Création du Ministère de la solitude… pour faire des économies

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Santé mentale

Actualités - Royaume-Uni Royaume-Uni

Publié le : 29/01/2018

Selon la Croix-Rouge britannique, quelque 9 millions de personnes se sentent souvent ou toujours seules au Royaume-Uni. Plus de 200.000 personnes âgées ont confié à l'organisation Age UK n'avoir parlé à personne depuis plus d'un mois.

Ce constat alarmant a mené le gouvernement britannique à créer le tout premier ministère de la solitude, dont Tracey Crouch sera la ministre. Sa nomination est considérée de par le monde comme un événement historique, qui pourrait générer une réaction dans bien d'autres pays occidentaux, notamment en Belgique où se répand chez nos aînés ce qui a été appelée « fatigue de vivre », crise existentielle fréquemment liée à un isolement profond. Au total, une personne sur 4 souffrirait de solitude en Belgique, principalement dû au manque de contact humain ou à une pression sociale.

Le plus grand mérite de cette nomination britannique est peut-être d'imposer sur la place publique une réalité que très peu veulent regarder en face, et de reconnaître officiellement certaines causes de ce mal, notamment l'affaiblissement d'un nombre d'institutions qui établissaient des liens entre les personnes tel que les syndicats, la famille, le travail, les lieux de culte, les associations…

On constate que la racine de la solitude dans notre société moderne se trouve principalement dans la perte de la gratuité, dans le fait que tout est évalué principalement par un critère économique, y compris les relations.

Ironiquement, c'est le coût économique d'une personne seule pour la sécurité sociale qui a motivé la nomination de la Ministre de la solitude : 10 années de solitude pour une personne âgée équivaut à un surcoût de 6.800 € pour l'Etat, selon l'études du London School of Economics, qui associe la solitude à des maladies cardiovasculaires, à la démence, à la dépression ou à l'anxiété.

Le ministère gèrerait un fond visant à promouvoir les initiatives locales et nationales à destination des personnes seules.

Certains responsables de bibliothèques publiques en Angleterre ont protesté contre la décision du premier ministre Britannique. En effet, des bibliothèques disparaissent par centaines à travers le pays à cause des coupes budgétaires. Il s'agit donc, selon eux, d'un non-sens politique que de mettre en place un ministère de solitude tout en fermant les espaces créateurs de lien social. Peut-être le fonds annoncé permettra-t-il de les rouvrir ?

Source : The Guardian


Articles similaires

Pays-Bas : création d’embryons pour la recherche

- Recherche sur les embryons

Le vendredi 27 mai 2016, la Ministre de la santé néerlandaise Edith Schippers a annoncé un nouveau projet de loi visant à permettre la création d'embryons pour certaines recherches spécifiques relatives à l'infertilité, aux procréations médicalement assistées et aux maladies héréditaires « sous de strictes conditions ». L'objectif de cette loi est, selon la ministre, de faciliter l'accès à « un enfant ou un enfant en bonne santé ».

Les Pays-Bas sont, après la Belgique, un des premiers Etats à...

Lire la suite

Que veulent faire les Belges de leurs informations génétiques ?

Que veulent faire les Belges de leurs informations génétiques ?

- Génétique

Les analyses génomiques sont de plus en plus accessibles et font toujours plus l'objet de partages voire de commercialisation. Qu'en pensent les citoyens belges ? Le Forum citoyen sur l'utilisation des données du génome, organisé en automne 2018 par la Fondation Roi Baudouin et Sciensano, y a répondu en donnant voix à 32 hommes et 32 femmes de milieux et d'âges divers. L'objectif étant d'en informer l'opinion publique, ceux et celles qui décideront d'un encadrement légal des analyses du génome...

Lire la suite

Province de Luxembourg : création d’une plate-forme Alzheimer

Province de Luxembourg : création d’une plate-forme Alzheimer

- Alzheimer

La Province de Luxembourg a décidé de mettre en place une "plate-forme Alzheimer", pour "promouvoir, coordonner et compléter les structures de soins aux malades et de soutien à leurs proches, tant au domicile qu'en maison de repos ou en milieu hospitalier". Cette plate-forme est inspirée de celle des soins palliatifs et de celle de la santé mentale.

Source : La Libre 21/03/2012

Lire la suite