Prélever des organes sur des personnes vivantes et incapables d’exprimer leur accord ? Avis du CCBB

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes, de tissus et de sang

Actualités - Belgique

Publié le : 06/09/2011

Le 12 février 2010, Madame Onkelinx, Ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, demandait l'avis du Comité Consultatif de Bioéthique de Belgique (CCBB) à propos de cas spécifiques de prélèvement d'organes.
En effet, la loi du 25 février 2007 a modifié le rôle du consentement dans la dynamique légitimant les prélèvements d'organes sur des personnes vivantes car elle autorise le prélèvements sur des personnes, majeures ou mineures, incapables de manifester leur volonté.
Les questions abordées dans le présent avis sont les suivantes :
- est-il éthiquement justifié d'effectuer des prélèvements portant sur des organes qui ne se régénèrent pas, ou des prélèvements d'organes qui peuvent avoir des conséquences (graves) pour le donneur, sur des personnes vivantes majeures, incapables d'exprimer leur volonté en raison de leur état mental, pour autant qu'une personne légalement compétente donne son consentement?
- si le prélèvement n'a normalement aucune conséquence grave pour le donneur, s'il s'agit d'organes pouvant se régénérer et si l'organe est destiné à être transplanté sur un frère ou une soeur, est-il éthiquement justifié que le prélèvement d'organes soit possible sur un mineur, et plus spécifiquement sur un mineur incapable de manifester sa volonté en raison de son état mental, pour autant que les parents ou le tuteur donnent leur consentement?
-est-il éthiquement justifié de supprimer la possibilité qu'un proche du défunt puisse s'opposer au prélèvement en exprimant son opposition auprès du médecin (auquel cas cette opposition reste subordonnée au souhait du défunt)? Cela signifie que, même si le patient est mineur, à défaut d'opposition au prélèvement après le décès exprimée explicitement, les médecins ne sont désormais plus contraints par la loi de demander l'avis des proches, donc des parents.

L'avis (110 pages) du Comité de bioéthique s'appuie sur une large littérature scientifique. On y trouve exposés  les  règles et principes supranationaux, une analyse du droit belge, une comparaison du droit belge avec les droits français et néerlandais et certaines considérations éthiques. On lira avec intérêt les conclusions non unanimes des différents membres du Comité, clarifiant les diverses options possibles. On pressent toutefois une chosification grandissante du corps puisqu'il s'agit de prélèvements sur des personnes qui ne peuvent s'exprimer.


Articles similaires

Don d'organes: exclure les patients atteints de la maladie de Parkinson ?

Don d'organes: exclure les patients atteints de la maladie de Parkinson ?

- Don d'organes, de tissus et de sang

Dans son avis n°8800, le Conseil supérieur de la santé s'est penché sur la pertinence de l'exclusion des personnes atteintes de la maladie de Parkinson (MP) de la liste des donneurs de tissus, organes et cellules.

En effet, l'évolution de cette maladie est lente et le mécanisme de transmission n'est pas démontré. La prévalence de cette maladie est de 3 pour 1000 au sein de la population belge et nombreux sont les patients en attente d'une greffe.  Au vu de ces considérations, le Conseil Supér...

Lire la suite

Vers une meilleure traçabilité et analyse des risques lors des dons d'organes?

Vers une meilleure traçabilité et analyse des risques lors des dons d'organes?

- Don d'organes, de tissus et de sang

Un communiqué de presse du 18 novembre 2011 nous apprend que le Conseil des ministres a approuvé un avant-projet de loi réglementant le prélèvement et la transplantation d'organes. Transposant une directive européenne en la matière, cet avant-projet impose une évaluation et une sélection des donneurs ainsi qu'une meilleure analyse des risques. Cet avant projet vise également à assurer une meilleure traçabilité des organes et prévoit une centralisation des incidents et réactions graves tant pou...

Lire la suite

Belgique : donneurs d’organes et réseaux sociaux

Belgique : donneurs d’organes et réseaux sociaux

- Don d'organes, de tissus et de sang

Quand un patient doit recevoir une greffe de rein ou de foie, il disposait, jusqu'ici, de deux possibilités : soit il trouve dans son entourage familial ou amical une personne prête à lui faire, de son vivant, don d'un rein ou d'une partie du foie ; soit il s'inscrit sur une liste en attendant que décède une personne sur laquelle on pourra prélever les organes recherchés (rappel : en Belgique, toute personne est réputée consentir, sauf démarche en sens contraire, à un tel don post mortem).

Ma...

Lire la suite