Création du Ministère de la solitude… pour faire des économies

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Santé mentale

Actualités - Royaume-Uni

Publié le : 29/01/2018

Selon la Croix-Rouge britannique, quelque 9 millions de personnes se sentent souvent ou toujours seules au Royaume-Uni. Plus de 200.000 personnes âgées ont confié à l'organisation Age UK n'avoir parlé à personne depuis plus d'un mois.

Ce constat alarmant a mené le gouvernement britannique à créer le tout premier ministère de la solitude, dont Tracey Crouch sera la ministre. Sa nomination est considérée de par le monde comme un événement historique, qui pourrait générer une réaction dans bien d'autres pays occidentaux, notamment en Belgique où se répand chez nos aînés ce qui a été appelée « fatigue de vivre », crise existentielle fréquemment liée à un isolement profond. Au total, une personne sur 4 souffrirait de solitude en Belgique, principalement dû au manque de contact humain ou à une pression sociale.

Le plus grand mérite de cette nomination britannique est peut-être d'imposer sur la place publique une réalité que très peu veulent regarder en face, et de reconnaître officiellement certaines causes de ce mal, notamment l'affaiblissement d'un nombre d'institutions qui établissaient des liens entre les personnes tel que les syndicats, la famille, le travail, les lieux de culte, les associations…

On constate que la racine de la solitude dans notre société moderne se trouve principalement dans la perte de la gratuité, dans le fait que tout est évalué principalement par un critère économique, y compris les relations.

Ironiquement, c'est le coût économique d'une personne seule pour la sécurité sociale qui a motivé la nomination de la Ministre de la solitude : 10 années de solitude pour une personne âgée équivaut à un surcoût de 6.800 € pour l'Etat, selon l'études du London School of Economics, qui associe la solitude à des maladies cardiovasculaires, à la démence, à la dépression ou à l'anxiété.

Le ministère gèrerait un fond visant à promouvoir les initiatives locales et nationales à destination des personnes seules.

Certains responsables de bibliothèques publiques en Angleterre ont protesté contre la décision du premier ministre Britannique. En effet, des bibliothèques disparaissent par centaines à travers le pays à cause des coupes budgétaires. Il s'agit donc, selon eux, d'un non-sens politique que de mettre en place un ministère de solitude tout en fermant les espaces créateurs de lien social. Peut-être le fonds annoncé permettra-t-il de les rouvrir ?

Source : The Guardian


Articles similaires

Procréation médicale : l'AR à peine arrivé, déjà retiré

Procréation médicale : l'AR à peine arrivé, déjà retiré

- Procréation médicalement assistée

En juillet 2012, dans un train de mesures d'économies approuvé par la Commission nationale médico-mutuelliste (CNMM) figuraient notamment l'abaissement de l'âge du remboursement de la FIV de 43 à 41 ans ainsi que la limitation du nombre d'IIU (Insémination Intra-Utérine) à 6 essais par patiente.
Six mois plus tard, paraît enfin l'arrêté royal au Moniteur belge. Mais de suite, le monde de la fertilité réagit en disant qu'il ne tient pas la route. En effet, il n'aborde que le remboursement du tr...

Lire la suite

Belgique: création d'une clinique de l'euthanasie?

Belgique: création d'une clinique de l'euthanasie?

- Euthanasie et suicide assisté

Le Pr. Wim Distelmans, qui se dit spécialiste de la médecine palliative, a suggéré la création d'une clinique de l'euthanasie en Belgique en se basant sur le modèle néerlandais. M. Distelmans affirme que, malgré une loi sur l'euthanasie "fonctionnelle", de nombreux médecins doivent respecter les règles en vigueur dans les maisons de repos et les hôpitaux qui interdisent l'euthanasie. Wim Distelmans plaide en premier lieu pour une remise en cause des financements publics des hôpitaux qui refuse...

Lire la suite

Limiter le recours aux procréations médicalement assistées en  Belgique ?

Limiter le recours aux procréations médicalement assistées en Belgique ?

- Procréation médicalement assistée

Ce 23 octobre 2012, une proposition de loi a été déposée par Mme Elke Sleurs et consorts (doc 5-1816/1), afin d'instaurer une obligation d'échange d'information préalable à chaque traitement de l'infertilité.

Les auteurs partent d'un constat : l'augmentation constante du nombre de traitements de l'infertilité (2000 patients par 1 000 000 d'habitants, alors que la moyenne européenne tourne autour de 500) et des remboursements toujours plus généreux. L'IST (Instituut voor Samenleving en Techno...

Lire la suite