Fin de vie > Sédation

Sédation en phase terminale, une euthanasie déguisée ? Nouvelle FICHE didactique.

La sédation en phase terminale, une euthanasie déguisée ?
L'alimentation et l'hydratation 'artificielles', soins ou traitements?
Des soins palliatifs aux soins palliatifs intégraux ?

Force est de constater que le  débat autour des questions liées à la fin de vie n'est pas seulement un débat éthique. Il est aussi un débat sémantique.
Ces questions  sont tellement  délicates - touchant à un interdit fondamental de nos états de droit et aux fondements même de la  mission du corps médical- qu'il est tout  aussi  essentiel de  s'entendre sur  les mots et les concepts utilisés pour y répondre.

C'est l'objet de  la présente fiche.

Lire la suite 


France - France : la loi fin de vie votée après des débats houleux

Ce mercredi 27 janvier 2016, l'Assemblée nationale et le Sénat français ont tous deux voté le texte de la proposition de loi créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie, établi par la Commission Mixte Paritaire le 19 janvier dernier.
Depuis près d'un an, la proposition de loi « Claeys-Leonetti », du nom de ses rapporteurs, est soumise à de vives controverses et les parlementaires ont eu beaucoup de mal à trouver un accord sur un texte définitif.
Après plusieurs navettes ente les deux chambres, la procédure de la commission mixte paritaire (CMP), regroupant sept députés et sept sénateurs, a abouti à un accord sur un texte commun. C'est ce texte qui vient d'être voté par les deux assemblées et qui constitue donc la nouvelle loi relative à la fin de vie.

Malgré le compromis obtenu entre les deux chambres, trois points font l'objet d'une vive controverse, spécialement en raison de l'ambiguïté des termes légaux.
En effet, la nouvelle loi fin de vie intr...

Lire la suite 


France - France : remise du rapport Claeys-Leonetti sur la fin de vie

Ce vendredi 12 décembre, les députés Alain Claeys et Jean Leonetti ont remis au Président François Hollande leur rapport sur la fin de vie, au terme de plus de deux ans de travail, ainsi qu'une proposition de loi appelée à être débattue à l'Assemblée nationale dès janvier 2015.
Deux points importants sont à retenir de ce rapport et de la proposition de loi qui l'accompagne. D'une part, les deux élus préconisent d'autoriser, à la demande du patient, la mise en oeuvre d'une sédation profonde et continue jusqu'à la mort. Deux cas de figure sont considérés. Le premier concerne les malades conscients, atteints de douleurs  incurables et dont le pronostic vital est engagé à court terme. Dès lors que la sédation a pour objectif premier de soulager les douleurs dans le cadre d'un arrêt de soins disproportionnés, cette possibilité semble légitime. Tout autre est le deuxième cas de figure, qui prévoit la même possibilité pour des patients atteints d'une affection grave et incurable, et dont la...

Lire la suite 


Pays-Bas : sédations inappropriées

Pays-Bas - Pays-Bas : sédations inappropriées

Selon une étude du Centre Intégral du Cancer néerlandais (IKNL) , les soins apportés aux patients en phase terminale ne sont pas appropriés. Chaque année, 1700 cas de sédations en fin de vie relèveraient d'une pratique inadéquate pouvant cacher des euthanasies.
L'INKL, dans un article paru dans le journal Volkskrant le 8 octobre 2013, estime que la connaissance et l'expérience des médecins et des infirmières concernant la sédation ne sont pas appropriées. L'INKL explique que les médecins démarrent la sédation trop tôt, alors que ce type de protocole  ne peut être appliqué que si le pronostic de vie du patient est de moins de deux semaines.
Selon les résultats de l'étude conduite par l'IKNL, cette technique est aussi utilisée pour réaliser des « euthanasies cachées ». De plus,  on y lit que les médecins se sentent la pression des membres de la famille du patient. Le directeur d'IKNL, Marlies Jansen-Landheer, estime que cette pratique inadéquate de la sédation conduit à des souffrances...

Lire la suite 


Royaume-Uni - Royaume-Uni : enquête parlementaire et arrêt de la sédation terminale

Le protocole de « fin de vie » connu sous le nom de Liverpool Care Pathway (LCP), reposant sur la sédation « terminale » ou « palliative » devrait être abandonné d'ici à l'automne, aux termes d'une enquête parlementaire qui a mis en évidence les abus liés à la procédure. Le  LCP prévoit notamment le retrait de l'alimentation et de l'hydratation couplée à une sédation profonde continue si cela est jugé conforme aux « meilleurs intérêts » du patient souffrant d'une maladie incurable.
Dans les faits, de nombreux médecins et proches de patients ont affirmé ces dernières années que le parcours est volontiers appliqué à des patients qui ne sont pas en fin de vie, sans concertation avec la famille, son utilisation constituant parfois ou fréquemment, selon les sources, une euthanasie lente.
L'enquête parlementaire met en avant les cas de soins inadaptés ou insuffisants, et un recours systématique à ce protocole qui cause la mort dans les 29 heures, en moyenne.

Sédation et accompagnement en ...

Lire la suite