 nous apprend que le Conseil des ministres a approuvé un avant-projet de loi réglementant le prélèvement et la transplantation d'organes. Transposant une directive européenne en la matière, cet avant-projet impose une évaluation et une sélection des donneurs ainsi qu'une meilleure analyse des risques. Cet avant projet vise également à assurer une meilleure traçabilité des organes et prévoit une centralisation des incidents et réactions graves tant pour le donneur que pour le receveur.

Source: Communiqué de presse du Conseil des ministres du 18 novembre 2011.

Déjà paru: Dossier de l'IEB : "Le don d'organes : donner pour sauver"

Lire la suite 


Prélever des organes sur des personnes vivantes et incapables d’exprimer leur accord ? Avis du CCBB

Belgique - Prélever des organes sur des personnes vivantes et incapables d’exprimer leur accord ? Avis du CCBB

Le 12 février 2010, Madame Onkelinx, Ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, demandait l'avis du Comité Consultatif de Bioéthique de Belgique (CCBB) à propos de cas spécifiques de prélèvement d'organes.
En effet, la loi du 25 février 2007 a modifié le rôle du consentement dans la dynamique légitimant les prélèvements d'organes sur des personnes vivantes car elle autorise le prélèvements sur des personnes, majeures ou mineures, incapables de manifester leur volonté.
Les questions abordées dans le présent avis sont les suivantes :
- est-il éthiquement justifié d'effectuer des prélèvements portant sur des organes qui ne se régénèrent pas, ou des prélèvements d'organes qui peuvent avoir des conséquences (graves) pour le donneur, sur des personnes vivantes majeures, incapables d'exprimer leur volonté en raison de leur état mental, pour autant qu'une personne légalement compétente donne son consentement?
- si le prélèvement n'a normalement aucune conséquence grave pour le d...

Lire la suite 


Proposition de loi : interdire sans condition tout prélèvement d’organe sur une personne incapable

Belgique - Proposition de loi : interdire sans condition tout prélèvement d’organe sur une personne incapable

Le 30 juin 2011, Monsieur Deprez et Madame Defraigne ont déposé au Sénat une proposition de loi visant à interdire sans condition tout prélèvement d'organe sur une personne incapable ( 5-1024/2). Cette interdiction vaut même si ce prélèvement ne peut pas avoir de conséquences graves sur le donneur, s'il porte sur des organes qui peuvent se régénérer et s'il est destiné à la transplantation à un frère ou une soeur. Cette interdiction pouvait déjà être déduite d'une combinaison de différents articles mais les auteurs souhaiteraient la voir clairement exprimée.
Voir Dossier de l'IEB: "Le don d'organes: donner pour sauver"

Lire la suite