Création du Ministère de la solitude… pour faire des économies

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Santé mentale

Actualités - Royaume-Uni

Publié le : 29/01/2018

Selon la Croix-Rouge britannique, quelque 9 millions de personnes se sentent souvent ou toujours seules au Royaume-Uni. Plus de 200.000 personnes âgées ont confié à l'organisation Age UK n'avoir parlé à personne depuis plus d'un mois.

Ce constat alarmant a mené le gouvernement britannique à créer le tout premier ministère de la solitude, dont Tracey Crouch sera la ministre. Sa nomination est considérée de par le monde comme un événement historique, qui pourrait générer une réaction dans bien d'autres pays occidentaux, notamment en Belgique où se répand chez nos aînés ce qui a été appelée « fatigue de vivre », crise existentielle fréquemment liée à un isolement profond. Au total, une personne sur 4 souffrirait de solitude en Belgique, principalement dû au manque de contact humain ou à une pression sociale.

Le plus grand mérite de cette nomination britannique est peut-être d'imposer sur la place publique une réalité que très peu veulent regarder en face, et de reconnaître officiellement certaines causes de ce mal, notamment l'affaiblissement d'un nombre d'institutions qui établissaient des liens entre les personnes tel que les syndicats, la famille, le travail, les lieux de culte, les associations…

On constate que la racine de la solitude dans notre société moderne se trouve principalement dans la perte de la gratuité, dans le fait que tout est évalué principalement par un critère économique, y compris les relations.

Ironiquement, c'est le coût économique d'une personne seule pour la sécurité sociale qui a motivé la nomination de la Ministre de la solitude : 10 années de solitude pour une personne âgée équivaut à un surcoût de 6.800 € pour l'Etat, selon l'études du London School of Economics, qui associe la solitude à des maladies cardiovasculaires, à la démence, à la dépression ou à l'anxiété.

Le ministère gèrerait un fond visant à promouvoir les initiatives locales et nationales à destination des personnes seules.

Certains responsables de bibliothèques publiques en Angleterre ont protesté contre la décision du premier ministre Britannique. En effet, des bibliothèques disparaissent par centaines à travers le pays à cause des coupes budgétaires. Il s'agit donc, selon eux, d'un non-sens politique que de mettre en place un ministère de solitude tout en fermant les espaces créateurs de lien social. Peut-être le fonds annoncé permettra-t-il de les rouvrir ?

Source : The Guardian


Articles similaires

Pays-Bas : autoriser la création d’embryons exclusivement pour la recherche scientifique ?

- Recherche sur les embryons

Créer des embryons au service exclusif de la recherche fondamentale et en vue de développer des techniques d'édition du génome : voilà ce qui vient d'être proposé aux Pays-Bas. Parmi les techniques disponibles, on compte notamment le CRISPR-Cas9, qui implique la modification du code génétique de l'embryon ainsi que de sa descendance.Cette demande a été adressée au ministre de la Santé publique, du Bien-être et des Sports (Volksgezondheid, Welzijn en Sport, VWS ) et à la Chambre par le Conseil ...

Lire la suite

Création d'embryons humains pour la recherche : la plupart des Néerlandais disent non

Création d'embryons humains pour la recherche : la plupart des Néerlandais disent non

- Recherche sur les embryons

La population néerlandaise est de moins en moins favorable à la création d'embryons humains à des fins de recherche. C'est ce qui ressort d'une enquête menée par l'Institut Rathenau, situé à La Haye. L'Institut avait déjà sondé la population sur le sujet en 2007. Il présente aujourd'hui de nouvelles données qui devraient peser sur la décision politique de permettre ou non aux chercheurs de "créer" des embryons aux seules fins de la recherche scientifique.

Pour rappel, la loi néerlandaise de 2...

Lire la suite

Pays-Bas : accès à  la Procréation Médicalement Assistée jusqu’à 50 ans ?

Pays-Bas : accès à la Procréation Médicalement Assistée jusqu’à 50 ans ?

- Procréation médicalement assistée

Faut-il permettre aux femmes de 50 ans de recourir à une procréation médicalement assistée (PMA) avec leurs ovocytes congelés 15 ans auparavant ? C'est la question que pose la Ministre de la santé des Pays-Bas, Edith Schippers, alors que la limite actuelle autorisée par la loi est de 45 ans dans ce pays.
La question sous-jacente est aussi celle du « Social freezing », qui permet aux femmes de faire prélever leurs ovocytes lorsqu'elles sont jeunes et de les faire congeler par le processus de vi...

Lire la suite