Fin de vie > Santé mentale

Belgique - Fatigue de vivre de nos aînés, une responsabilité sociétale

Selon Luc Van Gorp, dirigeant de la Mutualité Chrétienne, 8 personnes optent officiellement chaque jour en Belgique pour l'euthanasie. Ce phénomène touche principalement nos aînés : en 2014 et 2015, 62,8 % des euthanasies pratiquées l'ont été pour des personnes de plus de 70 ans. Ces euthanasies ont de plus en plus lieu, en maison de repos (de 5% du nombre total des euthanasies en 2002 à 12 % en 2015 - Rapport de la CFCEE, p.88), en raison d'une « fatigue de vivre » dit Van Gorp. Il relie ce constat à la culture ambiante du « vieillissement quoi qu'il arrive », et nous met en garde contre celle-ci, car il constate que les personnes âgées en arrivent parfois à ne plus trouver, autour d'elles et en elles, de sens à leur existence.

Si le corps et la santé physique bénéficient de tant d'attention, on doit constater que l'on accorde moins d'importance au sens et à la richesse d'avoir des aînés parmi nous. Comment assurer la qualité de vie et le bien-être mental d'une personne, souvent d...

Lire la suite 


Belgique : les Wallons et les questions autour du vieillissement

Belgique - Belgique : les Wallons et les questions autour du vieillissement

Une enquête intitulée Les Wallons face au vieillissement réalisée par la société de sondage Sonecom à la demande du Parlement wallon révèle trois principales craintes liées au vieillissement : la mauvaise santé physique (53,5%), les affections mentales (30,2%) et la perte d'autonomie dans le quotidien (28,1%).

De plus, il est intéressant de constater que 43.4% des personnes sondées ne connaissent pas les dispositifs d'aide aux personnes âgées existant au niveau local, régional et fédéral (aides financières, maintien à domicile, mobilité...) ce qui permettrait pourtant de rassurer les 61.6% qui préfèreraient vivre à leur domicile avec de l'aide sur place en cas de perte d'autonomie. 

Assez paradoxalement, on note que 74% considèrent qu'il faut promouvoir le bénévolat pour l'accompagnement des personnes âgées et que c'est par la même occasion une opportunité de développer de nouvelles activités économiques et de nouveaux métiers (76%).

Cette étude montre aussi que sur les 1.023 ad...

Lire la suite 


Belgique - Obtenir la Carte de Fin de vie de l'IEB

La presse belge et étrangère parle de la Carte de Fin de vie de l'Institut Européen de Bioéthique. Au vu du succès croissant de la demande, nous en sommes à la cinquième réédition depuis 2008.

Pourquoi la demander ?
Il est toujours difficile de penser à notre propre mort. N'avons-nous pas peur d'aborder ce sujet avec nos proches et parfois notre médecin ?
Cette Carte permet de réaffirmer notre confiance dans le médecin et de refuser autant l'acharnement thérapeutique que le comportement euthanasique.
Une Carte à garder sur vous. Découvrez-la (en la téléchargeant sur le site) et n'hésitez pas à la faire connaître autour de vous.
Pour obtenir des exemplaires de cette carte, merci de nous envoyer une enveloppe pré-adressée et timbrée à votre nom à l'Institut Européen de Bioéthique - 1 rue de la Pépinière -  Bruxelles

Lire la suite 


France et Belgique : nouvel élan pour les aidants proches



A l'initiative de la Fondation Roi Baudouin, l'ASBL Aidants proches fut créée en 2006 à Namur, dans le but d'accompagner et d'aider au maximum toutes les personnes qui passent beaucoup de temps, voire leur vie auprès de proches dépendants, malades, ou en situation de handicap.
Afin d'encourager la reconnaissance et l'implication essentielle de cet entourage confronté à la grande dépendance de leur proche, l'ASBL Aidants Proches a créé un nouvel outil pour mieux les aider. L'objet du projet est la création d'un site recueillant diverses informations (formulaires de recherche, vidéos, adresses...) susceptibles d'aider, et aiguiller les aidants proches afin de trouver le soutien nécessaire à leur situation.
Cet outil s'inscrit dans la continuité de la loi relative à la reconnaissance de l'aidant proche en situation de grande dépendance entrée en vigueur le 12 mai 2014.
En France, c'est l'Etat qui s'est emparé de cette problématique par le biais de ses Agences Régionales de la Santé. C...

Lire la suite 


Pays-Bas : logements étudiants au sein d’une maison de retraite

Pays-Bas - Pays-Bas : logements étudiants au sein d’une maison de retraite

Malgré les activités organisées par des bénévoles, les personnes âgées en maison de retraite souffrent souvent de solitude. Pour lutter contre cet état de fait, une association nommée Humanitas a lancé un programme spécial.
Le principe est le suivant : 6 étudiants choisis se voient offrir une chambre « tous frais payés » au sein d'une maison de retraite. En échange, ils doivent passer un peu de leur temps libre (environ 30 heures par mois) avec leurs « colocataires » plus âgés.
Si les jeunes admettent que ce modèle leur permet de faire des économies substantielles, ils soulignent surtout que cet engagement leur permet d'apprendre aux côtés des personnes âgées à développer une attention plus grande envers les personnes fragiles.
Des liens d'amitié se créent ainsi au sein de la maison de retraite et, par ce nouveau souffle, plein de fraîcheur et d'énergie, tout le monde est gagnant.
VIDEO ICI
 

Lire la suite 


Mise en place d’un Plan Alzheimer pour la Belgique

Belgique - Mise en place d’un Plan Alzheimer pour la Belgique

Le Dr Catherine Fonck, députée cdH, a déposé à la Chambre des représentants, une proposition de résolution de mise en place d'un plan Alzheimer. Le plan viserait premièrement à présenter une image plus nuancée de la maladie d'Alzheimer via les médias et à donner la parole aux malades. Les aidants-proches et les associations recevraient un soutien plus grand. Les médecins devraient être mieux formés au diagnostic, à la communication de la maladie et à son suivi, notamment dans leur formation continue.
Le Dr Fonck estime que l'offre de soins doit être centralisée pour permettre de répondre rapidement à toutes les questions des malades et de leurs proches. La députée insiste aussi sur la nécessité d'un « dispositif d'annonce » non traumatisant du diagnostic, annonce qui devrait être un « acte médical en soi ».
Catherine Fonck souligne que des moyens financiers plus importants sont nécessaires pour disposer de plus de soignants spécialisés. Elle souhaite également que l'on mise davantage...

Lire la suite 


Belgique - Que les internés dépendent de la Santé publique et non plus de la Justice

C'est ce que vient de recommander l'Académie royale de médecine. Le Dr Rudy Verelst, psychiatre-coordinateur au SPF Justice, a déclaré lors du symposium sur l'expertise psychiatrique organisé au sein de l'Académie royale de médecine de Belgique que la santé des détenus est nettement plus mauvaise que la moyenne de la population du pays. Les prisons belges hébergent actuellement 11.202 détenus (chiffres d'août 2014). A peu près 10% d'entre eux - 1.084 personnes - sont des « internés ». Alors qu'ils nécessitent des soins médicaux appropriés, ils se retrouvent en prison.
A côté de deux centres francophones, deux institutions flamandes vont voir le jour mais l'ensemble de l'offre ne résout qu'une partie du problème. Des internés (la moitié souffre de troubles de la personnalité) resteront en prison. Outre le réel problème de santé publique posé par cette situation, cet état de fait continuera à exposer notre pays à la critique voire à des condamnations internationales.
La Belgique franco...

Lire la suite 


Belgique - Démence et dispositifs de détection d’errance: Avis du comité Consultatif de Bioéthique de Belgique

C'est en juillet 2011 que le ministre flamand du Bien-être, de la Santé publique et de la Famille, Jo Vandeurzen, demandait l'avis du Comité consultatif de Bioéthique de Belgique concernant les conditions éthiques préalables à l'utilisation de « dispositifs de détection d'errance» chez les personnes atteintes de démence. Sa demande s'inscrivait dans son plan politique en matière de démence intitulé : Plan démence pour la Flandre 2010-2014 (Dementieplan Vlaanderen 2010-2014.)
Le ministre souhaitait s'employer au développement de la technologie des soins et améliorer, à l'aide d'outils technologiques, l'autonomie, le confort et l'intégration sociale des personnes souffrant de démence. Tout en étant conscient des questions éthiques, le ministre souhaitaite proposer ces nouvelles technologies pour soutenir l'aide aux personnes dépendantes. Dans son dernier avis, le Comité consultatif de bioéthique définit un cadre éthique pour les dispositifs de détection d'errance.
Avis n° 56 du 16 déce...

Lire la suite 


Alzheimer : impact de la limitation du remboursement des médicaments ?

Belgique - Alzheimer : impact de la limitation du remboursement des médicaments ?

Le nombre de patients atteints par la maladie d'Alzheimer dans notre pays oscillerait entre 100.000 et 130.000, estiment les Mutualités libres. Selon les résultats d'une étude, le nombre de patients traités en Belgique a diminué de 22,5 % entre 2010 et 2012 soit « depuis la limitation du remboursement des médicaments » contre cette maladie. Le pourcentage de patients traités par un des médicaments spécifiques est ainsi passé de 69 % à 46,5 % en deux ans.
L'étude met également en exergue que la « dépense INAMI moyenne globale par patient » était en 2012 de 18.000 € par an pour un patient en institution, soit le triple de la dépense pour un patient à domicile.
Autre constat, qui a surpris Ingrid Umbach, médecin expert à l'Union nationale des Mutualités libres : parmi les patients Alzheimer traités à domicile, « les coûts totaux des soins de santé » sont généralement plus faibles chez ceux traités par médicaments que chez ceux qui ont arrêté le traitement. Enfin, plus de 90 % des patien...

Lire la suite 


Belgique - Evénement : Accueillir la vulnérabilité aujourd'hui

Approches pratiques et questions philosophiques. Symposium ces 20 et 21 novembre 2013, à l'Université Namur

Sommes-nous devenus plus conscients du fait que la vulnérabilité n'est pas une situation « extraordinaire » qui frappe certains individus, mais qu'elle est une condition normale de l'existence humaine ? Pourtant, il persiste encore un certain déni de celle-ci, par la stigmatisation de la souffrance par exemple, vécue comme un obstacle à la réalisation d'une vie digne, ou aussi par la mise en place de processus d'exclusion et d' « invisibilisation » des personnes fragilisées par leur condition de vie (porteurs de handicap, chômeurs, SDF, immigrés). Pourquoi d'une part cette sollicitude envers la vulnérabilité et d'autre part la « peur » de l'accepter et de l'intégrer dans nos vies quotidiennes ? Comment alors accueillir la vulnérabilité aujourd'hui sans entrer dans un processus de victimisation, de stigmatisation et finalement de mise à l'écart des personnes qui en pâtissent ou...

Lire la suite